Assurance décès et prêt immobilier : ce qu’il faut comprendre

L’assurance décès est une couverture obligatoire, exigée par la banque lors de la souscription d’un prêt immobilier. Cette assurance prévoit la prise en charge du capital restant dû en cas de décès du souscripteur.

Un prêt immobilier s’accompagne obligatoirement de la souscription d’une assurance décès. Mais que se passe-t-il concrètement si l’emprunteur décède avant d’avoir fini de rembourser son crédit immobilier ?.

Qu’est-ce que l’assurance décès ?

Dans le cadre d’un emprunt immobilier, la souscription d’une assurance décès permet au prêteur d’être assuré d’être remboursé en cas de décès de l’emprunteur suite à un accident ou une maladie. En effet, dans ce cas, l’assureur prend en charge la totalité du capital restant dû évitant aux proches de l’emprunteur de supporter une charge financière inattendue.

Pour bien comprendre, il faut savoir que l’assurance emprunteur comprend plusieurs garanties : la garantie décès, la garantie perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), la garantie invalidité permanente et totale (IPT), la garantie invalidité permanente et partielle (IPP), la garantie incapacité de travail temporaire (ITT) ou encore la garantie perte d’emploi. Toutes ne sont pas obligatoires. En effet, l’assuré peut adhérer à des garanties facultatives pour bénéficier d’une meilleure protection.

Attention : L’assurance décès n’est pas à confondre avec une assurance obsèques, qui elle, a pour seul objectif de couvrir les frais d’obsèques (en savoir plus ici).

L’assurance décès avec un seul emprunteur

Bien que légalement l’assurance emprunteur ne soit pas imposée, en pratique, elle est systématiquement exigée par la banque prêteuse. Il faut préciser que cette couverture offre également une véritable sécurité à l’emprunteur et surtout à ses héritiers qui n’auront pas à rembourser le prêt bancaire en cas de décès. Si l’emprunteur souhaite souscrire un prêt immobilier seul, la banque lui proposera d’assurer son prêt à 100 %. Dans ce cas, en cas de décès, l’assurance prendra en charge la totalité du capital restant à rembourser. Attention cependant, il existe des exclusions concernant la nature du décès : le suicide, le décès lié à la pratique d’une activité à risques, le décès lié à un risque médical exclu par l’assureur.

L’assurance décès avec un co-emprunteur

Lorsque l’emprunt est souscrit à deux, le prêt immobilier doit être assuré au minimum à 100 % et au maximum à 200 %. La meilleure solution consiste à assurer chaque tête à 100 % afin que le crédit soit intégralement pris en charge par l’assurance en cas de décès de l’un des co-emprunteurs. Si les co-emprunteurs décident de s’assurer chacun à 50 %, en cas de décès, l’autre devra continuer à régler la moitié des mensualités restantes.

Pour limiter le coût de l’assurance décès dans le cadre de la souscription d’un crédit immobilier, il est conseillé d’utiliser un comparateur en ligne. Cet outil simple et gratuit vous permet d’avoir un aperçu des différentes offres proposées. Lors de cette comparaison, pensez à bien étudier les délais de carence figurant dans les contrats d’assurance décès. Il s’agit d’une période démarrant le jour de la souscription et pendant laquelle l’emprunteur n’est pas couvert par l’assurance. Ce délai s’étend généralement sur 12 mois.

Pour continuer votre lecture : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1671

 

Assurance vie et immobilier : les solutions pour bien investir

De nombreux investisseurs hésitent entre l’immobilier et l’assurance-vie. Et si ces deux placements étaient compatibles ? Explications.

Allier immobilier et assurance-vie constitue une excellente opportunité. Certains acteurs proposent désormais des unités de compte dédiées à la pierre comme les SCI, SCPI ou OPCI. Investir dans l’immobilier en assurance-vie permet d’une part, de bénéficier d’une fiscalité attractive et d’autre part, de profiter d’une rentabilité attrayante. Mais comment choisir le bon placement ?

Les critères pour choisir le bon contrat

Réussir son investissement immobilier en assurance-vie suppose avant tout de choisir le bon contrat. Pour cela, il est important de connaître les principaux critères de sélection. Tout d’abord, l’épargnant doit limiter les frais de l’assurance-vie en optant pour un contrat sans frais d’entrée et sur versements, sans frais d’arbitrage et avec des frais de gestion annuels réduits. Ensuite, il lui faut privilégier un contrat d’assurance-vie avec un large choix de supports immobiliers : SCPI, SCI, OPCI voire OPCVM à dominante immobilière.

