La ventilation de la fosse sceptique : utilité , techniques et fonctionnement

La fosse sceptique est un dispositif d’assainissement non-collectif utilisé pour les bâtiments non raccordés au tout-à-l’égout. Ce procédé est utilisé surtout dans les zones où l’habitat est dispersé pour éviter le coût très élevé d’un assainissement collectif. Étant donné l’importance des systèmes d’évacuation pour l’hygiène individuelle et collective, l’installation et l’entretien d’une fosse sceptique sont réglementés par la loi. Le règlement impose des normes rigoureuses en ce qui concerne le volume, l’emplacement, la ventilation et la vidange de la fosse sceptique. La ventilation est l’un des éléments les plus importants pour le bon fonctionnement d’une fosse sceptique. Pourquoi et comment ventiler une fosse sceptique ? Comment améliorer la ventilation ? Pourquoi utiliser un extracteur éolien ?

Ventilation de la fosse sceptique : pourquoi ?

La fosse sceptique à pour rôle d’épurer les matières solides évacuées par les sanitaires en les liquéfiant. Il s’agit d’un travail de fermentation dont les acteurs principaux sont les bactéries qu’on trouve dans les eaux polluées. Durant le processus de fermentation des déchets-qui peut prendre des semaines, plusieurs types de gaz émanent. Certains de ses gaz sont toxiques comme par exemple le sulfure d’hydrogène. Ils dégagent des odeurs nauséabondes et représentent un certain danger pour la santé des êtres humains. Ces gaz sont également une menace pour la structure de la fosse sceptique et de ses matériaux. Ils peuvent accélérer la corrosion de canalisations et la détérioration de la dalle de béton. Il faut donc installer un dispositif de ventilation pour évacuer les gaz et protéger ainsi la fosse et ses utilisateurs. Ce dispositif sert également à améliorer le fonctionnement de la fosse sceptique : il apporte l’air frais qui permet de stabiliser la pression.

Mais comment ventiler une fosse sceptique ?

Pour assurer une bonne ventilation, il faut doter la fosse de deux conduits distincts. Le premier conduit est appelé ventilation primaire et sert à apporter l’air nécessaire pour décompresser les sanitaires et faciliter le bon écoulement des déchets. Il est situé en amont de la fosse et Il faut que son diamètre soit de 100 mm au minimum. L’autre conduit est appelé ventilation secondaire et sert à évacuer les gaz émanant de la fermentation. Il se situe en aval de la fosse et doit dépasser d’au moins 40 cm le toit. Pour améliorer la ventilation il faut munir l’extrémité du conduit d’un extracteur statique ou éolien. La deuxième solution reste la meilleure pour beaucoup de raisons.

Pourquoi utiliser l’extracteur éolien ?

C’est incontestablement l’une des meilleurs systèmes de ventilation. Il est conçu pour améliorer le tirage naturel et évacuer les gaz toxiques et nauséabonds. Comme son nom l’indique, ce dispositif fonctionne grâce à l’action du vent : une solution parfaitement écologique. L’extracteur éolien est constitué de deux parties essentielles : une embase qui se fixe sur le conduit de la ventilation et une turbine rotative (sous forme d’ailettes). Il est souvent fabriqué en matières inoxydables puisqu’il est exposé à la pluie et autres facteurs climatiques. Son fonctionnement est à la fois simple et efficace. le vent fait tourner les ailettes de la turbine et crée ainsi une dépression dans le conduit pour faciliter l’aspiration de l’air vers l’extérieur de la fosse sceptique. L’installation d’un extracteur éolien est assez facile et n’exige pas un savoir-faire particulier.

5 façons pratiques de consommer moins d’énergie dans votre maison

Le fait de diminuer la consommation d’énergie d’une maison a plusieurs avantages. En premier lieu, cela permet de réduire l’empreinte écologique, et donc d’avoir une consommation plus respectueuse de l’environnement. Le second avantage, et non des moindres, est de réaliser de grandes économies sur les factures énergétiques.

Certaines pratiques sont faciles à mettre en place et requièrent peu d’engagements afin d’éviter le gaspillage énergétique, voyez par vous-même.

Isoler efficacement vos fondations

Sans une bonne isolation, peu importe les gestes entrepris, les efforts seront réduits à néant.

