L’affaire du siècle, où en est la pétition ?

Résumé: Depuis 2 semaines déjà, le vendredi, les lycéens et étudiants français se retrouvent dans les rues pour manifester en faveur du climat. Leur volonté ? Faire réagir l’État français face à l’urgence climatique, dans laquelle nous nous trouvons. Ce mouvement a été initié par la jeune suédoise Greta Thunberg, mais elle n’est plus seule.
Fin 2018, une pétition contre l’État a été lancé sur internet, il s’agit de l’Affaire du siècle ! Ce mouvement a rapidement été viral, partagé en masse et le nombre de signataires grimpant rapidement, pour atteindre plus de 2 millions aujourd’hui. Mais concrètement l’Affaire du siècle c’est quoi ? Qui se cache derrière et quel avenir ?

L’affaire du siècle c’est quoi ?

La transition écologique est au cœur des débats depuis plusieurs années. Mais face aux mouvements des gilets jaunes en France, qui protestent contre les inégalités sociales et notamment la taxe carbone, la question de la transition écologique s’est retrouvée face à un mur. Agir oui, mais comment le faire de façon solidaire ? Or le temps presse et il est nécessaire d’agir maintenant, avant de passer le cap fatidique des +2°C.

En 2002, Jacques Chirac prononce un discours à Johannesburg, durant le 4ème Sommet de la Terre où il dit, en évoquant le réchauffement climatique, « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ».

Mais depuis cette prise de conscience, il y a plus de 16 ans, on a l’impression que rien n’a bougé, malgré les nombreuses tentatives. Par exemple, la France s’était engagée à réduire ses émissions de CO2, Emmanuel Macron évoque même la neutralité cartonne pour 2050. Or depuis 2015, les émissions de gaz à effet de serre, sont reparties à la hausse en France ; les projets ou nouvelles lois en faveur de l’environnement et du climat sont à l’arrêt.

Un collectif regroupant plusieurs ONGs (organisation non gouvernementale), a donc décidé d’agir, en portant plainte contre l’État, pour inaction climatique. La France a pris de nombreux engagements, pour lutter contre le réchauffement climatique, qui n’ont pas été tenus et cela est une faute punissable par un tribunal.

Avec ce mouvement, il y a une volonté de mettre en lumière l’inaction politique de la France, face au dérèglement climatique et surtout de prendre des mesures rapidement, avant qu’il ne soit trop tard.

Cette action peut surprendre et paraître irréaliste, est-ce véritablement possible d’emmener l’État en justice ? Cela a déjà été fait dans d’autres pays, où des actions juridiques sont en cours, contre les gouvernements pour inaction climatique. Notamment en Belgique, au Pakistan, aux États-Unis ou encore au Canada.
Néanmoins, s’il est donc possible de porter plainte contre son pays, est-il pour autant condamnable ? Oui, aux Pays-Bas une action comme l’Affaire du siècle, a été menée et cela a été une victoire ! Le gouvernement a été reconnu coupable d’inaction climatique et condamné à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de -25% d’ici 2020.

L’Affaire du siècle, a donc été lancée grâce à une pétition en ligne, mise en place en fin d’année 2018. Suite à cela, l’acte 1 du mouvement a débuté le 17 décembre 2018, un courrier a été envoyé aux ministres qui sont concernés par le sujet. Dans cette lettre, il leur a été demandé très clairement ce qu’ils comptaient faire pour le climat et pourquoi ils n’avaient encore rien fait. Ils avaient jusqu’au 18 février 2019, pour donner une réponse. Ensuite, si les réponses ne sont pas satisfaisantes ou inexistantes, le collectif prendrait alors des mesures, en saisissant le tribunal administratif pour inaction climatique.

En quelques mois, la pétition a atteint les millions de signatures, aujourd’hui 2 144 528.

La date butoir fixée pour que les ministres répondent, a été atteinte la semaine dernière, mais avant de voir ce qu’il en est, découvrons qui se cache derrière l’Affaire du siècle.

