La biodiversité

La notion de biodiversité est très récente. En effet, ce mot, qui est la contraction de biologie et de diversité, a fait son apparition dans les années 80, mais la notion en tant que telle nous précède de plusieurs millions d’années. Ce qu’on appelle biodiversité regroupe les interactions entre l’ensemble des êtres vivants, interactions entre eux mais aussi avec leur milieu de vie. Malheureusement, cette biodiversité est actuellement menacée. Les experts considèrent que d’ici un siècle près de la moitié des espèces pourraient avoir disparu.

Qu’est-ce que la biodiversité?

Un mot nouveau pour un phénomène ancien

Comme nous l’avons indiqué précédemment la notion de biodiversité est relativement récente et date de la seconde partie du siècle dernier. Mais le phénomène en lui même a existé dès lors que des organismes vivants ont fait leur apparition, il y a donc près de 3,5 milliards d’années.

La biodiversité traite des interactions entre les êtres vivants. On peut donc dire que la biodiversité est la vie sur terre. Cette notion peut paraître simple mais regroupe plusieurs échelles:

  • la diversité des êtres vivants, des différents milieux de vie: monde végétal, aquatique, désertique, …
  • les diversité entre les espèces existantes,
  • la diversité au sein de chaque espèce. Ex: nous faisons partie des homo sapiens mais chaque membre de cette espèce est unique.

Quand on indique que l’on doit prendre soin de la biodiversité, cela veut dire qu’il faut englober l’ensemble de ces échelles car elles sont interdépendantes. Modifier l’une d’entre elle aura nécessairement des conséquences sur les deux autres. Par exemple, l’action des verre des terre permet de fertiliser les sols. Modifier leur habitats naturel, leur alimentation aura, à terme, un impact sur notre propre capacité à se nourrir.

Tour d’horizon

 width=Nous connaissons actuellement près de 1,8 million d’espèces mais les experts estiment que le nombre d’espèces sur la planète pourrait  en réalité s’élever à 100 millions. Nous continuons chaque année de découvrir des milliers d’espèces. En effet, les micro-organismes peuplant par exemple la forêt amazoniennes sont multiples et complexes à étudier. De même, en certains endroits le fond des océans n’a jamais été atteint et cache encore bien des mystères.

Néanmoins, de nombreux experts expriment leur inquiétude quant à l’état actuel de la planète, aux actions exercées sur la biodiversité et à la réduction constante de nombreuses espèces. Certains emploient l’expression de « sixième extinction de masse des espèces ». A titre d’exemple, la dernière extinction connue était celle des dinosaures qui a profondément modifier les équilibres en cours.

Une entité internationale prête particulièrement attention à la situation en cours, c’est l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Cet organisme regroupe plus de 100 000 experts à travers le monde et 212 Etats. Une branche est présente en France. L’UICN mène de nombreuses études sur le sujet. Une de ses études a indiqué, qu’en 2016, au sein des 85 000 espèces étudiées, près de 30% sont des espèces menacées. Les plus concernés sont les amphibiens (42%). Les espaces de vie sont également menacés du fait de l’activité humaine, 70% sont actuellement surexploités.

Le saviez-vous ?

Les scientifiques découvrent chaque année près de 15 000 espèces supplémentaires

Comment protéger la biodiversité?

Le cadre légal français

Bien que de plus en plus de personnes prennent conscience de la situation, il reste très difficile d’agir efficacement à titre individuel, d’autant que derrière les plus gros acteurs de la société telles les entreprises, de gros enjeux financiers existent. Il est alors nécessaire que l’Etat intervienne pour pousser l’ensemble des acteurs à promouvoir la biodiversité et sa protection.

En 1976, a été publiée la loi sur la protection de la nature. La situation, les connaissances scientifiques et techniques ainsi que es nécessités d’une action rapide et efficace ont amené le gouvernement à écrire et faire voter, après 27 mois de négociation, une nouvelle loi en 2016: la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Cette loi a été voté le 9 août 2016. Les objectifs sont clairs:

  • protéger et valoriser le patrimoine naturel français
  • faire de la France le pays de l’excellence environnementale

Que contient cette loi?

La loi contient tout d’abord des mesures pour sécuriser et protéger les espaces en danger. Ainsi, les outils visant à protéger les espèces et espaces en danger se sont vus renforcés: plans nationaux, sanctions pénales contre les trafic d’espèces, interdiction d’utiliser des pesticides contenant des néonicotinoïdes, limitation de l’utilisation du plastique, …

Cette loi renforce également de nombreux principes juridiques importants et pouvant être utilisés lors de litiges pour faire valoir les dégâts subis par l’environnement. Ainsi, le principe de non-régression a été introduit dans le droit (la protection de l’environnement ne peut être qu’en amélioration constante), de même pour le principe de solidarité écologique. De plus, un régime de réparation (pécuniaire ou naturel) a été mis en place pour renforcer la notion de préjudice écologique.

Enfin, la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a mis en place l’agence française pour la biodiversité. Cette agence rassemble plusieurs organismes et se voit attribuer des missions de préservation, de restauration et de gestion de la biodiversité.

Les actions citoyennes

Le gouvernement ne peut pas tout et sans l’action citoyenne, la lutte pour la préservation de la biodiversité ne serait pas aussi avancée. Ce sont les initiatives des citoyens et leur engagement qui ont permis de porter ce sujet sur le devant de la scène. Encore aujourd’hui, de nombreux projets privés voient le jour et assurent une innovation et une action constante dans le milieu.

Des entreprises voient le jour en ayant un projet écologique, le principe de responsabilité sociétale est de plus en plus adopté par les entreprises, des associations locales et internationales portent une réelle action dans le milieu. Il est possible de les contacter pour obtenir plus d’informations à ce sujet.

Les actions des compagnies d’énergie

La majorité des installations de production d’énergie, comme les centrales nucléaires, les barrages hydrauliques, les éoliennes, ou les panneaux solaires, sont bien souvent situées à proximité de zones naturelles. Elles ont un impact sur la faune et la flore environnante, c’est à dire sur la biodiversité du lieu dans lequel ces installations sont implantées.

EDF, acteur historique de l’énergie en France s’engage par le biais de plusieurs programmes à respecter la biodiversité et limiter au maximum les effets négatifs sur la planète de la production d’énergie. EDF est par exemple lié au programme de l’association « Act4nature », qui à pour but de rassembler les entreprises soucieuses de respecter la biodiversité des lieux dans lesquels elles sont présentes. Les contrats d’énergie verte, permettent également de souscrire un contrat d’électricité issue d’une production durable.

Le fournisseur ENI est également préoccupé par ces questions de demain. Ce fournisseur alternatif offre l’opportunité de choisir un contrat de gaz naturel, aux faibles impacts négatifs pour la planète. ENI produit également du gaz via la méthanisation et l’utilisation intelligente des déchets. Cela permet par exemple de préserver la biodiversité Turque, ou une décharge a été exploitée afin de collecter les gaz et les transformer en énergie.

Redactor

Ecrit par clara

Mis à jour le 11 Sep, 2020

Commentaires

star star star star star

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis :