Ravalement d’immeuble en copropriété : ce qu’il faut savoir

Ravaler la façade d’un immeuble est une opération obligatoire et récurrente tous les dix ans. Toutefois, il est possible de profiter de ce chantier d’envergure pour améliorer également le confort thermique des logements et embellir l’immeuble. Alors comment se déroulent les travaux ? Quels sont les éléments qui permettent de sélectionner une entreprise de ravalement d’immeuble ? C’est parti !

Quelle est la fréquence d’un ravalement de façade en copropriété ?

La réglementation indique quand faire un ravalement de façade : tous les dix ans. Alors si vous êtes propriétaire d’un logement, attendez-vous à mettre la main à la poche. Mais cette opération peut même être accélérée lorsque des signes de dégradation apparaissent. Mieux vaut alors intervenir que de laisser les murs extérieurs de l’immeuble se détériorer, sous peine au final de voir grimper en flèche le coût du ravalement de façade.

Les symptômes d’une paroi dégradée sont les suivants : tâches, traces d’humidité, salissures et  fissures. Il faut dire que l’enveloppe externe d’un immeuble est soumise à de nombreux aléas qu’ils soient d’ordre climatique (chaleur, humidité, gel), d’ordre biologique (mousse, salpêtre), ou d’ordre atmosphérique (pollution). Les copropriétaires sont susceptibles d’observer directement ces symptômes. Toutefois, rien ne remplace le diagnostic de façade réalisé par un professionnel qui possède l’expertise, l’expérience et le matériel requis.

L’expert en ravalement de façade de copropriété observe les parois avant d’identifier l’origine des dégâts causés puis d’élaborer une stratégie pour résoudre les problèmes. C’est ici que l’expérience fait toute la différence afin d’appliquer la bonne solution au bon problème. Par exemple, pour un ravalement de façade à Paris, il est indispensable de disposer d’un savoir sur les conséquences des pollutions urbaines, notamment en matière de microbiologie végétale.

Immeuble récent ou immeuble ancien, peu importe : les travaux sont obligatoires. Des sanctions sont d’ailleurs prévues pour ceux qui l’oublieraient. Les communes peuvent notamment dégainer des injonctions à ravaler, quitte à imposer une date d’échéance et à choisir la société qui en reçoit le mandat. Les copropriétaires perdent alors tout contrôle sur l’opération.

Ravalement de façade : quelles sont les étapes ?

Ravaler les murs extérieurs d’un immeuble consiste à nettoyer le support, à le réparer et à le rénover. L’opération porte aussi bien sur les parois que sur l’ensemble de l’habillage du bâtiment, à savoir les fenêtres, les portes, les portails, les balcons et les pignons. Outre l’étape préalable du diagnostic qui détecte les zones de faiblesse et identifie les sources d’humidité, il faut surtout engager les réparations.

Généralement, à partir de plusieurs étages, les entreprises de ravalement de façade montent un échafaudage sur pied ou installent des nacelles en suspension. Le nettoyage est manuel ou mécanique (par projection type décapage, gommage ou sablage, à sec type peeling ou ponçage, par voie humide type nébulisation, haute pression ou chimique) selon la nature du support (béton, pierres, brique, plâtre) et le degré d’encrassement.

Une fois le support correctement préparé, le façadier intervient pour réparer la maçonnerie avant d’engager les travaux de finition. Lesquels ? Tout simplement, l’application d’enduit de protection ou de peinture décorative. Auparavant, le recouvrement d’une isolation thermique par l’extérieur de la façade de l’immeuble à ravaler aura pu être finalisé. L’idée est de rendre les murs imperméables tout en leur permettant de respirer.

Il faut noter que la loi pour l’accès au logement et à l’urbanisme rénové, dite loi Alur, exige d’associer travaux de ravalement et amélioration énergétique des bâtiments. C’est donc l’occasion de faire d’une pierre deux coups, en protégeant la façade et en améliorant le confort de vie des logements. C’est en ce sens que le ravalement d’une façade de copropriété est un investissement et non une simple dépense.

Assurance décès et prêt immobilier : ce qu’il faut comprendre

L’assurance décès est une couverture obligatoire, exigée par la banque lors de la souscription d’un prêt immobilier. Cette assurance prévoit la prise en charge du capital restant dû en cas de décès du souscripteur.

Un prêt immobilier s’accompagne obligatoirement de la souscription d’une assurance décès. Mais que se passe-t-il concrètement si l’emprunteur décède avant d’avoir fini de rembourser son crédit immobilier ?.

Qu’est-ce que l’assurance décès ?

Dans le cadre d’un emprunt immobilier, la souscription d’une assurance décès permet au prêteur d’être assuré d’être remboursé en cas de décès de l’emprunteur suite à un accident ou une maladie. En effet, dans ce cas, l’assureur prend en charge la totalité du capital restant dû évitant aux proches de l’emprunteur de supporter une charge financière inattendue.

Pour bien comprendre, il faut savoir que l’assurance emprunteur comprend plusieurs garanties : la garantie décès, la garantie perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), la garantie invalidité permanente et totale (IPT), la garantie invalidité permanente et partielle (IPP), la garantie incapacité de travail temporaire (ITT) ou encore la garantie perte d’emploi. Toutes ne sont pas obligatoires. En effet, l’assuré peut adhérer à des garanties facultatives pour bénéficier d’une meilleure protection.