Avec le froid ou l’humidité, les échanges entre le froid venant des sols et la chaleur émanant de votre habitation sont courants. L’isolation des fondations est donc capitale pour ne pas voir la consommation énergétique augmenter lorsque la température extérieure diminue.

L’isolation par l’extérieur permettra de contrer directement les basses températures des sols et tiendra l’humidité éloignée de votre maison, mais elle nécessite des travaux contraignants. L’isolation par l’intérieur quant à elle, offre une solution plus adaptée aux habitations déjà construites ou pour celles qui possèdent un système de drainage extérieur.

Avant d’isoler votre habitation, pensez à vérifier l’état de votre solage. Si celui-ci présente des défauts ou des fissures, il faudra commencer par la réparation des fondations avant la pose des isolants.

Pour toutes les petites fissures, il est possible de les réparer à l’aide de produits vendus dans certains magasins spécialisés. Pour les plus grosses, un spécialiste pourra vous aider à rétablir l’intégrité de votre solage.

Réguler le chauffage et l’air conditionné

Il est d’abord possible, et fortement suggéré de réguler le chauffage et l’air conditionné dans les pièces, ce qui aidera à éviter le gaspillage énergétique.

Dans cette optique, diminuez la température lorsqu’aucun occupant ne se trouve dans la salle, ainsi que durant la nuit. Faites de même lors des longues absences, telles que les vacances.

Il existe des thermostats programmables qui sont particulièrement aidants pour ce faire. Vous n’aurez alors qu’à programmer la température désirée pour chaque pièce et selon l’heure de la journée et de la nuit. Ceci vous évitera de devoir penser à le faire quotidiennement.

Isoler vos portes et fenêtres

Pour éviter les infiltrations d’air à l’intérieur, il faut isoler les portes et les fenêtres.

Pour ce faire, les fenêtres peuvent être couvertes d’une pellicule de cellophane ou entourées d’un produit de calfeutrage temporaire. Il est également possible de changer vos fenêtres afin d’installer des modèles plus efficaces au niveau de l’isolation.

Les rideaux sont particulièrement efficaces pour maintenir la chaleur ou la fraîcheur de votre habitation. Ceux-ci évitent une partie des pertes énergétiques connues.

Quant aux portes, il suffit d’installer un coupe-bise pour les isoler efficacement et empêcher les infiltrations d’air.

Utiliser de l’eau froide

L’eau chaude est une partie importante de la consommation énergétique d’une maison.

Pour diminuer son utilisation, il est entre autres conseillé de faire vos lavages à l’eau froide. Si vous tenez à les faire à l’eau chaude, assurez-vous que l’appareil soit au maximum de sa capacité à chaque brassée.

Ce dernier point vaut également pour le fonctionnement du lave-vaisselle.

Enfin, ne pas passer trop de temps dans la douche ou prendre une douche tiède peut également permettre de consommer moins d’énergie.

Installer des appareils éco-énergétiques

Pour finir, certains appareils électroménagers et d’éclairage sont conçus spécifiquement pour dépenser moins d’énergie.

En outre, ces appareils éco-énergétiques sont plus puissants, et leur durée de vie est plus longue.

Bien que ces appareils puissent coûter plus cher que leurs homologues non écoénergétiques au moment de l’achat, le retour sur investissement à long terme est avantageux.

En résumé

En pratiquant les différents conseils cités, il y a fort à parier que vous diminuerez rapidement votre consommation d’énergie.

Ces astuces permettent en plus de réduire sa facture d’énergie, ce qui est le bienvenu dans un monde où tout est dispendieux !

Vous rénovez votre bien ? Obtenez un devis rapidement !

Votre logement est un lieu de détente, de partage et de joie. Que vous y viviez seul ou en famille, s’y sentir bien est essentiel. Voilà pourquoi les français jugent primordial la réalisation de travaux dans leur habitation. Rénover oui mais à quel prix ?

La solution pour réaliser des travaux dans son logement sans se ruiner est de comparer les offres. Vous y avez déjà pensé mais les recherches d’artisans vous ont pris trop de temps ? Ne stressez plus, vous venez de trouver la solution à vos tracas.