« Par ailleurs, il est essentiel d’étudier les modalités d’investissement en immobilier en vérifiant notamment s’il est possible d’investir à 100 % sur les SCI, SCPI ou OPCI, si le contrat prévoit la perception de la totalité des dividendes versés par les SCPI, les frais d’investissement sur chaque support ou encore le délai de jouissance correspondant à la date à partir de laquelle intervient le paiement des dividendes » explique le site Cieleden.

Sur quels fonds investir ?

Plusieurs supports investis dans la pierre et accessibles en assurance-vie sont proposés aux épargnants. Il y a d’abord les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) qui acquièrent des biens immobiliers d’entreprise et gèrent le patrimoine constitué pour le compte des associés ayant souscrit des parts, en leur versant une quote-part des revenus locatifs. On distingue deux types de SCPI : la SCPI à capital variable et la SCPI à capital fixe. Absence de souci de gestion, rendement attractif, fiscalité avantageuse… La SCPI offre de nombreux avantages. Ce placement connaît un grand succès auprès des Français. Il faut dire que les assureurs ont largement contribué à son développement en référençant les SCPI dans les assurances vie.

Autre option : la Société civile immobilière (SCI). Il s’agit d’un fonds immobilier composé d’immeubles physiques, de parts de SCPI ou d’OPCI, de fonds immobiliers non cotés, de placements financiers ou encore d’actions de foncières cotées. Contrairement aux idées reçues, la SCI accessible en assurance-vie n’est pas régie par un cadre législatif si contraignant. De plus, les frais d’entrée sont bien plus faibles que pour les SCPI : en moyenne 2 % contre 6 %.

Les épargnants peuvent également se tourner vers les Organismes de Placement Collectif Immobilier (OPCI). Ces fonds détiennent des immeubles d’entreprise, généralement des bureaux. Les OPCI présentent la particularité d’investir une partie de leur portefeuille en actions, obligations ou placements monétaires. Leur performance peut donc être volatile dans le temps, selon l’exposition des fonds aux marchés financiers.

Enfin, les fonds en euros à dominante immobilière offrent une garantie du capital, un effet de cliquet sur les intérêts annuels et des rendements bien supérieurs à ceux des fonds en euros classiques. Si vous choisissez ce placement, pensez toutefois à vérifier les conditions d’accessibilité.

Comment fonctionne l’économie collaborative ?

L’économie collaborative est un système recouvrant plusieurs plateformes d’échange de biens et de services entre particuliers. Ce système a pour but principal de faire évoluer le modèle socio-économique. Néanmoins, il est essentiel de savoir comment il fonctionne.
Encore appelée économie pair-à-pair (peer-to-peer), l’économie collaborative s’accentue autour de l’échange de services entre particuliers. Ces partages se font par le biais de plateformes numériques pour la mise en relation de l’offre et de la demande. L’économie collaborative se développe suivant deux stratégies :

  • Elle utilise les ressources des particuliers en dupliquant les modèles classiques de consommation ;
  • Elle crée de nouveaux services en complémentarité à l’offre classique.

L’économie collaborative à la maison

L’économie participative en plein essor intervient dans les domaines tels que :

  •  Déménagement : déplacement des biens d’un local vers un autre, démontage et montage des meubles, emballage et transport des biens, réaménagement, mis à disponibilité de camion de déménagement ;
  • Plomberie : réparation de robinetterie et de tuyauterie, installation d’outils de plomberie, réparation des problèmes de fuites d’eau ;
  • Électricité : installation et réparation de tous appareils électroménagers ;
  • Bricolage : réparation d’objets abimés ;
  • Cours à domicile : aides aux élèves et étudiants étant dans le besoin.

Le développement de l’économie collaborative participe à l’émergence de nouvelles formes d’emploi. Ce système contribue surtout à l’auto entrepreneuriat. Les travailleurs ont la possibilité d’échanger directement avec leurs clients. Ils décident également de leurs horaires, et peuvent ainsi combiner d’autres activités. Par ailleurs, l’économie collaborative se base sur plusieurs plateformes de mise en relation telles que Stootie.

 

 

L’essentiel sur la plateforme Stootie, déménagement, bricolage et plus encore.