Attention : L’assurance décès n’est pas à confondre avec une assurance obsèques, qui elle, a pour seul objectif de couvrir les frais d’obsèques (en savoir plus ici).

L’assurance décès avec un seul emprunteur

Bien que légalement l’assurance emprunteur ne soit pas imposée, en pratique, elle est systématiquement exigée par la banque prêteuse. Il faut préciser que cette couverture offre également une véritable sécurité à l’emprunteur et surtout à ses héritiers qui n’auront pas à rembourser le prêt bancaire en cas de décès. Si l’emprunteur souhaite souscrire un prêt immobilier seul, la banque lui proposera d’assurer son prêt à 100 %. Dans ce cas, en cas de décès, l’assurance prendra en charge la totalité du capital restant à rembourser. Attention cependant, il existe des exclusions concernant la nature du décès : le suicide, le décès lié à la pratique d’une activité à risques, le décès lié à un risque médical exclu par l’assureur.

L’assurance décès avec un co-emprunteur

Lorsque l’emprunt est souscrit à deux, le prêt immobilier doit être assuré au minimum à 100 % et au maximum à 200 %. La meilleure solution consiste à assurer chaque tête à 100 % afin que le crédit soit intégralement pris en charge par l’assurance en cas de décès de l’un des co-emprunteurs. Si les co-emprunteurs décident de s’assurer chacun à 50 %, en cas de décès, l’autre devra continuer à régler la moitié des mensualités restantes.

Pour limiter le coût de l’assurance décès dans le cadre de la souscription d’un crédit immobilier, il est conseillé d’utiliser un comparateur en ligne. Cet outil simple et gratuit vous permet d’avoir un aperçu des différentes offres proposées. Lors de cette comparaison, pensez à bien étudier les délais de carence figurant dans les contrats d’assurance décès. Il s’agit d’une période démarrant le jour de la souscription et pendant laquelle l’emprunteur n’est pas couvert par l’assurance. Ce délai s’étend généralement sur 12 mois.

Pour continuer votre lecture : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1671

 

Assurance vie et immobilier : les solutions pour bien investir

De nombreux investisseurs hésitent entre l’immobilier et l’assurance-vie. Et si ces deux placements étaient compatibles ? Explications.

Allier immobilier et assurance-vie constitue une excellente opportunité. Certains acteurs proposent désormais des unités de compte dédiées à la pierre comme les SCI, SCPI ou OPCI. Investir dans l’immobilier en assurance-vie permet d’une part, de bénéficier d’une fiscalité attractive et d’autre part, de profiter d’une rentabilité attrayante. Mais comment choisir le bon placement ?

Les critères pour choisir le bon contrat

Réussir son investissement immobilier en assurance-vie suppose avant tout de choisir le bon contrat. Pour cela, il est important de connaître les principaux critères de sélection. Tout d’abord, l’épargnant doit limiter les frais de l’assurance-vie en optant pour un contrat sans frais d’entrée et sur versements, sans frais d’arbitrage et avec des frais de gestion annuels réduits. Ensuite, il lui faut privilégier un contrat d’assurance-vie avec un large choix de supports immobiliers : SCPI, SCI, OPCI voire OPCVM à dominante immobilière.

« Par ailleurs, il est essentiel d’étudier les modalités d’investissement en immobilier en vérifiant notamment s’il est possible d’investir à 100 % sur les SCI, SCPI ou OPCI, si le contrat prévoit la perception de la totalité des dividendes versés par les SCPI, les frais d’investissement sur chaque support ou encore le délai de jouissance correspondant à la date à partir de laquelle intervient le paiement des dividendes » explique le site Cieleden.

Sur quels fonds investir ?

Plusieurs supports investis dans la pierre et accessibles en assurance-vie sont proposés aux épargnants. Il y a d’abord les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) qui acquièrent des biens immobiliers d’entreprise et gèrent le patrimoine constitué pour le compte des associés ayant souscrit des parts, en leur versant une quote-part des revenus locatifs. On distingue deux types de SCPI : la SCPI à capital variable et la SCPI à capital fixe. Absence de souci de gestion, rendement attractif, fiscalité avantageuse… La SCPI offre de nombreux avantages. Ce placement connaît un grand succès auprès des Français. Il faut dire que les assureurs ont largement contribué à son développement en référençant les SCPI dans les assurances vie.

Autre option : la Société civile immobilière (SCI). Il s’agit d’un fonds immobilier composé d’immeubles physiques, de parts de SCPI ou d’OPCI, de fonds immobiliers non cotés, de placements financiers ou encore d’actions de foncières cotées. Contrairement aux idées reçues, la SCI accessible en assurance-vie n’est pas régie par un cadre législatif si contraignant. De plus, les frais d’entrée sont bien plus faibles que pour les SCPI : en moyenne 2 % contre 6 %.

Les épargnants peuvent également se tourner vers les Organismes de Placement Collectif Immobilier (OPCI). Ces fonds détiennent des immeubles d’entreprise, généralement des bureaux. Les OPCI présentent la particularité d’investir une partie de leur portefeuille en actions, obligations ou placements monétaires. Leur performance peut donc être volatile dans le temps, selon l’exposition des fonds aux marchés financiers.

