La tempête Miguel sévit dans l’ouest de la France à l’approche de l’été

Résumé : Survenue le week-end du 7 juin, la tempête « Miguel » a causé de sérieux dégâts, notamment dans l’ouest et dans le centre de la France, privant des milliers de personnes de l’électricité et causant même des blessés et plusieurs disparus. Retour sur cette tempête hivernale arrivée quelques jours seulement avant la saison estivale.

La tempête Miguel

Un passage court mais destructeur

Elles sont dix. Dix régions de l’Ouest de la France ont été concernées par le passage de la tempête baptisée « Miguel ». Bien qu’elle ne soit pas aussi destructrice que « Xynthia » de 2010, Miguel étonne tout de même par la violence de ses bourrasques, le nombre de régions concernées et surtout par le fait qu’elle fasse son apparition en plein mois de juin. Une arrivée estivale qui a surpris les spécialistes et, malheureusement, de nombreux habitants de ces départements.

À ce jour, les bilans font état de plusieurs blessés et disparus, alors que la tempête semble connaître une accalmie après un week-end durant lequel les Sables-d’Olonne ont notamment pleuré leurs morts.

Une dizaine de départements avait, dès la fin de la semaine dernière, été placée en vigilance orange, dont la Charente-Maritime, la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

La tentative de sauvetage des « héros » de la SNSM

Sauvetage SNSMVendredi 7 juin, alors que Miguel souffle ses rafales à plus de 120 km/h en Vendée, plusieurs sauveteurs de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) décident de prêter secours à un retraité à bord d’un chalutier coincé en mer, alors qu’il tentait de rentrer après s’être rendu en mer pour pêcher.

Si quatre sauveteurs parviennent à rentrer au port, trois autres, pourtant expérimentés et âgés de 28, 51 et 55 ans périssent en mer. L’un des sauveteurs, témoigne : « On savait qu’on allait se noyer, mais ce n’était pas grave […] on savait que les pompiers n’étaient pas loin », livre David, regrettant avec une vive émotion la disparation de ses collègues.

Une cérémonie d’hommage se tiendra jeudi en cours d’après-midi en présence du chef de l’État, Emmanuel Macron, qui a décidé de décorer, à titre posthume, les trois bénévoles de la SNSM qu’il a qualifié de héros. Cette cérémonie fera suite aux nombreux hommages qui se sont déroulés en France, et particulièrement aux Sables-d’Olonne, commune où s’est déroulé le drame. Ils étaient près de 15 000 à se réunir sur la plage de la station balnéaire, accompagnés par le bruit des vagues et un silence chargé d’émotion.

Le saviez-vous ?

On attribue des noms aux tempêtes afin que les services météorologiques puissent communiquer plus facilement à leur sujet. Selon Météo France, qui se base sur des études faites au Royaume-Uni, la population a tendance à se montrer attentive aux consignes de sécurité lorsque la menace est clairement identifiée (nature de la catastrophe, violence de celle-ci…) et qu’elle porte un nom précis. C’est l’AEMET (Agence de l’État de Météorologie), un organisme espagnol, qui a décidé de ce nom de « Miguel », dans la mesure où la tempête a touché l’Espagne, avant d’atteindre l’hexagone.

Le bilan matériel

Le phénomène en chiffres

Chiffres tempête MiguelCôté matériel, les dégâts sont également considérables. Les rafales ont provoqué de nombreuses chutes d’arbres, de panneaux de signalisation sur la voie publique en province, comme à Paris et la proche banlieue. Les trains ont naturellement vu leur circulation être grandement impactée et ce sont des dizaines de milliers d’habitants qui se sont retrouvés sans électricité. De nombreux records ont été enregistrés. Ainsi, des vents à 103 km/h ont été enregistrés à Rouen (76), 109 km/h à Rochefort (17) et les 129 km/h ont même été atteints enregistrés à l’Île d’Yeu (85).

La gestion de crise d’Enedis

Enedis, gestionnaire du réseau électrique en France, a dû employer les grands moyens pour venir en aide aux milliers de Français privés d’électricité depuis vendredi soir. Plus de 90% des foyers (soit près de 75 000 clients) des régions touchées par la tempête ont été concernés par cette coupure d’électricité. Dès vendredi soir, la quasi totalité des foyers touchés à pu à nouveau s’éclairer, alors qu’encore 6 000 logements étaient plongés dans l’obscurité samedi.

Plus de 1 000 techniciens d’Enedis, particulièrement formés à la gestion de crise, ont à pied d’oeuvre déployé tous les moyens pour rétablir le courant dans les régions concernées. Ainsi, plusieurs tonnes de câbles et branchements et une centaine de groupe électrogènes ont été nécessaires pour alimenter à nouveau la population.

En tête de liste des régions touchées, on distingue la Normandie et l’Aquitaine, lesquelles ont vu respectivement près de 15 000 et 10 000 foyers être totalement dans le noir. Enedis recommande à tous ceux rencontrant encore des problèmes de courant de ne pas toucher un câble électrique au sol ou un poteau endommagé.

Contacter Enedis

Si vous êtes toujours concerné par des pannes d’électricité ou que vous avez des questions particulières, contactez Enedis au 09 726 750 XX, en remplaçant « XX » par le numéro de département dans lequel vous habitez.

Que penser de cette tempête hivernale ?

Forcément, l’arrivée d’une tempête hivernale à l’approche des premiers jours de l’été suscite quelques questions. À ce sujet, les spécialistes se veulent rassurants : il s’agit d’une manifestation rare mais pas inédite à cette période de l’année. Aux interrogations subsistant encore, Cyrille Duschenes, météorologue pour BFM TV, répond : « Ces événements ne peuvent pas être directement reliés au réchauffement climatique ». Précisions néanmoins qu’il faut remonter à juin 1987 pour retrouver la trace d’une telle tempête à cette période de l’année…

Sources :

https://www.bfmtv.com/planete/tempete-miguel-un-evenement-rare-a-cette-periode-de-l-annee-1706663.html
https://www.meteocontact.fr/actualite/bilan-de-la-tempete-miguel-3-morts-et-des-rafales-jusqu-a-129-kmh-80289
http://www.leparisien.fr/societe/tempete-miguel-dix-departements-en-alerte-orange-aux-vents-violents-07-06-2019-8088351.php
https://www.francetvinfo.fr/meteo/tempete/tempete-miguel/video-naufrage-d-un-bateau-de-la-snsm-on-savait-qu-on-allait-se-noyer-temoigne-david-un-sauveteur-rescape_3480795.html

 

Commentaires

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis : cliquez ici