C’est l’été ! Pensez à la climatisation de votre maison

 

Il serait judicieux d’anticiper la chaleur de l’été qui arrive à grand pas. Pour cela, nous avons une solution, la climatisation. Un système qui évolue chaque jours, qui devient moins énergivore et plus soucieux de l’environnement. Cependant, avoir la climatisation c’est bien, mais savoir comment la gérer c’est mieux. Voici quelques astuces qui pourront vous être utiles.

 

La climatisation réversible

 

Vous ne le savez peut-être pas mais votre climatisation peut être réversible. Que signifie être réversible. Cela signifie que votre appareil rafraîchit votre maison l’été et la chauffe l’hiver. C’est un gain d’argent puisque vous pouvez obtenir jusqu’à 30% d’économie d’énergie face aux appareils classiques. Couplée à une pompe à chaleur, elle permet de récupérer les calories présentes dans l’air pour les rejeter à l’extérieur. Grâce à ce processus la température de votre pièce baissera en été. Vous avez aussi l’opportunité d’investir dans des modèles dotés d’une programmation pièce par pièce pour augmenter votre confort et vos économies.

 

Économiser votre climatisation

 

Ne faites pas comme beaucoup. Il est inutile de mettre la climatisation au maximum. C’est un réel gouffre financier et environnemental. Il est nécessaire de respecter l’écart entre 7 à 8 degrés maximum comparé à la température extérieure. Sinon le risque de surconsommation sera très important et la facture aussi.

 

Pensez à fermer les portes et les fenêtres.

 

Cela peut paraître anodin mais fermer ses portes et ses fenêtres permet d’économiser de l’énergie. Si toutes les portes de son habitat sont ouvertes, le climatiseur devra compenser la perte de chaleur et ainsi devoir consommer plus. S’il consomme plus, la facture d’énergie risque d’être élevée. Vous perdrez de nombreux bénéfices.

 

Éviter de trop climatisé en dormant

 

Il est trop facile de se dire quand cas de grande chaleur le fait de mettre la climatisation au maximum nous apportera plus de confort. Ce n’est pas le plus judicieux pourtant, il est recommandé d’avoir un écart de 5 degrés avec la température extérieur pour assurer un confort optimal pendant votre nuit. Si vous avez un bébé, il est recommandé de faire votre enfant dans une pièce avec une chaleur maximum de 27 degrés. Il faut bien fermer les stores et les volets la journée lorsque le soleil est à son zénith.

 

Une entreprise qui détient plus de 30 ans d’expériences derrière elle dans le génie climatique et frigorifique propose de vous aider pour la maintenance et l’entretien de vos installations. Vous bénéficiez de conseil et d’un accompagnement pour être certain que votre climatisation soit aux normes et puisse fonctionner pendant tout l’été. Climotherm est à votre entière disposition pour toutes vos questions et pour répondre à tous vos besoins en matière de climatisation.

Utiliser la data pour accélérer la transition énergétique et digitale du secteur immobilier

 

 

Alors que les questions relatives à la transition énergétique prennent une place grandissante en France, trop rares sont les actions déployées dans le secteur immobilier. Parallèlement, une multitude de données sont produites tout au long du cycle de vie d’un bâtiment. Ces données représentent une véritable mine d’or pour parvenir à générer des économies d’énergie et ainsi contribuer activement à la transition énergétique.

 

Les données au service de la gestion des parcs immobiliers

 

En 2014, Vincent Bryant et Emmanuel Blanchet se sont lancés dans un pari ambitieux : accélérer la transition énergétique et digitale du secteur de l’immobilier. Ainsi, ils ont créé Deepki, une jeune PME innovante utilisant l’ensemble des données disponibles au sein d’un parc immobilier afin de détecter et assurer le suivi d’action d’économie d’énergie.  