Enfin, les fonds en euros à dominante immobilière offrent une garantie du capital, un effet de cliquet sur les intérêts annuels et des rendements bien supérieurs à ceux des fonds en euros classiques. Si vous choisissez ce placement, pensez toutefois à vérifier les conditions d’accessibilité.

Comment faire des économies d’énergie en rénovant votre maison ?

De plus en plus de français décident de faire rénover leurs logements afin de réaliser des économies d’énergie. Une prise de conscience écologique massive et l’influence de l’état favorise l’entrain des français à entamer des travaux pour leurs habitations.
Le gouvernement encourage ces initiatives en offrant différentes aides qui peuvent vous aider à financer la rénovation énergétique de votre logement.
Il existe différent moyen d’améliorer le confort thermique et les performances énergétiques de votre maison et ainsi faire baisse votre facture ! Attention toutefois il est préférable de respecter certaines étapes avant de se lancer dans des travaux pour votre habitat.

Que faire avant de se lancer dans la rénovation de ma maison ?

 
Avant de vous lancer il est important de faire un diagnostic de votre logement pour connaitre les points faibles et ainsi pouvoir entreprendre des travaux plus ciblés et efficaces.
Vous pouvez également vous renseigner sur les différentes aides financières et incitations fiscale qu’offre l’état pour la rénovation énergétique de votre maison.
De plus il est important de faire appel à des professionnels pour réaliser vos travaux afin d’éviter toute complications. De nombreux artisans et groupements peuvent réaliser un devis et pratiquer ce genre de travaux dans votre région.
N’hésitez pas à contacter des professionnels de votre région comme sur le site du groupement Artisans-Reno pour la région toulousaine par exemple.

 
Quels sont les travaux les plus efficaces pour faire des économies d’énergie ?

 
Il existe plusieurs moyens pour faire diminuer votre consommation énergétique. Il s’agit principalement d’éviter toutes déperditions de chaleur au sein de votre maison en empêchant la chaleur de s’échapper.

Cela passe donc par :
l’isolation thermique du logement en isolant la toiture, les murs, les fenêtres mais également le sol.
L’Installation des appareils qui vont produire de l’énergie à l’aide d’énergie dite renouvelables. Pour cela vous pouvez changer de système de chauffage, installer des panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques mais encore en changer le chauffe-eau de votre maison.

En fonction du diagnostic réaliser en amont ces différents travaux vous permettra d’améliorer le confort thermique de votre logement et également baisser votre consommation d’énergie tout en faisant baisser votre facture !

Solutis : solutions de crédit certifiées

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP), Solutis est l’un des rares spécialistes en rachat de crédit certifiés ISO 9001. Cependant, quels sont les atouts de cette certification pour les emprunteurs ?

Rachat de crédit : pourquoi opter pour l’expertise de Solutis ?

A savoir que le rachat de crédit est une opération de banque qui consiste à substituer un ou plusieurs prêts en cours par un nouvel emprunt à mensualité réduite et adaptée à la capacité de remboursement et aux projets de l’emprunteur.

Cette opération bancaire concerne la plupart des crédits accordés aux particuliers (crédit immobilier, prêts à la consommation, emprunts entre particuliers) mais aussi les dettes (les retards d’impôt, de loyers ou encore les factures impayées). Elle s’adresse à tous les emprunteurs (propriétaires, locataires et même hébergés) et à toutes les catégories socioprofessionnelles (artisans, salariés du privé, fonctionnaires, autoentrepreneurs…).

Par ailleurs, comme toute opération de financement, le rachat de crédit est aussi soumis à des conditions d’octroi qui peuvent varier selon les projets (rachat de crédit immobilier, rachat de prêts à la consommation), les profils emprunteurs (stabilité professionnelle, comportement bancaire, situation financière) et les établissements bancaires.

Cependant, depuis son apparition dans l’Hexagone dans les années 1980, cette opération bancaire a toujours été, principalement, proposée par les intermédiaires bancaires spécialisés. Toutefois, il est recommandé de solliciter les services d’une société certifiée afin de mettre toutes chances de son côté.

La société Solutis est certifiée ISO 9001 pour l’ensemble de ses services. Cette certification engage chaque collaborateur de cette société à améliorer en continu les services proposés, mais aussi à la recherche systématique et continue de la satisfaction des clients. Ainsi opter pour l’expertise de Solutis, c’est privilégier le savoir-faire et le professionnalisme d’un spécialiste en rachat de crédit reconnu comme une référence par l’ensemble de ses partenaires bancaires.

Quels sont les atouts d’une solution de crédit certifiée pour les emprunteurs ?

La société Solutis est certifiée ISO 9001 depuis 2009 pour l’ensemble de ses services. Cette certification est de plus en plus recherchée par les entreprises, puisqu’au-delà de l’aspect reconnaissance, elle permet à une entreprise de revoir en profondeur son mode de fonctionnement, de l’adapter si nécessaire au contexte ou à la conjoncture et d’impliquer ses collaborateurs.

La norme ISO 9001 vient ainsi valider l’organisation de la société Solutis dans sa recherche d’amélioration de l’efficacité opérationnelle et de la satisfaction clients. En d’autres termes, la société Solutis a défini les moyens pour satisfaire aux exigences de ses clients afin de leur proposer de solutions de crédits certifiées. Pour cela, elle s’appuie sur le principe d’amélioration continue de la certification ISO 9001.