Que vos besoins concernent votre salle de bain, l’isolation de vos combles, l’électricité ou encore le nettoyage de votre façade, vous pouvez avoir plusieurs devis en consacrant seulement 5 minutes de votre temps. Facilitez-vous la tâche en demandant des devis dès maintenant sur AVOIRUNDEVIS.fr. Recevez des devis gratuitement afin de pouvoir évaluer et comparez les prix. Vous choisissez l’artisan près de chez vous qui vous convient.

Vos projets aussi bien d’ordres énergétiques qu’esthétiques, seront réalisés par des professionnels de qualité et de proximité. AVOIRUNDEVIS.fr permet à tous les particuliers de comparer les offres sur le 1er réseau de demande de travaux entre particuliers et professionnels du bâtiment.

C’est simple, ne perdez plus de temps et économisez votre argent ! En seulement 4 étapes vous recevez plusieurs devis. Cela ne vous prendra que quelques minutes pour compléter et envoyer votre demande de besoin de travaux :

  1. Rendez-vous sur le site www.avoirundevis.fr et cliquez sur le bouton « Je créé ma demande de Devis Travaux Gratuit ».
  2. Créez votre demande de Devis Travaux Gratuit en seulement 5 minutes : afin de mieux cerner votre demande, vous remplissez un formulaire non engageant puis vous l’envoyez directement depuis la plateforme. Vous choisissez les domaines de compétences désirés. N’hésitez pas à détailler au maximum votre besoin afin que nous vous proposions les meilleurs artisans.
  3. Recevez jusqu’à 5 propositions de devis pour vos prestations : pour chaque catégorie de travaux choisie, recevez jusqu’à 5 devis de prestataires différents. Vous avez ainsi le choix du fournisseur sans pour autant être noyé de propositions ! Chaque professionnel du bâtiment répond par mail à votre demande : l’échange est rapide et simple.
  4. Il ne vous reste plus qu’à comparer les offres pour choisir celle qui vous convient le mieux !

N’attendez plus ! Réalisez votre demande de devis sur AVOIRUNDEVIS.fr et optimisez au mieux votre budget pour vos travaux.

Vous êtes un artisan ou professionnel du bâtiment ? N’hésitez pas à vous inscrire sur le 1er réseau de demande de travaux entre particuliers et professionnels pour obtenir de nouveaux chantiers

Une maison plus sûre et plus éco-responsable avec la domotique

La domotique est née dans les années 1970, mais ce n’est que depuis 2009 que nous en entendons parler grâce à son arrivée sur le marché. Elle représente l’ensemble des techniques ayant pour but d’automatiser une maison. Aujourd’hui, elle s’est développée, notamment dans le cadre de la sécurisation d’une habitation.

L’installation d’un système d’alarme connecté

La domotique est un univers qui vous offre de multiples possibilités en termes d’aménagement d’habitat connecté, le but principal étant une sécurité renforcée. En France, nous comptons en moyenne 382 000 cambriolages par an. Les risques sont donc conséquents et il faut tout mettre en place pour éviter que cela arrive chez vous. Ainsi, des professionnels comme Domo-Confort proposent une gamme complète de système d’alarmes nouvelle génération pour vous permettre de passer des nuits et journées tranquilles.

Lorsque vous installez un système d’alarme chez vous, il sera ainsi relié à une application mobile. Vous pourrez alors gérer les événements à distance et surtout veiller à ce qu’aucun individu ne passe la porte de votre maison sans votre présence.

Les outils à optimiser chez soi

La sécurisation d’une maison, cela ne passe pas uniquement par une alarme installée sur votre porte d’entrée, mais aussi par de nombreux éléments qui évitent tout danger. Cela concerne la fermeture des fenêtres et leur sécurisation, les détecteurs de fumée pour éviter tout risque d’incendie avec et sans votre présence, mais aussi beaucoup d’autres éléments comme votre portail par exemple.

En dehors de ces derniers, la domotique va aussi vous offrir la possibilité de réguler votre consommation énergétique. Eau, électricité ou gaz, vous ferez des économies et vous deviendrez un fin protecteur de l’environnement en optant pour des solutions domotiques. Par exemple, lors de votre absence, le chauffage ne sera pas positionné sur le même thermostat et la chaleur se dispersera à nouveau dans votre habitat un avant votre retour pour un confort optimal.