 

En combinant data analytics et machine learning, les solutions logicielles développées par Deepki,  collectent automatiquement toutes les sources de données existantes d’un parc immobilier (factures, logiciel patrimonial, technique, IoT, télé-relève, etc.). Ces données sont analysées afin d’apporter une vision globale du parc immobilier et détecter des anomalies de consommation, apporter des plans d’actions concrets pour optimiser la gestion du parc et  réaliser des économies d’énergie tout en accélérant la transition énergétique et digitale.

 

Les enjeux liés au secteur immobilier

Aujourd’hui, l’enjeu principal du secteur immobilier consiste à accélérer sa digitalisation afin de créer de nouveaux services pour ses occupants et mieux valoriser les bâtiments. Ainsi, collecter ses données permet de bénéficier d’une vision claire de leur patrimoine, détecter les gisements d’économies d’énergie les plus rentables , suivre et prouver les, améliorer l’efficacité opérationnelle interne, tout en étant capables d’anticiper la réglementation.

 

En 3 ans d’existence et forte de son expérience avec plus de 120 clients, Deepki est à la croisée de 3 compétences clés : une connaissance poussée du secteur immobilier, une maîtrise des technologies de pointe informatiques et une expertise en data sciences. Deepki s’impose ainsi comme le leader français de la gestion énergétique multi-site. Découvrez-en plus en cliquant ici.



Prendre en compte la consommation énergétique des bâtiments tertiaires

 

D’ici à 2050, le parc de bâtiments destinés à une activité du secteur tertiaire va devoir réduire ses consommations d’énergie de 60% au minimum. Cela signifie que la consommation actuelle doit être diminuée de plus de la moitié. C’est pour les bâtiments appartenant à un propriétaire et la surface doit être supérieure ou égale à 2000 m². En tant que propriétaire, il va falloir sensibiliser les occupants, réaliser une étude énergétique et mettre en place un plan d’action résultant de l’étude énergétique. Cet article va vous aider à comprendre pourquoi la législation a mis cela en place et les solutions pour atteindre ces objectifs.

La diminution de la consommation énergétique des bâtiments tertiaires

  • Le respect de l’environnement

Le secteur tertiaire est responsable de 5% des émissions françaises de gaz à effet de serre (GES). Pour les sociétés de plus de 500 collaborateurs doivent établir un bilan de leurs émissions de gaz à effet de serre tous les 3 ans.

Selon l’ADEME, en 2009, c’était 912 millions de m² chauffés pour le secteur tertiaire. Cela représentait 64,5% des surfaces chauffées. Le secteur tertiaire est le secteur le plus énergivore avec le résidentiel. Faire diminuer sa consommation d’énergie apporte forcément des économies financières. En effet, faire attention à l’éclairage, ne pas surchauffer, avoir des baies vitrées plutôt que peu de fenêtres, va forcément vous aider à faire des économies. Cela se ressentira sur la facture. Pour en savoir plus sur les économies possibles en électricité, vous pouvez contacter l’agence de votre fournisseur d’électricité la plus proche de chez vous en cliquant ici. Vous aurez toutes les informations nécessaires pour les avoir.

Rénover son bâtiment tertiaire est devenu un moyen de différenciation considérable. Effectivement, le green building est aujourd’hui une tendance à la hausse. Beaucoup de promoteurs se lancent dans un processus global qui permet de faire des économies d’énergie et de réduire l’impact environnemental des bâtiments tertiaires tout en augmentant la valeur verte des bâtiments, qui deviennent ainsi plus cher à la revente.

Les solutions pour optimiser la consommation d’énergie

Il est important de noter que 46% des consommations énergétiques passe par l’électricité et 33% par le gaz, pour le chauffage, la tendance est inversée : 46% de la consommation est du gaz et 26%  pour l’électricité.