Pour les emprunteurs, trois principaux atouts de cette solution de financement certifiée peuvent être mis en avant. Il s’agit :

  • La compréhension des clients : fort de son expérience et de son expertise, Solutis établit toujours avec son client un premier bilan de sa situation afin de comprendre les motivations et les besoins.
  • La recherche d’une solution adaptée : en fonction des besoins et des projets de son client, Solutis met en avant les atouts de son client auprès de ses partenaires bancaires afin de dénicher l’offre de rachat de crédit la mieux adaptée aux finances et aux projets de son client.
  • L’accompagne : chez Solutis, toutes les communications et échanges sont basées sur la confiance, le respect et la confidentialité totale des informations. De plus, chaque client est accompagné par un seul interlocuteur au cours des différentes étapes de l’opération.

En savoir plus sur la norme ISO 9001 : https://www.iso.org/fr/iso-9001-quality-management.html

Visiter le site Solutis : https://www.solutis.fr/

Ces contrats d’assurance-vie qui détiennent des parts d’immobilier

Lorsque vous détenez un contrat d’assurance-vie, il est possible d’investir sur des fonds en euros et des unités de compte. Mais pas uniquement ! En effet, d’autres formes de placements sont accessibles. Vous avez ainsi la possibilité d’introduire une dose d’immobilier. Les épargnants emploient une telle stratégie pour diverses raisons. Voyons donc ensemble, pourquoi il serait utile d’intégrer des parts d’immobilier à l’assurance-vie.

L’IR sur l’immobilier en direct moins efficace que la “flat tax”

Les récentes crises économiques ont poussé de nombreux épargnants à éviter les placements à risques tels que les actions. De ce fait, l’immobilier compose la majorité du patrimoine des Français. Toujours est-il que la fiscalité des placements immobiliers est devenue très défavorable comparativement à celle des placements financiers.

Ceux-ci profitent dorénavant de la « flat tax » à 30% prélèvements sociaux inclus. Quand on considère que les contribuables fortement imposés se situent dans les tranches à 30%, 41% ou 45%, l’assurance-vie devient fiscalement plus attractive en permettant l’intégration de parts d’actifs immobiliers.

Des parts d’immobilier sous forme de SCPI/OPCI

Vous pouvez introduire des parts de SCPI dans un contrat d’assurance-vie (Société Civile de Placement Immobilier) ou d’OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier). Afin d’y parvenir, vous investissez majoritairement sur de l’immobilier tertiaire (bureaux, locaux et centres commerciaux…). Les SCPI et OPCI recueillent des fonds, font l’acquisition d’immeubles, les mettent en location, perçoivent des loyers et redistribuent une partie de ces revenus aux associés.

Les SCPI, et dans une moindre mesure les OPCI, proposent des rendements pertinents. En cette période de crise, il s’agit de quelques-uns des seuls placements à présenter un taux de rendement gravitant autour des 4%. En plus, comme évoqué auparavant, en intégrant les SCPI et OPCI dans votre contrat d’assurance-vie, vous profitez de la fiscalité avantageuse de ce plan.

Dans ce type de placement, l’assureur garantit la liquidité. En conséquence, il est plus facile de revendre. En contrepartie, l’assureur prélève habituellement une fraction des revenus versés par la SCPI afin d’assurer la liquidité au sein du contrat. Le montant prélevé peut aller jusqu’à 15%.

Les risques de ce type de placement

L’inclusion de parts de SCPI/OPCI au sein de l’assurance vie peut être très avantageux mais comporte tout de même quelques obstacles.

Les organismes proposant ce genre de placements ne sont pas très appréciés des sociétés gestionnaires de SCPI. Étant donné que les parts de SCPI ne vous appartiennent pas réellement, il faudra bien sélectionner son assurance. Les frais de gestion viennent s’ajouter aux frais de gestion du support. Il faut également considérer les rabais sur les commissions de souscriptions aux SCPI.

À noter qu’un contrat d’assurance-vie ne peut pas être exclusivement composé de parts de SCPI. En effet, il vous faudra également ajouter des fonds en euros ou encore des parts de SICAV ou de FCP afin de monter le contrat.

Les avantages des fenêtres PVC

Le développement du bâtiment a été favorisé par la vitrerie et l’apport de ses idées innovantes. Des perspectives servant parfois de solutions et qui se sont montrées rentables aux exigences courantes. La protection, l’isolation, l’esthétique, sont les principaux points  en vitrerie pour parvenir à une prestation satisfaisante. Certaines préférences ne sont pas à ignorer la qualité des matériaux pour le gain d’une conception attirante.

Le PVC en vitrerie est un matériau couramment utilisé dans le revêtement du bâtiment. Vous pouvez le trouver en usage sur des portes des fenêtres ou d’autres ornements. Quelles sont les caractéristiques qui prouvent les préférences de ce matériau chez les fabricants ? Contrairement au bois et à l’aluminium qui peuvent aussi parfaire ces travaux entièrement. C’est à cette question que nous allons répondre dans la suite de cet article.