Bref, la domotique connaît un franc succès depuis des années parce qu’elle offre une qualité de vie inégalée. Toujours en évolution avec les nouvelles technologies, elle nous permet une adaptation parfaite à notre situation et à celle de notre maison !

Gaz naturel : état des lieux du marché professionnel

État des lieux du marché du gaz professionnel

Depuis 2007 et la libéralisation du marché du gaz naturel, sous la férule de l’Union européenne, de nombreux opérateurs privés se sont imposés sur la scène française, proposant des tarifs alternatifs à ceux, réglementés, pratiqués par les fournisseurs historiques. Dix ans plus tard, comment se porte ce marché du gaz professionnel ? État des lieux.

Comprendre la mécanique tarifaire du gaz naturel

Gaz naturel particulier et gaz professionnel sont logés à la même enseigne : les tarifs évoluent en fonction de nombreux facteurs que les opérateurs ne maîtrisent pas toujours. Ces facteurs peuvent être endogènes ou exogènes, c’est-à-dire qu’ils peuvent avoir pour origine le fonctionnement interne du fournisseur ou des événements indépendants de sa volonté.

  • Facteurs endogènes: le prix du gaz est dicté par l’ensemble de la chaîne, à savoir les coûts de la molécule à l’achat, de l’acheminement du gaz naturel depuis le pays producteur, de son stockage et de sa commercialisation.
  • Facteurs exogènes:

Nationaux: au-delà des températures, qui ont un effet sur la consommation en gaz, ce sont surtout les évolutions macro-économiques qui impactent les prix. Par exemple, une baisse de la croissance nationale entraîne un recul de la production industrielle, qui lui-même a pour conséquence une réduction de la demande globale de gaz professionnel, donc une dépréciation des prix (et vive versa).

Internationaux : la situation géopolitique mondiale joue un rôle crucial dans l’évolution des tarifs. Il suffit qu’un pays producteur devienne instable pour que la disponibilité de la ressource soit remise en cause, ce qui influe à la hausse sur les tarifs. Le prix du pétrole a également une forte influence, le prix du gaz naturel étant historiquement annexé sur celui de l’or noir.

En France, en 2017, on prévoit une hausse des prix du gaz naturel de + 5,3 %. Cette augmentation sera due conjointement à des facteurs internes (augmentation des coûts de transport et de distribution) et aux effets de la situation internationale (incertitudes sur l’avenir de l’Europe suite au Brexit, jeu politique complexe de la Russie, etc.).

Des offres spécifiques en matière de gaz professionnel

Sur ce marché complexe (d’autant plus depuis sa libéralisation), certains opérateurs se sont attachés à répondre spécifiquement aux besoins des entreprises et des collectivités via des services de fourniture de gaz naturel professionnel, à l’instar de Gazprom Energy qui s’est spécialisé dans ce domaine.

Ces fournisseurs développent généralement des offres adaptées au marché professionnel, que l’on peut classer dans trois catégories :

  • Le gaz professionnel à prix fixe: un contrat à long terme fixant le tarif de la molécule de gaz à l’avance, sans risques de subir la variabilité des prix pendant toutes les années de l’engagement. Quand les facteurs endogènes et/ou exogènes influent sur les prix à la hausse, cette offre permet de se protéger et de maîtriser ses coûts de consommation.
  • Le gaz professionnel à prix indexé: en fonction des facteurs cités plus haut, mais également des variations des indices de référence (prix du baril de pétrole), les tarifs se calquent sur les évolutions des prix du gaz naturel. La non-maîtrise des coûts en est le principal inconvénient, mais pour des industries dont les besoins en énergie sont importants, ce type d’offre permet toutefois de moduler sa consommation.
  • L’offre multi-sites: une entreprise ayant besoin d’alimenter plusieurs sites différents (par exemple une chaîne de restauration) peut faire le choix d’une consommation variable en fonction des locaux et de ses besoins spécifiques, via un prix fixe ou indexé.

Tels sont les types d’offres généralement accessibles sur le marché du gaz professionnel hexagonal.