Créée en 2012, Stootie est une plateforme collaborative et communautaire. Elle connait un énorme succès à cause de sa rapidité et de sa fiabilité. En effet, l’application permet de demander et de rendre des services en temps réel. Stootie vous permet de trouver une solution efficace et rapide à votre problème. Pour un déménagement, une livraison, un bricolage, Stootie vous permet de retrouver très rapidement des offres en rapport avec vos demandes : déménagement, bricolage, coach sportif … et plus de 400 services différents

Grâce à Stootie, vous avez la possibilité de demander de l’aide rapidement pour des services. Efficace, rapide et surtout moins coûteux, le service rendu par la plateforme Stootie donne satisfaction à vos problèmes en moins de 20 minutes. Lorsque vous cherchez de l’aide pour déménager, il vous suffit de poster une demande. Quelque temps après, vous avez des offres concernant votre demande. Ainsi, vous pourrez choisir avec efficacité (en termes de proximité et de coût) la compagnie de déménagement qui offre des services accessibles et qualitatifs.

C’est surtout en cela que Stootie est avantageux. La plateforme vous permet d’avoir accès à des services à moindre coût. À tout cela s’ajoutent les revenus complémentaires que les particuliers arrivent à se faire grâce à Stootie. : déménagement, bricolage, coach sportif …

Par ailleurs, grâce à cette plateforme, les professionnels n’ayant pas le temps de résoudre leurs problèmes peuvent les confier à quelqu’un d’autre qui dispose des compétences. Ils pourront gagner du temps et vaquer à leurs occupations. Via les différents services de bricolage proposés sur Stootie, vous avez la possibilité de réparer les objets abîmés au lieu de les jeter. L’économie collaborative par Stootie aide à préserver l’environnement et offre ainsi un avantage écologique. Stootie permet surtout de se faire des revenus via le numérique, mais aussi d’avoir de l’aide à moindre coût. Cette plateforme joue un rôle important dans la diminution du taux de chômage.

Tout ça se passe sur www.stootie.com

 

Solutis : solutions de crédit certifiées

Intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP), Solutis est l’un des rares spécialistes en rachat de crédit certifiés ISO 9001. Cependant, quels sont les atouts de cette certification pour les emprunteurs ?

Rachat de crédit : pourquoi opter pour l’expertise de Solutis ?

A savoir que le rachat de crédit est une opération de banque qui consiste à substituer un ou plusieurs prêts en cours par un nouvel emprunt à mensualité réduite et adaptée à la capacité de remboursement et aux projets de l’emprunteur.

Cette opération bancaire concerne la plupart des crédits accordés aux particuliers (crédit immobilier, prêts à la consommation, emprunts entre particuliers) mais aussi les dettes (les retards d’impôt, de loyers ou encore les factures impayées). Elle s’adresse à tous les emprunteurs (propriétaires, locataires et même hébergés) et à toutes les catégories socioprofessionnelles (artisans, salariés du privé, fonctionnaires, autoentrepreneurs…).

Par ailleurs, comme toute opération de financement, le rachat de crédit est aussi soumis à des conditions d’octroi qui peuvent varier selon les projets (rachat de crédit immobilier, rachat de prêts à la consommation), les profils emprunteurs (stabilité professionnelle, comportement bancaire, situation financière) et les établissements bancaires.

Cependant, depuis son apparition dans l’Hexagone dans les années 1980, cette opération bancaire a toujours été, principalement, proposée par les intermédiaires bancaires spécialisés. Toutefois, il est recommandé de solliciter les services d’une société certifiée afin de mettre toutes chances de son côté.

La société Solutis est certifiée ISO 9001 pour l’ensemble de ses services. Cette certification engage chaque collaborateur de cette société à améliorer en continu les services proposés, mais aussi à la recherche systématique et continue de la satisfaction des clients. Ainsi opter pour l’expertise de Solutis, c’est privilégier le savoir-faire et le professionnalisme d’un spécialiste en rachat de crédit reconnu comme une référence par l’ensemble de ses partenaires bancaires.

Quels sont les atouts d’une solution de crédit certifiée pour les emprunteurs ?

La société Solutis est certifiée ISO 9001 depuis 2009 pour l’ensemble de ses services. Cette certification est de plus en plus recherchée par les entreprises, puisqu’au-delà de l’aspect reconnaissance, elle permet à une entreprise de revoir en profondeur son mode de fonctionnement, de l’adapter si nécessaire au contexte ou à la conjoncture et d’impliquer ses collaborateurs.

La norme ISO 9001 vient ainsi valider l’organisation de la société Solutis dans sa recherche d’amélioration de l’efficacité opérationnelle et de la satisfaction clients. En d’autres termes, la société Solutis a défini les moyens pour satisfaire aux exigences de ses clients afin de leur proposer de solutions de crédits certifiées. Pour cela, elle s’appuie sur le principe d’amélioration continue de la certification ISO 9001.

