Capture d’écran 2018-07-23 à 12.23.05

Assurance décès et prêt immobilier : ce qu’il faut comprendre

L’assurance décès est une couverture obligatoire, exigée par la banque lors de la souscription d’un prêt immobilier. Cette assurance prévoit la prise en charge du capital restant dû en cas de décès du souscripteur.

Un prêt immobilier s’accompagne obligatoirement de la souscription d’une assurance décès. Mais que se passe-t-il concrètement si l’emprunteur décède avant d’avoir fini de rembourser son crédit immobilier ?.

Qu’est-ce que l’assurance décès ?

Dans le cadre d’un emprunt immobilier, la souscription d’une assurance décès permet au prêteur d’être assuré d’être remboursé en cas de décès de l’emprunteur suite à un accident ou une maladie. En effet, dans ce cas, l’assureur prend en charge la totalité du capital restant dû évitant aux proches de l’emprunteur de supporter une charge financière inattendue.

Pour bien comprendre, il faut savoir que l’assurance emprunteur comprend plusieurs garanties : la garantie décès, la garantie perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), la garantie invalidité permanente et totale (IPT), la garantie invalidité permanente et partielle (IPP), la garantie incapacité de travail temporaire (ITT) ou encore la garantie perte d’emploi. Toutes ne sont pas obligatoires. En effet, l’assuré peut adhérer à des garanties facultatives pour bénéficier d’une meilleure protection.

Attention : L’assurance décès n’est pas à confondre avec une assurance obsèques, qui elle, a pour seul objectif de couvrir les frais d’obsèques (en savoir plus ici).

L’assurance décès avec un seul emprunteur

Bien que légalement l’assurance emprunteur ne soit pas imposée, en pratique, elle est systématiquement exigée par la banque prêteuse. Il faut préciser que cette couverture offre également une véritable sécurité à l’emprunteur et surtout à ses héritiers qui n’auront pas à rembourser le prêt bancaire en cas de décès. Si l’emprunteur souhaite souscrire un prêt immobilier seul, la banque lui proposera d’assurer son prêt à 100 %. Dans ce cas, en cas de décès, l’assurance prendra en charge la totalité du capital restant à rembourser. Attention cependant, il existe des exclusions concernant la nature du décès : le suicide, le décès lié à la pratique d’une activité à risques, le décès lié à un risque médical exclu par l’assureur.

L’assurance décès avec un co-emprunteur

Lorsque l’emprunt est souscrit à deux, le prêt immobilier doit être assuré au minimum à 100 % et au maximum à 200 %. La meilleure solution consiste à assurer chaque tête à 100 % afin que le crédit soit intégralement pris en charge par l’assurance en cas de décès de l’un des co-emprunteurs. Si les co-emprunteurs décident de s’assurer chacun à 50 %, en cas de décès, l’autre devra continuer à régler la moitié des mensualités restantes.

Pour limiter le coût de l’assurance décès dans le cadre de la souscription d’un crédit immobilier, il est conseillé d’utiliser un comparateur en ligne. Cet outil simple et gratuit vous permet d’avoir un aperçu des différentes offres proposées. Lors de cette comparaison, pensez à bien étudier les délais de carence figurant dans les contrats d’assurance décès. Il s’agit d’une période démarrant le jour de la souscription et pendant laquelle l’emprunteur n’est pas couvert par l’assurance. Ce délai s’étend généralement sur 12 mois.

Pour continuer votre lecture : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1671