Les effets de la libéralisation du marché du gaz naturel sur les professionnels

Le 1er juillet 2007, le marché du gaz naturel s’est libéralisé : à partir de cette date, il était permis à des opérateurs alternatifs de proposer des offres de fourniture de gaz (aux particuliers comme aux professionnels) à des tarifs différents de ceux pratiqués par les opérateurs historiques (Engie dans le cas du gaz naturel).

Dix ans après, quels ont été les effets de cette ouverture à la concurrence ? Mitigés, si l’on en croit une étude relayée par Manageo : les opérateurs historiques gardent une certaine mainmise sur le marché. En cause : la difficulté des fournisseurs alternatifs à proposer des prix vraiment attractifs, capables de concurrencer les tarifs réglementés.

Mais ce qui est vrai pour les particuliers ne l’est pas du gaz professionnel. Sur ce segment, on constate que la tendance est inversée : l’ouverture du marché à la concurrence s’avère beaucoup plus avancée dans la catégorie des sites non résidentiels, puisque ceux-ci ont opté, à 88 %, pour des offres de marché, contre 47 % seulement des clients résidentiels (chiffres de la Commission de régulation de l’énergie).

La libéralisation du marché, au moins en ce qui concerne les professionnels, n’a donc rien d’une usine à gaz !

3 bonnes raisons d’installer une pompe à chaleur pour votre piscine

Avoir une piscine c’est bien mais pouvoir l’utiliser à chaque fois que l’envie nous prend, c’est encore mieux. Seulement, lorsque le temps n’est pas très clément, l’eau de votre piscine sera naturellement froide.

C’est pour cela qu’il est parfois plus intéressant de faire l’acquisition d’une pompe à chaleur pour votre piscine afin de pouvoir en profiter dès que le soleil pointe le bout de son nez mais que ses rayons ne sont pas encore spécialement chauds.

C’est pourquoi, nous vous recommandons de faire appel à des professionnels de la fabrication et installation de pompes à chaleur dédiées aux piscines, tels que Thermor.

Pourquoi installer une pompe à chaleur pour votre piscine ?

La principale raison est, sans grande surprise, de pouvoir chauffer l’eau de votre piscine afin de vous baigner quand vous le désirez. En effet, avec une pompe à chaleur piscine Thermor, les calories présentes dans l’air sont recueillies par la pompe qui va les transformer en source de chaleur. De cette manière, l’eau de votre piscine sera toujours à bonne température.

La seconde raison qui pousse à opter pour une pompe à chaleur piscine est qu’il est possible de se faire aider dans le financement d’un tel achat. En effet, il existe plusieurs aides de l’Etat vous permettant de financer une partie du prix de la cette pompe à chaleur, ce qui n’est pas négligeable. Et comme l’installation d’un tel appareil ne nécessite aucune démarche administrative, pourquoi s’en priver ?

La troisième raison qui pourrait vous faire envisager un tel achat est que certains modèles ont la capacité de remplacer un climatiseur en produisant du froid en plein été. De plus, la pompe à chaleur ne dégage aucune odeur et peut même, dans certains cas, chauffer l’eau sanitaire.

Comme vous l’aurez compris, les avantages d’une pompe à chaleur pour votre piscine sont très nombreux, alors si vous possédez une piscine chez vous, il serait peut être judicieux d’en acheter une.

 

4 raisons d’utiliser des matériaux écologiques dans le secteur de la construction

Avec les considérations environnementales en hausse, il est facile de supposer que les matériaux de construction verts seront de plus en plus présents sur le marché de l’éco-habitation.

Pour qu’ils soient considérés comme écologiques, ces matériaux doivent répondre aux exigences environnementales, mais doivent également respecter les normes de construction en vigueur. Ainsi, la brique, le bois, la paille, la chaux ou le liège sont certains composants qui préservent la santé des occupants tout en diminuant l’impact écologique qu’ils peuvent avoir lors de leur production.

Qu’il s’agisse de la toiture, des fondations, des planchers ou de l’isolation, toute la maison peut être conçue de façon à être respectueuse de l’environnement. Mais quels sont les avantages pour les propriétaires de maisons à utiliser ces éléments ?

Diminuer l’impact écologique

Il va sans dire qu’utiliser des matériaux verts dans le secteur de la construction diminue les effets néfastes qu’ils peuvent avoir sur la planète et sur ses occupants.

