Le producteur de Game of Thrones poursuit dans les séries écologiques

Résumé : Alors que la dernière saison de Game of Thrones va être diffusée par HBO, le producteur de la série a annoncé lancer une adaptation du roman allemand Abysses. Alors que Westeros va enfin affronter les Marcheurs Blancs, le désastre écologique d’Abysses fait écho à la métaphore environnementale de Games of Thrones.

Le producteur de Game of Thrones adapte Abysses

Ce lundi 08 avril, le producteur de Game of Thrones Frank Doelger, également connu pour l’excellente série Rome, a annoncé qu’il allait adapter Abysses en série télévisée. C’était l’une des grandes annonces du MIPTV 2019. Le Marché international des programmes de télévision, qui se tient à Cannes depuis 1964, réunit chaque année de nombreux acteurs fondamentaux de l’industrie de la télévision et du streaming.

Ce roman allemand de Frank Schätzing a été publié en 2004 sous le nom Der Schwarm et traduit en anglais comme The Swarm, le nom sous lequel il est le mieux connu. Best-seller international, c’est un ouvrage de science-fiction dans lequel les océans et ses créatures se retournent contre l’humanité, comme une réponse aux terribles dommages qu’elle leur a infligés.

the swarm tsunamiAlors que les espèces marines se mettent à agir étrangement, que baleines et requins attaquent les humains, un tsunami dévaste les côtes d’Europe de l’Ouest. Pendant ce temps, les scientifiques font le lien entre les différents événements qui ont lieu à travers le monde, et les Etats-Unis lancent une investigation. The Swarm est donc un récit d’enquête scientifique, un thriller qui devrait tenir les spectateurs en haleine tout en faisant un portrait alarmant d’un désastre écologique.

Frank Doelger a ainsi évoqué « une revanche de la nature pour tous les crimes et atrocités que nous avons commis sur l’environnement ». Il a également souligné lors de son annonce la façon dont, quinze ans après la première publication de l’ouvrage, de nombreuses mises en garde se sont avérées vraies. La première saison devrait en tout cas débarquer en 2021 et pourrait bien être la production européenne la plus coûteuse de l’histoire.

Le saviez-vous ?

Chaque épisode de la saison 8 de Game of Thrones coûte 15 millions à produire. C’est 5 de plus que la saison dernière et 9 de plus que les épisodes des cinq premières saisons.

L’écologie dans Game of Thrones : « winter is coming »

A quelques jours du début de la diffusion de la huitième et dernière saison de Game of Thrones, l’avenir de Frank Doelger, récompensé par plusieurs Emmy Awards pour la série, est donc tout tracé. Mais il est aussi amusant de constater qu’après Game of Thrones, c’est vers une série traitant d’écologie qu’il est en train de se diriger.

Les théories de lecteurs et spectateurs avaient déjà identifié la métaphore écologique du célèbre « Winter is coming ». Alors que la menace bien réelle des Marcheurs Blancs s’apprête à débouler sur Westeros, les maisons nobles sont plus occupées à s’entre-déchirer – au lieu de s’unir pour tourner leur attention vers les Marcheurs Blancs. Pire encore : certains continuent de ne pas croire à leur existence.

Cela vous évoque quelque chose ? A nous aussi : il est difficile de ne pas penser au réchauffement climatique, globalement trop ignoré tandis que la planète se dispute ressources et territoires. L’absence de coordination entre les maisons de Westeros est un triste écho du faible engagement des Nations internationales contre les changements du climat.

winter is coming

Game of Thrones a toujours été bien plus qu’un cycle d’heroic fantasy mettant en scène des combats épiques et des dragons crachant du feu. George R.R. Martin, l’auteur des livres, s’est aussi attaché à peindre la fresque d’une humanité auto-destructrice et obnubilée par ses conflits au point d’en ignorer la menace qui pèse sur l’intégralité du monde, sans distinction entre nobles, pauvres, Stark ou Lannister.

N’oublions pas que l’univers créé par George R.R. Martin trouve ses origines dans un monde où les Premiers Hommes ont envahi le territoire de Westeros – un récit qui devrait faire l’objet du préquel de Games of Thrones, déjà commandé par HBO. C’est cette invasion qui a provoqué la création des Marcheurs Blancs, nés des mains des Enfants de la Forêt dont les forêts étaient détruites par les Premiers Hommes.

Finalement massacrés par les Hommes, les Enfants de la Forêt sont donc aussi à l’origine d’une création qui a finalement explosé à la figure de l’humanité, en allant à l’encontre de la nature et de l’ordre naturel du vivant. Si vous n’étiez pas convaincu par la théorie d’une métaphore écologique dans Game of Thrones, voilà qui montre à quel point elle est soigneusement filée.

réfugié climatique

Désormais, les Marcheurs Blancs ont franchi le Mur, poussant devant eux des réfugiés et semant déjà les cadavres. Là encore, il est difficile de ne pas penser à une sombre prédiction en train de se concrétiser : alors que le statut de réfugié écologique ou climatique n’est pas encore reconnu, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a estimé en 2017 qu’ils pourraient être 250 millions d’ici à 2050. En 2018, la Banque Mondiale avançait un chiffre de 143 millions : nous vous invitons à lire cet article pour en savoir plus.

« Winter is coming » est déjà une triste réalité : l’ONU a déjà identifié les déplacements de millions de personnes chaque année à cause des dérèglements climatiques, principalement en Afrique sub-saharienne.

George R.R. Martin approuve la métaphore écologique

Alors, non, Game of Thrones n’est pas exclusivement une série sur les changements climatiques, et les échos de la politique actuelle qu’on y trouve ne sont pas toujours à prendre au pied de la lettre. George R.R. Martin a commencé à écrire A song of ice and fire dans les années 1990, et s’est beaucoup inspiré d’histoire plus ancienne que la nôtre, notamment la Guerre des Deux Roses.

politique game of thronesCependant, l’auteur a lui-même reconnu en 2013 qu’il était naturellement inspiré par le monde qui l’entoure. En 2014, interviewé par Al Jazeera, il a à demi-mot confirmé la thématique sous-jacente de l’écologie, avant de s’attarder plus longuement sur la question pour le New York Times en 2018 : « Il y a un certain parallèle. Les gens de Westeros se battent pour gagner du pouvoir, un statut, des richesses. Et ils sont tellement distraits par cela qu’ils en ignorent la menace […] qui a le potentiel de tous les détruire et de détruire leur monde. »

S’il n’a jamais cherché à écrire un ouvrage sur les changements climatiques, George R.R. Martin n’en a pas moins produit une oeuvre qui, aujourd’hui, devrait nous inviter à réfléchir. Bien sûr, il ne s’agit pas d’abandonner toutes nos préoccupations sociales et politiques, mais, résume l’auteur : « Tout ça n’importe guère si nous sommes tous morts et nos villes englouties par l’océan ».

Sources :

  • https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2492527-20190409-producteur-game-of-thrones-va-lancer-serie-desastre-ecologique
  • https://www.nytimes.com/2018/10/16/t-magazine/george-rr-martin-qanda-game-of-thrones.html
  • https://www.thrillist.com/entertainment/nation/game-of-thrones-ending-climate-change-global-warming