Pour les emprunteurs, trois principaux atouts de cette solution de financement certifiée peuvent être mis en avant. Il s’agit :

  • La compréhension des clients : fort de son expérience et de son expertise, Solutis établit toujours avec son client un premier bilan de sa situation afin de comprendre les motivations et les besoins.
  • La recherche d’une solution adaptée : en fonction des besoins et des projets de son client, Solutis met en avant les atouts de son client auprès de ses partenaires bancaires afin de dénicher l’offre de rachat de crédit la mieux adaptée aux finances et aux projets de son client.
  • L’accompagne : chez Solutis, toutes les communications et échanges sont basées sur la confiance, le respect et la confidentialité totale des informations. De plus, chaque client est accompagné par un seul interlocuteur au cours des différentes étapes de l’opération.

En savoir plus sur la norme ISO 9001 : https://www.iso.org/fr/iso-9001-quality-management.html

Visiter le site Solutis : https://www.solutis.fr/

Écologie, quelles solutions pour les entreprises ?

Les Françaises et les Français sont aujourd’hui parfaitement au fait des enjeux environnementaux qui se jouent en ce moment-même pour l’avenir de notre planète. La plupart a même modifié ses habitudes quotidiennes en y intégrant des pratiques plus respectueuses de l’environnement : tri des déchets, recyclage, réduction de la consommation d’énergie, etc. D’autres ont franchi un pas supplémentaire en optant pour les énergies renouvelables. La prise de conscience collective est en marche… Mais qu’en est-il vraiment pour les entreprises ?

Un constat alarmant

Il ne faut pas nier la déresponsabilisation de certains salariés quant à la question de la consommation énergétique au travail. Pourtant c’est bel et bien au niveau individuel que l’engagement doit se faire afin d’œuvrer pour le bien collectif. En tant que dirigeant ou dirigeante d’entreprise, il parait aujourd’hui essentiel de mettre en place des initiatives pour inviter salariés et partenaires à mener de front une politique éco-responsable au travail.

Au niveau mondial, les entreprises sont responsables de plus de la moitié de la production globale de gaz à effet de serre. Les structures qui en produisent le plus sont les bureaux et les commerces. Au niveau national, 59 % des dépenses énergétiques sont liées à l’activité professionnelle. De nombreuses entreprises contribuent au gaspillage des ressources sans le savoir car leurs infrastructures et équipements sont obsolètes. La consommation en eau pourrait facilement être réduite de 20 % et celle en électricité de 15 % si chaque société s’engageait à entreprendre des travaux de rénovation.

Les solutions

Si vous louez un bureau professionnel, vous pouvez déjà ouvrir la voie en adoptant une démarche de Responsabilité sociale des entreprises (RSE). Cette dernière vous engagera en interne, puis auprès des partenaires et sous-traitants, à pratiquer une politique éthique et respectueuse au niveau des droits humains et de l’environnement. Il est tout à fait possible de combiner ce type de démarche aux questions de développement et de rentabilité de l’entreprise sans que l’une ou l’autre ne soit impactée. Des solutions très simples sont possibles au quotidien : l’électricité verte, la dématérialisation des documents, le recyclage, la visioconférence, etc.

Pour les personnes qui sont propriétaires ou désirent faire construire leurs propres bureaux professionnels en s’inscrivant dans cet engagement écologique, il existe des alternatives très intéressantes :

  • Les matériaux naturels pour la construction du bâtiment (le chanvre, le bois, etc.)
  • L’éclairage naturel grâce aux puits de lumière
  • Le système de ventilation naturel, avec la méthode du puits canadien par exemple qui permet de climatiser une pièce en puisant la fraîcheur des sols et de l’eau
  • Les énergies renouvelables comme l’installation de panneaux photovoltaïques en toiture pour avancer pas à pas vers l’autonomie énergétique

2020, en route vers les bâtiments à énergie positive ?

En fonction de votre statut de locataire ou propriétaire de vos locaux professionnels, les enjeux et les solutions ne seront pas les mêmes. Mais il en existe pour combler chaque problématique. Les travaux de rénovation énergétique sont par ailleurs encouragés par l’État qui fournit des aides au financement intéressantes. Pour tous les projets de construction neuve, il faudra vous rapprocher la réglementation thermique (RT) 2020 qui se prépare dès aujourd’hui. Peu à peu, chaque nouveau bâtiment devra répondre à un certain nombre de normes liées à la production et à la consommation d’énergie. Le but étant d’avancer progressivement vers des constructions à énergie positive et à consommation passive par le biais des énergies renouvelables.