Fini donc l’utilisation de plastiques, aluminium, béton et autres composants qui n’offrent aucune valeur écologique à votre demeure. Une réduction de l’empreinte écologique passe ainsi par une production réfléchie des matériaux et une gestion durable des différentes ressources existantes. Nous faisons donc un geste pour notre planète en optant pour des matières vertes.

Préserver la santé des habitants

Plusieurs matériaux qui ne sont pas respectueux de l’environnement ne le sont pas plus pour notre santé ! En effet, ils ont un niveau de toxicité pouvant être élevé, contrairement aux matériaux écologiques. Étant donné que les occupants passent une bonne partie de leur temps dans la maison, des symptômes physiques dus à cette nocivité peuvent apparaître à long terme.

Diminuer les pertes énergétiques

Loin de ce que certains peuvent penser, les matériaux écologiques possèdent un apport isolant important, ce qui fait que l’énergie demeure là où nous en avons besoin.

Choisir des isolants de type végétal est un excellent moyen d’allier : écologie avec économie d’énergie. En effet, le chanvre, la laine de mouton ou la ouate de cellulose sont moins toxiques que la laine minérale ou les isolants à pulvériser et offrent une isolation parfaite lorsque ceux-ci sont correctement posés.

Pensez aux dépenses de chauffage que vous pourriez réduire avec de bons isolants naturels !

Plus une bâtisse consomme de l’énergie, plus elle rejette des gaz à effet de serre.

Baisser les coûts à long terme

Bien que les coûts des matériaux écologiques puissent être supérieurs à ceux qui ne sont pas respectueux de l’environnement, cette dépense sera compensée à long terme.

La pose d’une isolation 100% étanche permet, en plus d’éviter les pertes énergétiques, de réduire vos factures sur le long terme.

Pour ce qui est du choix de revêtement extérieur, un matériau robuste comme la pierre permet à votre bâtisse de durer dans le temps, surtout lorsque ce revêtement est bien entretenu. Ainsi, vous n’aurez pas besoin de refaire votre façade chaque année et vous fera économiser sur le long terme.

Pensez toutefois à vous assurer que les pierres choisies viennent de carrières respectueuses de l’environnement, ce qui n’est pas toujours une mince affaire.

Bref…

Avec l’arrivée de nombreux écolabels et cette volonté grandissante de protéger la planète, l’utilisation de matériaux verts dans le secteur de la construction devient un facteur à privilégier.

Avec ces avantages indéniables, pourquoi alors ne pas opter pour l’utilisation de matériaux respectant l’environnement pour la construction de votre prochaine maison ?

Travaux de rénovation : à quelles aides financières doit-on s’attendre ?

La transition énergétique s’est enclenchée depuis un certain temps. Le changement s’effectuera alors dans la quasi-totalité des domaines et notamment dans celui de l’immobilier. En France, le gouvernement a prévu des systèmes de financement afin d’encourager les ménages à innover et à s’adapter à la nouvelle tendance. Les travaux de rénovation (optimisation de chauffage, travaux d’isolation, installation d’énergie renouvelable ou autres) sont donc subventionnés. Les détails sur ces aides particulières sont aussi présentés dans les simulateurs crédit immobilier.

Bénéficier d’une aide financière : sous quelles conditions ?

Les propriétaires l’ont certainement compris : pour pouvoir profiter des subventions sur la rénovation énergétique, certains critères d’éligibilité sont fixés. Parmi eux, vous avez par exemple, la condition qui veut que le logement soit bâti avant l’année 1990 et qu’il soit une résidence principale qu’il s’agisse de maison ou d’appartement. Il y a aussi celle qui stipule que les travaux doivent être effectués par des professionnels.

Bien sûr, on parle ici de quelques-unes des conditions puisque tout dépendra également du type d’aide financière qui intéresse les futurs bénéficiaires. Actuellement, les professionnels proposent des plateformes de calculs dans le but de simplifier la prise de décision. En accédant à un simulateur crédit immobilier, les propriétaires comprendront facilement les modalités de souscription à ces subventions et la manière dont elles vont agir sur le budget de rénovation.