Tout d’abord pour des besoins d’installation, d’innovation, ou de réparation en vitrerie. Vous pouvez comptez sur nos services pour la réalisation de vos travaux ou avoir des avis. Les prix des travaux sont profitables pour tous et bénéficiez de la gratuité d’un devis. Si vous choisissez ce site web et vous êtes sur la bonne voie sur le choix que vous avez entrepris. Car être à votre service en donnant le meilleur pour répondre à vos exigences est une grande priorité.

Les points esthétiques du PVC

Les fenêtres PVC procurent de nombreux avantages dans le bâtiment en raison de leur beauté. Le PVC contrairement au bois ne demande pas beaucoup de travail, il est facile à utiliser et s’adapte à toutes vos idées. Et l’installation d’une fenêtre en PVC ne demande pas trop de temps pour être achevée. Les fenêtres PVC dans une maison vous garantissent un confort remarquable avec un esthétisme très élevé. Ils sont souvent en plusieurs coloris qui s’adaptent à vos façades.

Le PVC dans l’isolation et l’entretien

Le PVC joue un rôle important dans l’entretien d’une fenêtre. Limiter les dépenses énergétiques et les échanges de températures est le rôle des vitrages et du châssis PVC. Dans la majorité des cas, le châssis de fenêtre en PVC permet une isolation thermique comme phonique bien effectuée. Si la fenêtre PVC s’avère être là meilleure solution à utiliser, vous devez vous assurer que votre environnement est calme, sans grande sonorité.

Généralement une installation PVC est d’un coût réduit si les travaux sont bien facturés. En utilisant des fenêtres PVC vous avez l’avantage de retrouver des factures énergétiques allégées, et des économies ainsi favorisées

Vous pouvez toujours trouver des conseils auprès d’un professionnel expérimenté. Artisan vitrier paris est un professionnel qui maîtrise parfaitement le PVC et son utilité. Il a d’ailleurs eu de nombreuses occasions de l’expérimenter. Le PVC ne connaît ni la corrosion ni un besoin spécifique en entretien imperméabilisé. Ce matériau est d’une grande étanchéité. La durée de vie d’une fenêtre PVC ne peut être précisée. Notons toutefois qu’elle est importante, même dans des conditions les plus défavorisées, comme n environnement bruyant, au milieu d’un écosystème qui connaît des intempéries.

L’utilisation des fenêtres PVC a aussi d’autres importances à ne pas négliger. Le PVC résiste notamment très bien aux éléments du climat comme le soleil sans se décoller. Contrairement au fer ou au bois il ne demande pas un entretien spécifique pour assurer sa durée. D’une performance remarquable qui ne laisse aucune rayure pour vous faire douter, il résiste mieux aux chocs et aux vieillissement suite aux obstacles rencontrés. S’il était autrefois moins considéré, l’évolution technologique de la vitrerie en fait maintenant un matériau résistant et performant tout en restant bon marché.

Que faire en cas de fuite d’eau ?

Une fuite d’eau est généralement une chose désagréable qui peut engendrer de nombreux dégâts dans  votre maison. Très souvent lorsque la difficulté se présente de nombreuses personnes ont tendance à paniquer devant une fuite d’eau. Pourtant ce n’est pas nécessaire de dramatiser la situation.

La première chose à faire est de garder votre calme et d’employer des moyens efficaces pour empêcher l’aggravation de la fuite d’eau.

En cas d’aggravation vous ignorez sûrement ce que vous risquez, mais les conséquences peuvent être désastreuses. Par précaution, en cas de fuite d’eau il serait nécessaire non seulement de fermer le circuit d’eau, mais aussi de couper l’électricité au risque d’être électrocuté.

Une fois cela effectué il faut limiter la propagation de l’eau. Vous avez de nombreux moyens pour arriver à ramasser toute l’eau qui se trouve au sol :

  • Soit avec un sceau et une boîte de tartine vide puis essuyez avec une serpillière
  • Soit utilisez une serpillière uniquement.

Ces moyens vous permettront de limiter les dégâts tout en vous donnant le temps d’apporter la solution à votre problème. En outre vous pouvez procéder de la façon suivante.

Assurer votre protection et celle de vos biens

Le premier problème avec les fuites d’eau est qu’elle sera la cause d’une humidité relative dans votre maison. Avec le temps l’eau finit par s’infiltrer sur tout ce qui est conçu en bois et posé à même le sol. Les objets les plus touchés sont les portes et les meubles. De même les objets en fer peuvent résister mais au fil du temps il connaîtront la corrosion.

Pour y remédier, la meilleure chose à faire est de déplacer les meubles et les positionner dans un endroit sec. Une fois que cela est fait, vous vous retrouvez avec assez d’espace pour effectuer votre travail d’évacuation facilement. Soit avec un seau et une boîte à tartine de préférence, ou une pelle à poussière, puis nettoyez avec une serpillière, ou alors utilisez une serpillière uniquement.

Et lorsque vous avez réussi à enlever toute l’eau la seule chose qui vous reste à faire pour la résolution de votre problème est de faire appel à un professionnel expérimenté.

Faire appel à un professionnel

La résolution de certains problèmes s’effectue dans certains cas soi-même. Mais quelle que soit la difficulté affectant vos installations la meilleure chose à faire est de faire appel à un professionnel expérimenté en plomberie qui maîtrise parfaitement la difficulté des fuites d’eaux dans une installation, et qui sait comment les localiser.