 

Qui sont les acteurs ?

Derrière l’Affaire du siècle, on retrouve 4 ONGs, qui vont porter le mouvement. Les ONGs qui s’en occupent sont : « Notre Affaire à Tous », « Fondation pour la Nature et l’Homme», « OXFAM France » et « Greenpeace ».

La Fondation pour la Nature et l’Homme, est une ONG créée par Nicolas Hulot. Elle lutte pour préserver le patrimoine naturel, ainsi que le partage équitable et durable des ressources naturelles. Tout en étant engagée pour la solidarité et le respect de la diversité.

Greenpeace, est une association célèbre pour ses nombreuses actions coups de poings à travers le monde, pour la protection de l’environnement et sa biodiversité. L’ONG combat également pour la paix dans le monde, notamment la libération de journalistes emprisonnés.

OXFAM est une ONG internationale, qui lutte contre les inégalités et la pauvreté dans le monde et plus particulièrement dans les pays en développement.

Enfin, Notre Affaire à tous, œuvre pour une « justice climatique », de façon à faire face aux changements climatiques et à la disparition des ressources naturelles. Elle est née, suite au mouvement « End Ecocide on Earth » qui a pour but de faire reconnaître, pénalement, les atteintes portées à l’environnement.

Aux côtés de ces ONGs, des célébrités se sont associées pour donner leur image et leur voix, dans un clip vidéo qui explique clairement le mouvement. Dans cette vidéo on retrouve de nombreuses stars, youtubeurs, acteurs, chanteurs, réalisateurs de films, qui partagent la volonté et l’envie de faire bouger les choses en faveur de la planète. Dans le clip on peut voir : McFly et Carlito, Nicolas Meyrieux, L.E.J, Guillaume Meurice. Mais également, Juliette Binoche, Marion Cotillard (engagée depuis des années pour l’environnement, notamment avec l’ONG Greenpeace) et Elie Semoun. Sur le compte Facebook de Greenpeace, la vidéo a été publiée le 18 décembre 2018, en seulement 2 mois elle a reçu 17 000 « likes », plus de 80 000 commentaires et elle a été partagé plus de 1 400 fois ! 14 millions de vues cumulées, on ne peut pas dire que l’on a rien vu !

Mais suite au succès de la pétition, qui regroupe de nombreux signataires décidés à s’engager aux côtés des ONG, quelle est la réaction de l’État ?

On en est où aujourd’hui ?

Les 2 mois laissés aux ministres, pour répondre au courrier envoyé par les ONGs, se sont écoulés la semaine dernière, le 18 février.

Une semaine avant la date butoir, le 8 février, le ministre de la transition écologique, François de Rugy, a invité 100 signataires au ministère, pour débattre sur l’action de la France en faveur du climat.
Face à cette action du ministre, les réactions étaient mitigées. Marie Pochon, coordinatrice de l’association « Notre Affaire à tous », s’est exprimée « Nous demandons une action concrète, une grande action nationale plutôt qu’une participation à un grand débat national sur la question climatique ».

Le 14 février 2019, le 1er ministre, Edouard Philippe a donc décidé de recevoir dans son bureau les 4 ONGs à l’origine de l’Affaire du siècle. À l’issue des discussions, le 1er ministre français a mis fin aux interrogations, quant à la position de l’État, face à la pétition l’accusant d’inaction climatique. « Nous récusons l’accusation d’inaction climatique », cette phrase courte d’Edouard Philippe, lance donc l’acte 2 de l’Affaire du siècle.

Le 14 mars 2019, les ONGs se rendront au tribunal administratif pour déposer un recours administratif. Ils appellent ensuite tous les Français à se mobiliser le 16 mars, pour montrer leur soutien au mouvement et montrer à l’État que cela ne s’arrêtera pas là.

Quels sont les risques du réchauffement climatique ?

Rendez-vous donc dans plusieurs mois pour suivre la suite de cette action, qui est déjà classée comme « la plus grande mobilisation en ligne de l’histoire de France ».