Les différents types d’aides aux travaux de rénovation

Actuellement, il existe 5 sortes de subventions proposées aux propriétaires afin de les aider dans la transformation énergétique.

  • L’éco prêt à taux zéro (EPTZ)

Le fait que ce financement particulier intéresse de plus en plus de gens résulte d’une initiative du gouvernement. En effet, en 2016, l’État a facilité l’accès à cette aide si bien que cette dernière est devenue la solution de subvention immobilière la plus prisée actuellement. Le principe de l’EPZT consiste à épauler les futurs acquéreurs dans l’achat d’un bien immobilier surtout si le futur propriétaire prévoit d’effectuer des rénovations.

  • Le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition énergétique)

La réduction de la consommation énergétique est l’un des objectifs du millénaire. Le CITE se définit comme une subvention aux ménages qui désirent améliorer leur logement dans ce sens. Le montant et les conditions d’éligibilité à cette aide dépendent du projet de rénovation. Le taux est fixé à hauteur de 30 % et les éléments tels que les coûts des matériaux et ceux de la main d’œuvre sont pris en compte.

  • La CEE (Certificats d’Économie d’Énergie) ou encore la prime énergie

La particularité de la prime énergie vient du fait qu’elle est née de l’initiative des structures privées œuvrant dans le domaine énergétique. En effet, pour que la transition puisse s’effectuer plus facilement, les différents acteurs dans le secteur sont amenés à prendre part aux réformes. C’est à l’institution CertiNergi d’octroyer la prime énergie (et le certificat qui va avec). En ce qui concerne les conditions, les professionnels insisteront sur l’âge du bien et la nature du logement (principal ou seconde).

Il s’agit ici des trois formes de financement les plus courantes. En consultant un simulateur crédit immobilier, les intéressés découvriront que des subventions telles que la PES (Pacte Energie Solidarité) et les aides de l’Agence National de l’Habitat (ANAH) existent également.

Écologie et environnement : quelles différences ?

Si la propreté est l’affaire de tous, c’est aussi le cas des thématiques environnementales et écologiques, qui, il faut le préciser, sont deux notions bien distinctes non seulement en matière de définition mais d’interprétation. Portant souvent à confusion, les différences et les réels impacts de chaque notion sur la biodiversité et la protection de l’environnement sont pourtant bien réelles. Faisons le point sémantique sur les divergences qui les opposent et les rallient.

Écologie ou environnement ? Un peu de sémantique

On désigne par écologie la science qui analyse les interactions et les impacts entre les êtres vivants et les différents écosystèmes existants. Le terme désigne également la science de l’habitat. Partant de là, plusieurs noms communs vont dériver de ce mot comme “écologue” qui est un scientifique spécialiste de l’écologie, ou « écologiste » qui est un militant défendant la nature et les équilibres biologiques, en faveur d’une limitation de l’activité humaine dans le but de protéger et restaurer à long-terme l’environnement.

Le mot environnement désigne plutôt un aspect plus externe, cadre de vie de l’homme dans lequel il évolue souvent sans mesurer l’impact de son activité. L’environnement naturel fait l’objet de dégradation, de surexploitation, de déforestation, de pollution (des sols, de l’air, de l’eau), qui est souvent le résultat de l’énorme impact des activités humaines.

L’écologie est une notion plus scientifique, transversale ; elle permet de mieux comprendre l’environnement biophysique et l’environnement humain, les relations entre les êtres vivants, et les changements qui s’opèrent dans ces relations.

Des notions ambiguës

Malheureusement, le terme d’écologie prête à confusion, car elle peut également transcender une dimension politique. Les partis verts qui sont apparus dans les années 60 prônent la nécessité de protéger la nature et l’environnement. Le terme écologie est donc souvent utilisé pour les désigner dans le langage courant. En réalité, il vaudrait mieux utiliser le mot “écologisme” qui correspond à une idéologie politique. À ne pas confondre avec l’écologie politique, ensemble de courants de pensée qui insistent sur la prise en compte des enjeux écologiques dans toutes actions ou décisions politiques.

