Réchauffement climatique : Greta Thunberg s’invite à l’Assemblée Nationale

Résumé : Devenue l’égérie de la lutte contre le réchauffement climatique, la jeune suédoise Greta Thunberg était reçue ce mardi 23 juillet 2019 à l’Assemblée Nationale française pour prendre la parole devant les députés. Cette intervention a vivement été critiquée par nos députés, dont plusieurs ont appelé à boycotter l’événement. Mais pourquoi Greta Thunberg a-t-elle été invitée à l’Assemblée Nationale, et pourquoi ses interventions sont-elles si souvent décriées ?

« L’urgence climatique et écologique, c’est maintenant »

À 16 ans, Greta Thunberg fait partie des plus jeunes activistes pour l’environnement. Très médiatisée depuis maintenant près de 3 ans, la jeune suédoise intervenait mardi 23 juillet à l’Assemblée Nationale pour s’exprimer sur l’urgence du réchauffement climatique. Le collectif “Accélérons la transition écologique et solidaire”, composé de 162 députés LREM, est à l’origine de cette intervention.

« J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Le monde ne va pas s’effondrer d’ici 11 ans. En revanche, la mauvaise nouvelle c’est que si nous ne faisons rien avant 2030, nous allons dépasser des points de basculement et nous ne pourrons plus revenir en arrière. » – Greta Thunberg

greta thunberg
© Micah Garen/Getty Images

Son discours avait pour but de sensibiliser l’hémicycle aux différents enjeux liés au réchauffement climatique et à la pollution. Elle était notamment accompagnée de Valérie Masson-Delmotte, vice présidence du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat), qui a rappelé les différents résultats scientifiques récents sur le changement climatique.

Mais plus que de faire un simple état des lieux de l’urgence climatique, le but de cette intervention était aussi de dénoncer l’inaction de la classe politique et des dirigeants des grandes entreprises les plus polluantes face au réchauffement de la planète : « C’est comme si vous n’aviez même pas daigné lire le dernier rapport du GIEC, décisif pour envisager l’avenir de notre civilisation. Ou peut-être que vous n’êtes pas suffisamment matures pour accepter ces données ? En tout cas, vous nous laissez ce fardeau. ».

Pour parler du réchauffement planétaire et de la dégradation des conditions climatiques, Greta Thunberg s’est basée sur le dernier rapport du GIEC, et notamment sur le « budget carbone », qui est un indice permettant de juger de la quantité de CO2 qu’il est encore possible d’émettre avant de dépasser un seuil dangereux concernant le réchauffement climatique. Greta Thunberg a notamment évoqué la nécessité d’instaurer un « budget limité » pour les émissions de CO2 restantes pour espérer limiter le réchauffement climatique mondial dans les prochaines années.

Une intervention qui fait débat dans la classe politique

L’intervention de Greta Thunberg n’a pas fait que des heureux ! Nombreux ont été les députés à critiquer cette intervention. C’est le cas de Julien Aubert, député LR et candidat à la présidence des Républicains, qui la qualifie de gourou apocalyptique, et de prophétesse en culotte courte. De nombreux autres députés ont suivi ce mouvement, en appelant notamment au boycott de l’intervention de Greta Thunberg à l’Assemblée Nationale sur les réseaux sociaux.

Les principales critiques énoncent le fait que Greta Thunberg appelle la jeunesse à “faire la grève” dans leurs établissements scolaires. Les parents de la jeune fille l’ont d’ailleurs autorisée à quitter l’école pendant un an pour faire du militantisme, chose pour laquelle certains des députés se sont offusqués. Mais ses principaux détracteurs voient surtout en elle un produit de marketing et de communication des lobbys écologistes, et la considèrent comme étant manipulée par des enjeux économiques et sociaux qui la dépassent.

A ses détracteurs, Greta Thunberg répond avec intelligence, en disant qu’une jeune fille de 16 ans peut très bien “penser par elle-même”. Concernant ses discours sur le réchauffement climatique, que beaucoup considèrent comme alarmistes et excessifs, elle rétorque également que ces chiffres sont uniquement ceux de la science, et qu’elle n’invente rien. Elle n’aura d’ailleurs pas manqué d’adresser un message aux députés français ayant boycotté son intervention pendant son discours : « Certains ont choisi de ne pas venir aujourd’hui, certains ont choisi de ne pas nous écouter. Ce n’est pas grave. Après tout, nous ne sommes que des enfants, vous n’avez pas le devoir de nous écouter. Par contre, vous avez le devoir d’écouter les scientifiques, et c’est tout ce que nous vous demandons. »

Un accord de libre-échange signé le jour même

Cette intervention n’aura pas empêché les députés de signer le CETA le jour même un accord de libre-échange avec le Canada très controversé car dangereux pour le climat. Ils sont pourtant 266 députés à avoir voté pour sa ratification, contre 213.

Négocié depuis plusieurs années déjà, ce traité a pour but de supprimer les droits de douane entre l’Europe et le Canada. Approuvé par l’Union Européenne en 2017, il doit maintenant être ratifié par les assemblées européennes, ce qui est désormais chose faite pour la France.

Les abstentionnistes et les députés ayant voté contre la ratification du traité avancent notamment la raison de l’urgence climatique. Ce traité permettant le libre échange entre deux zones à plus de 6000 kilomètres d’écart, et permettant l’échange de produits déjà disponibles sur les deux continents présente pour eux peu d’intérêt. La député Stella Dupont s’interroge d’ailleurs sur « le sens écologique » de ce traité, faisant alors écho à la jeune militante Greta Thunberg, qui était venue s’exprimer dans l’hémicycle quelques heures plus tôt. Plus d’informations sur le CETA ici.

Sources

  • https://www.lexpress.fr/actualite/societe/chiffres-critiques-que-faut-il-retenir-du-discours-de-greta-thunberg-a-l-assemblee_2091190.html
  • https://www.courrierinternational.com/article/vu-de-letranger-greta-thunberg-devant-lassemblee-nationale-bien-loin-des-caricatures-de-ses
  • https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/07/23/greta-thunberg-militante-pour-le-climat-agee-de-16-ans-avec-asperger_5492471_3224.html

Commentaires

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis : cliquez ici