Engie vise 100% de gaz renouvelable en France à horizon 2050

Résumé : Engie, anciennement GDF-Suez, est le fournisseur historique de gaz français. Le groupe se veut leader de la transition énergétique et a récemment annoncé vouloir employer 100% de gaz d’origine renouvelable à l’horizon 2050. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

 

Engie est le troisième plus grand groupe mondial dans le secteur de l’énergie et résulte de la fusion en 2008 de Gaz de France et Suez.

Les Accords de Paris sur le climat

La décision, prise en 2017, d’annoncer le 100% de gaz renouvelable d’ici 2050 ne vient pas de nulle part :  en 2016, avec les Accords de Paris sur le climat, la France s’engage dans la transition énergétique.

Pour rappel, les Accords de Paris sur le climat sont la résultante de la COP21, qui s’est déroulée fin 2015, et cet accord est entré en vigueur en novembre 2016.  Remplacer tout le gaz issu de l’énergie fossile par du gaz vert est donc envisageable et s’inscrit pleinement dans l’agenda de l’Etat.

Comment est produit le gaz vert ?

Didier Holleaux, directeur général adjoint d’Engie, disait en juillet 2018 qu’en France, Engie est déjà  leader des énergies renouvelables : éoliennes, énergie solaire, hydrogène…

Le biométhane

A savoir

Le gaz dit « vert » est en fait du biométhane.

Pour ne pas confondre les deux, il faut savoir que le gaz vert fait partie des énergies renouvelables, ce qui n’est pas le cas du gaz naturel. Celui-ci est en fait une énergie fossile, présent sous la surface de la Terre, qui provient de la décomposition de déchets organiques. C’est toutefois la moins polluante des énergies fossiles.

méthanisationLe gaz vert, lui, est produit par « méthanisation » : la fermentation de matières organiques en l’absence d’oxygène. Les bactéries dégagent un mélange de gaz dont on retire le CO2 pour produire ce que l’on appelle biométhane.  Celui-ci contient plus de 97% de méthane. L’avantage de ce gaz renouvelable, en plus de celui de n’avoir aucun impact sur l’environnement, c’est que pour le produire, on peut utiliser par exemple des restes de nourriture, du bois, des boues, du lisier… Il peut donc être produit facilement, en plus d’être non polluant et de réduire la quantité de déchets.

Les Garanties d’Origine

Le saviez-vous ?

Pour injecter le gaz vert dans le réseau de gaz naturel, les fournisseurs d’énergie, et notamment Engie, doivent en fait acheter ce que l’on appelle des Garanties d’Origine.

Ce sont  des documents certifiant que le gaz est fourni par une entreprise produisant du biométhane. Le biométhane est injecté dans le réseau, et se confond donc avec le gaz naturel : impossible pour le consommateur de voir la différence. Mais avec les Garanties d’Origine, on a en fait une compensation : chaque kWh de biométhane injecté correspond à une garantie d’origine. C’est donc une garantie de transparence et un premier pas vers la transition énergétique.

La faisabilité d’un gaz 100% renouvelable

La proposition d’Engie

Une offre allant dans le sens du 100% de gaz renouvelable a déjà été lancée par Engie.

En effet, le fournisseur propose depuis 2017 l’offre « Mon Gaz vert« , qui comprend 10% de gaz vert :  c’est une offre à prix de marché, et donc au prix fixé librement, qui permet de choisir le site de production de ce gaz renouvelable parmi trois sites français.

éoliennesToujours selon Didier Holleaux,  la transition sera possible, déjà parce que le gaz est une énergie qui se transporte facilement, et ensuite parce que les installations existent déjà.  Engie va aussi miser sur un procédé,  la pyrogazéification, qui consiste à chauffer des déchets de bois ou de la paille à très haute température, pour produire un mélange de molécules qui deviendra du méthane.

Isabelle Koché, directrice générale du groupe, précise qu’Engie a un rôle d’investisseur « pour pour faire chuter les coûts du biogaz et de l’hydrogène (…). L’autre action d’Engie, c’est de pouvoir accueillir le biogaz dans des réseaux (…), sinon on le réduit à un usage purement local ».

Il s’agit donc de faire en sorte que la multitude de petits projets de production d’énergies renouvelables défendus par ce fournisseur et par d’autres deviennent la norme.

100% de gaz renouvelable en 2050, c’est possible !

De même, l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) estime dans une étude que la consommation de gaz pourra entièrement être issue de la production de biométhane (à hauteur de 30% du gisement), pyrogazéification (40%) ou power-to-gas (à hauteur de 30%) d’ici 2050, comme souhaité par Engie.

Cette dernière technique devrait être opérationnelle d’ici 2030 en France et permet de mieux stocker l’électricité de source renouvelable (éoliennes, panneaux solaires…) pour les mettre au service du chauffage, de la cuisson, etc. Ainsi, on valorise les excédents de production d’énergie renouvelable.

Les fournisseurs d’énergie doivent investir en masse pour développer le gaz vert. Dans le cas d’Engie, cela représente un investissement multiplié par dix, qui doit permettre de compenser la présence du groupe dans la production d’énergies fossile.

Sources

https://www.ademe.fr/

https://www.usinenouvelle.com/article/engie-se-fixe-un-objectif-de-100-de-gaz-renouvelable-en-france-a-horizon-2050.N622543

https://www.engie.com/breves/gaz-100-renouvelable-2050/