Vous pouvez en trouver forcément un dans votre espace géographique – un qui est sérieux et qui vous fournira des travaux de qualité qui sont très souvent des preuves utiles qui serviront pour compter sur ces services. Toutefois https://parisplombier.paris/ se met à votre entière disposition pour tous vos problèmes d’installation, de dépannage, de réparation, et de prise en charge et de résolution de vos problèmes de fuites d’eau sans trop dépenser.

On vous dit tout pour le nettoyage de votre toiture

Pourquoi est-ce si important de nettoyer sa toiture ? Quel est le tarif d’un nettoyage de toiture ? Pourquoi est-ce que la consommation d’énergie d’un foyer est aussi liée à une toiture en bon état ?

 

Pourquoi est-ce important de nettoyer régulièrement sa toiture ?

 

On y pense peu souvent, mais la toiture d’une habitation est en réalité une partie important de tout habitat. On constate, en effet, qu’environ 30% de la déperdition de chaleur provient de la toiture, de son isolation et de son étanchéité. Alors qu’est ce que cela signifie concrètement ?

 

Cela signifie qu’avoir une toiture bien isolée et en bon état peut vous faire économiser de l’argent et vous garder au sec, au chaud ou au froid toute l’année.

 

Ainsi, quelque soit le type de couverture (ardoise, tuiles, chaume, bois..), il est important de régulièrement jeter un coup d’oeil sur l’état de la toiture. En effet, l’accumulation de mousse et de lichen a tendance à détériorer votre couverture de toiture. Cela peut résulter par des infiltrations d’eau et une détérioration de la maison ou de l’appartement.

 

N’oubliez pas que de l’humidité dans la maison se traduit par des murs, un plafond ou encore des sols bien plus fragiles et dangereux.

 

Lorsque l’on prend conscience du prix pour refaire une toiture, on se dit qu’il est plus simple de faire un contrôle de sa toiture régulier pour s’assurer que tout se passe bien au dessus de sa tête.

 

Le tarif d’un nettoyage de toiture

 

En fonction des régions, des villes et des entreprises, vous pourrez facilement recevoir des devis variant du simple au double. Est-ce normal ? Oui mais dans une certaine mesure seulement, attention aux escrocs. Et c’est pour cela qu’il faut avoir en tête les éléments qui influencent le tarif d’une entreprise de nettoyage de toiture afin d’éviter les mauvaises surprises.

 

Les éléments qui font varier votre devis de nettoyage de toiture sont les suivants :

 

la superficie de la toiture à traiter

l’état général de votre toit

le type de revêtement sur lequel intervenir

l’application d’un produit anti mousse ou non

 

Le prix du nettoyage de toiture

 

En moyenne on constate qu’une intervention pour un nettoyage de toiture est d’environ 10€ par mètre carré nettoyé. En revanche si vous souhaitez démousser votre toiture, il faudra plutôt compter le double. Et si en plus vous souhaitez appliquer un traitement anti mousse pour éviter la réapparition des lichens et des mousses, alors le tarif moyen d’une intervention sera d’environ 25€ par mètre carré.

 

Nettoyage toiture : en pratique

 

Si vous décidez de nettoyer vous-même votre toiture, prenez des mesures de précaution, un accident étant très vite arrivé. Vous avez le choix entre différents types de nettoyage :

 

  • Un petit nettoyage rapide : avec une brosse et un simple produit d’entretien.
  • Un nettoyage javel : là encore un matériel très puissant et qui peut causer des dommages sur votre toiture. Attention.
  • L’installation d’un fil de cuivre : technique peu connue mais efficace, elle consiste à poser un fil de cuivre au sommet du toit et sur les côtés. Au contact de la pluie, le cuivre s’oxydant, il crée une solution d’entretien efficace.
  • Un nettoyage du toit au nettoyeur haute pression : plus puissant mais faites attention à ne pas endommager la toiture, en effet en fonction du type de revêtement il faut utiliser le mode basse pression (voir les outils Karcher par exemple)

 

Toutes les raisons qui vous pousseront à isoler vos combles

L’air chaud se déplace de façon ascendante. Jusqu’à 30 % des déperditions de chaleur d’un bâtiment s’effectuent ainsi par le toit. Une mauvaise isolation du toit détériore la qualité de vie des habitants et augmente les dépenses liées au chauffage. L’isolation des combles s’avère alors nécessaire pour optimiser l’isolation thermique de vos combles, qu’ils soient aménagés ou perdus.

Pourquoi isoler les combles ?

Isoler les combles permet non seulement d’améliorer l’isolation thermique globale d’un bâtiment, mais également de faire des économies et même de protéger l’environnement.

D’un point de vue économique, une bonne isolation des combles permet de réduire de plus de 30 % la facture énergétique. En effet, il n’y aura plus besoin de mettre le chauffage à fond en permanence pour compenser les pertes de chaleur par le toit. Isoler les combles peut ainsi rapidement devenir un investissement rentable, en moyenne 5 à 6 ans après travaux. Les aides et autres crédits d’impôt baissent d’autant plus le coût initial des travaux.