En conclusion, si l’environnement apparaît d’avantages comme un cadre, un contexte qui recense les différents écosystèmes qui constituent la planète,  l’écologie est un réel outil « de lutte contre le réchauffement climatique”, l’un des changements les plus inquiétants que subit notre planète. Il permet d’analyser les modifications du climat et d’identifier les problèmes environnementaux urgents : les émissions de gaz à effet de serre, désertification, fonte des calottes glaciaires, canicule, sécheresse, etc. ainsi que leurs conséquences directes sur l’avenir de l’humanité.

Durable ou soutenable ?

Si l’expression “développement durable” est au coeur des thématiques environnementales, certains lui préfèrent celle d’évolution soutenable. Les deux termes sont également des marques de distinction qui montrent un écart entre les notions : globalement, ils ont la même définition mais là où le terme de développement implique une vision unilatérale du concept (croissance / décroissance), le mot “évolution” n’implique aucune direction. Susceptible d’évoluer dans un sens ou dans l’autre, il s’accompagne de l’épithète “soutenable” qui sous-entend d’une part la double acception anglo-saxonne d’une progression qui peut être à la fois soutenue dans le temps (“sustainable”) et supportée, encouragée par différents acteurs à différents niveaux (RSE, associations, institutions, consommateurs, initiatives citoyennes).

Les économies d’énergie sont possibles en rénovant vos fenêtres

En choisissant les bonnes fenêtres, les économies d’énergie à réaliser peuvent être conséquentes. Les fenêtres sont des éléments responsables d’importantes pertes d’énergie et c’est pourquoi elles ne doivent pas être négligées, à la fois pour jouir d’un certain confort thermique et phonique chez soi, et pour économiser sur ses factures d’énergie.

Quelles sont les déperditions thermiques des fenêtres ?

On estime qu’environ 10 à 20% des pertes énergétiques d’une habitation se font par les fenêtres. Toutefois, l’évaluation dépend aussi de la qualité des menuiseries des fenêtres, de leurs matériaux de fabrication et de l’ancienneté de l’habitation. Un audit énergétique réalisé par un professionnel pourra renseigner sur l’ampleur des économies d’énergie à réaliser.

Le retour sur investissement suite au changement de fenêtres dépend du type d’énergie utilisé et des économies d’énergie réalisées. La rentabilisation de travaux visant à améliorer l’isolation thermique peut être d’autant plus rapide que des aides de l’état sont prévues pour faciliter leur financement si les travaux sont réalisés par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Les solutions pour réduire les pertes énergétiques

Pour pallier les déperditions thermiques, vous pouvez bien entendu songer au double vitrage. Il s’agit de deux plaques de verre séparées par une couche d’air, ou de krypton, plus ou moins épaisses conférant d’excellentes qualités d’isolation thermique à la vitre. Pour connaître avec précision les performances énergétiques des vitres vous pouvez vous référer à leur coefficient d’isolation (U) qui doit être le plus petit possible.

Pour avoir une isolation phonique, il convient de choisir des vitres dont la couche extérieure est plus épaisse (10 mm au lieu de 4 mm). Le triple vitrage n’apporte quant à lui que peu d’isolation supplémentaire et est surtout conseillé pour des régions particulièrement froides.

Pour réduire davantage les ponts thermiques au niveau de vos fenêtres, vous pouvez penser au calfeutrage à l’aide d’un joint isolant en mousse. Par ailleurs, un encadrement en bois possède la meilleure isolation thermique parmi tous les matériaux devant le PVC puis l’aluminium. Sachez aussi que les stores et les rideaux contribuent à l’isolation thermique des fenêtres.

Ce qu’il faut savoir avant de changer ses fenêtres

Lors du changement de fenêtres, des problèmes d’aération peuvent apparaître, surtout dans les habitations anciennes où la ventilation se fait essentiellement à travers les fenêtres. Il est donc important de vous assurer que les nouvelles fenêtres installées possèdent des entrées d’air pour maintenir une bonne ventilation.

Contrairement aux idées reçus, les doubles fenêtres (superposition de deux fenêtres séparées par quelques centimètres) peuvent assurer une isolation thermique acceptable ainsi qu’une isolation phonique supérieure à celle des fenêtres à double vitrage. Il peut parfois être inutile des les remplacer. Si votre habitation est située dans une zone classée, il convient de se renseigner sur les restrictions appliquées en matière de travaux auprès de votre commune.