Isoler les combles réduit les fluctuations de chaleur à l’intérieur de la maison. En hiver, il permet de bénéficier d’un chauffage adéquat dans toutes les pièces. L’été, l’isolant permet, entre autres, de lutter contre les chaleurs excessives. Tous ces avantages contribuent à accroître le confort des occupants et à garantir un environnement sain.

Le chauffage représente 68 % de l’énergie consommée annuellement par un ménage. Cette consommation génératrice de gaz à effet de serre a un impact direct sur notre environnement. Une bonne isolation des combles permet ainsi de minimiser considérablement notre empreinte carbone.

Enfin, mettre en place une isolation thermique au niveau du toit permet également de réduire les nuisances sonores à l’intérieur d’un logement. Les gouttes de pluie qui raclent le toit, les feuilles et branchages qui y tombent ne dérangeront plus vos nuits.

Isolation des combles : quelles solutions ?

Les combles constituent le vide situé entre la toiture et le dernier plafond d’un logement. Différents indicateurs permettent de mesurer la performance d’un isolantn, les plus importants sont ceux liés à sa Résistance thermique (RT). La RT d’un isolant traduit son étanchéité à l’air et son opposition aux flux thermiques. La RT est particulièrement importante pour ceux qui souhaitent bénéficier d’un crédit d’impôt. Le système d’isolation variera en fonction du type de combles : combles habitables ou perdus.

Les combles habitables sont ceux qui ont vocation à servir de lieu de vie. Pour ce type de combles, l’isolant sera directement fixé sur la face intérieure du toit ou sur la charpente. Vos préférences et surtout votre budget détermineront ensuite le choix des matériaux à utiliser pour l’isolant. La laine de verre reste imbattable en termes de rapport qualité-prix. Ceux qui peuvent se le permettre opteront plutôt pour un isolant minéral, animal ou végétal.

L’isolant sera simplement posé à même le plancher dans le cas de combles perdus. La pose se fait généralement par soufflage de flocons d’isolant. Cette technique est à la fois efficace et économique. Pour éviter les montées de températures trop importantes en été, un système de ventilation devra être mis en place.

À vous de choisir selon votre cas !

Droits et devoirs du syndic de copropriété

Le syndic de copropriété représente un accompagnement dans la gestion la copropriété. Il est particulièrement recherché pour ceux qui vivent dans des résidences importantes, impliquant une gestion plus complexe des parties communes et des finances de la copropriété. Il existe toutefois plusieurs obligations et devoirs du syndic que les copropriétaires doivent connaître et respecter.

 

En vertu de la loi, on entend par « copropriété » un immeuble où les personnes sont propriétaires séparément dans le groupement. Chaque unité étant constituée de la propriété personnelle et de la copropriété (le logement et les parties communes par exemple). Tous les propriétaires d’unités ont les droits et les devoirs de gérer et d’utiliser conjointement les biens communs. Mais cette tache souvent fastidieuse est confiée à un professionnel appelé le syndic de copropriété. Si le syndic en place n’est pas satisfaisant, il est possible de trouver ou changer de syndic en toute simplicité via des plateformes web.

 

Le respect et la conformité de la réglementation en vigueur

 

La loi décrit les devoirs des copropriétaires (syndic bénévole) ou syndic professionnel. La gestion et l’utilisation de la propriété commune doivent être conformes à la loi et aux règlements de la copropriété. Les copropriétaires peuvent assister et voter aux assemblées générales ordinaires ou extraordinaires. Le quorum à une assemblée générale exige que le nombre total des voix des participants ne soit pas inférieur au quart.

 

En cas de partage des voix, chaque copropriétaire aura un vote basé sur son ratio de propriété (tantième) dans la copropriété.

 

Une assemblée générale ordinaire des copropriétaires doit être tenue chaque année pour :

 

  • Approuver le bilan
  • Examiner le rapport annuel
  • Nommer un président et une secrétaire
  • Envisager d’autres affaires, le cas échéant comme des travaux par exemple

 

Outre l’assemblée générale ordinaire annuelle, une assemblée générale doit également être convoquée pour examiner et approuver ce qui suit :

 

  • Nomination ou destitution du comité de personnes morales en copropriété
  • Nomination ou révocation du responsable de la personne morale
  • Désignation d’une entreprise que le responsable juridique a le pouvoir d’assigner à d’autres pour agir en son nom (syndic)
  • Achat de biens immobiliers ou acceptation de biens immobiliers avec des privilèges en tant que biens communs
  • Vente de biens communs qui sont des biens immobiliers
  • Autorisation de permettre aux copropriétaires de construire, décorer, améliorer, modifier ou ajouter des logements en copropriété si cela affecte la propriété commune ou l’extérieur de l’immeuble en copropriété au détriment de ces copropriétaires
  • Modification de la réglementation concernant l’utilisation ou la gestion de la propriété commune
  • Modification du ratio des dépenses communes dans la réglementation
  • Construction qui est un changement, un ajout ou une amélioration à la propriété commune
  • Recherche d’avantages dans la propriété commune
  • Création d’un fonds pour faire quoi que ce soit en vertu des règlements ou de la résolution d’une assemblée générale
  • Détermination du montant pour l’exécution d’une résolution de l’assemblée générale selon les conditions prescrites par l’assemblée générale
  • Droit de convoquer une assemblée générale extraordinaire

 

Pour convoquer une assemblée générale extraordinaire, les copropriétaires qui représentent pas moins de 20% du total des voix doivent signer une lettre et la soumettre au comité de personnes morales en copropriété.

 

Paiement des taxes, des droits et des taxes sur les biens communs

 

Les copropriétaires doivent payer conjointement les taxes et les droits de leur projet de copropriété découlant de l’entretien et de la gestion de la propriété commune conformément à leur tantième. Ceci est basé sur le rapport entre la superficie de chaque unité de copropriété et la superficie totale de toutes les unités du bâtiment.

 

En outre, les copropriétaires doivent payer conjointement les dépenses découlant de la prestation de services communs, d’outils et d’équipements, y compris les installations destinées à un usage ou à des avantages conjoints.

 

Les copropriétaires doivent également payer les dépenses découlant de l’entretien et de la gestion des biens communs conformément à leur ratio de propriété ou à leurs avantages, tel que stipulé dans le règlement sur les copropriétés.

 

À quoi sert le règlement de copropriété ?

 

Le   est un texte fondateur déterminant les règles auxquelles s’engagent les copropriétaires pour gérer leur bien immobilier commun. Les droits et les obligations de chaque copropriétaire sont également définis par le règlement de copropriété ainsi que les règles de fonctionnement de la collectivité. En fait le règlement de copropriété est un contrat particulier. En effet vous adhérez automatiquement à ce contrat lorsque vous détenez un lot de la copropriété et ses dispositions s’imposent à vous.

Le règlement fixe obligatoirement :

  • la destination de l’immeuble : résidentiel, commercial ou mixte, ce qui détermine s’il est possible d’exercer des activités professionnelles ou commerciales dans l’immeuble
  • Ce qui dans la copropriété est commun, et ce qui est privatif
  • La manière dont sont administrées les parties communes
  • La répartition des charges
  • Le règlement fixe de manière facultative (art. 2 Décret 1967) :
  • Le descriptif de division de l’immeuble
  • La ou les conventions prévues à l’art. 37 de la loi de 1965 relatives à l’exercice de l’un des droits accessoires des parties communes.

 

L’aquabike, l’accessoire indispensable de votre piscine

Avoir une piscine chez soi est le rêve de beaucoup de personnes, alors sentez-vous chanceux et profitez-en au maximum. La piscine, c’est un moyen de partager de bons moments en famille ou entre amis, mais c’est aussi la possibilité de faire du sport aquatique à domicile. C’est important de s’entretenir et de pratiquer une activité sportive régulière. Alors, pourquoi hésiter sur l’utilité d’un aquabike chez soi ? Voici quelques explications sur l’aquabike et les différents modèles afin que vous puissiez succomber au plaisir de pratiquer l’aquabike.

 

Qu’est ce que l’aquabike ?

 

Comme son nom l’indique, c’est un vélo qui se pratique dans l’eau. Le principal avantage en faisant du sport dans l’eau, c’est que votre poids ne pose pas de problème puisque la force s’inverse et c’est comme si votre corps était plus léger que l’air. Vous avez donc plus de facilité à pratiquer une activité sportive dans l’eau qu’ailleurs.

 

Que vous propose Aquagyms.fr ?

Ce site Internet est géré par la société iColper qui est experte dans la vente d’objets et d’équipements d’aquagym à destination des particuliers et des professionnels. Il existe plusieurs modèles d’aquabike. Votre choix pourra se faire en fonction des objectifs que vous souhaitez atteindre. Voici quelques modèles d’aquabikes présents sur leur site Internet :

  • Le vélo piscine français Quality’v : c’est l’un des produits phares puisqu’il fait parti des meilleures ventes dans le domaine de l’aquabiking. C’est un vélo Made In France à bas prix qui est conçu pour toute la famille. Que vous soyez jeune ou plus âgé. Si vos enfants souhaitent l’utiliser, ce n’est pas un problème, il est pour tout le monde. Vous pouvez l’utiliser pour du cardio, de l’intensif afin de perdre du poids ou de tonifier votre corps. C’est un vélo qui est souvent utilisé dans les centres de kinésithérapie pour la rééducation. Il est compatible avec tous les différents traitements de l’eau que vous utilisez pour votre piscine. Le pédalier a été conçue pour qu’il y ait une forte résistance à l’eau afin qu’un simple pédalage vous demande un effort. Vous n’avez pas besoin de régler une quelconque résistance sur le vélo, la résistance s’adapte à votre force musculaire.
  • L’aquabike Allure.S : c’est un vélo qui est léger et à bas prix. Son poids va faciliter l’entrée et la sortie de l’eau de celui-ci. C’est un sacré avantage quand on veut profiter de sa piscine aussi pour nager et pas seulement pour faire de l’aquabike. Il ne pèse que 10 kg et peut supporter jusqu’à 150 kg. Il a été pensé de manière ergonomique pour qu’il puisse convenir à toutes les personnes peu importe votre taille (entre 1m30 et 2m05).

Ce site Internet vous livre à domicile le produit conforme à ce que vous avez commandé, les délais varient en fonction du produit et de sa disponibilité immédiate ou non. Pour en savoir plus sur les différents modèles de vélo piscine ou aquabike proposés rendez-vous ici :

https://www.aquagyms.fr/velo-piscine-c-238.html