  • Une nouvelle réglementation (RT 2020) : jusqu’en 2020, les bâtiments qui vont être construits doivent respecter la réglementation thermique 2012. A partir de 2020, les nouveaux bâtiments devront présenter une consommation d’énergie inférieure à l’énergie renouvelable qu’ils produiront.; les bâtiments devront être actifs et plus passifs.
  • Le monitoring : il existe aujourd’hui des box domotiques qui permettent d’avoir la gestion d’équipements connectés à distance. Le monitoring va plus loin. En effet, cela repose sur le même concept mais en proposant un service d’optimisation de la consommation d’énergie pour les bâtiments. Vous pourrez voir en temps réel la consommation en énergie de votre bâtiment, par type d’énergie. Vous pouvez observer la température effective, la consommation en m3 et la consommation d’électricité. Il existe une application disponible sur smartphone, tablette et ordinateur. Vous pouvez donc assurer la gestion de la consommation d’énergie de n’importe où. Enfin, vous recevez des conseils personnalisés. Pour être sûre que votre monitoring fonctionne de façon optimale, vérifiez bien que vous avez le débit maximal en fonction de votre éligibilité. Pour plus de renseignements, rendez-vous sur ce site.

Pourquoi assurer une voiture électrique est moins cher ?

Les voitures électriques, toujours plus nombreuses en France, séduisent par leur confort de conduite et leurs avantages écologiques. Certains assureurs ont décidé de soutenir le développement de la voiture électrique en proposant des tarifs plus attractifs pour les conducteurs qui optent pour ces véhicules. Si l’assurance auto électrique est aujourd’hui moins chère qu’une assurance auto classique, il y a plusieurs raisons à cela.

 

Un risque moins important de sinistre avec les voitures électriques

Les statistiques montrent que les voitures électriques sont moins impliquées dans les accidents que les voitures classiques. Etant donné leur autonomie limitée, moins importante qu’annoncée en pratique, (environ 150 km pour 3 heures de recharge et la difficulté pour l’instant pour un véhicule électrique d’atteindre les 200 km), les voitures électriques sont principalement utilisées pour des trajets sur de petites ou moyennes distances. Leur utilisation reste donc encore d’une manière générale, urbaine. Roulant aussi moins vite qu’un véhicule à moteur thermique, les véhicules électriques sont considérés comme moins accidentogènes. En cumulant de petites distances parcourues et une vitesse moins élevée on obtient de fait un risque moins important de sinistre grave.

Les possesseurs de tels véhicules sont donc souvent des adaptes de la conduite modérée. Ce facteur est généralement pris en compte par les assureurs qui peuvent ainsi proposer des tarifs plus adaptés.

 

La reconnaissance écologique

Les assureurs sont également sensibles à l’aspect écologique et responsable des voitures électriques. Ils ont donc tendance à encourager cet usage en proposant des offres d’assurance auto attractives. Les tarifs de certaines primes d’assurances peuvent ainsi être réduites jusqu’à 50 % (selon les assureurs) par rapport à celles d’un véhicule classique. Certains assureurs ont aussi mis en place des remises ou des « chèques récompense » pour les propriétaires de véhicules propres.

Néanmoins la situation évolue et s’affine. Des voix, notamment l’ADEME (Agence De l’Environnement et la Maîtrise de l’Energie), s’élèvent aujourd’hui pour nuancer l’impact écologique réel du véhicule électrique, notamment en ce qui concerne la production de sa batterie qui serait bien plus énergivore et assombrirait le bilan carbone (CO2). Les évolutions technologiques et les différentes études indépendantes sur la question seront à suivre de près à l’avenir.

 

Des contrats moins chers pour les petits kilométrages

La voiture électrique actuelle est techniquement dédiée aux petits déplacements urbains. Pour les automobilistes qui roulent très peu durant l’année, sont prévues des formules d’assurance aux kilomètres parcourus à des coûts très réduits. Ce type de contrat peut être très avantageux pour les utilisateurs des modèles 100 % électriques.

 

Quelle assurance auto choisir pour votre véhicule électrique ?

A l’heure actuelle, il n’existe peu d’offre d’assurance automobile spécifique pour les véhicules électriques. Les automobilistes sont donc tenus de faire leur choix parmi l’offre d’assurances auto classiques.

  • L’assurance au tiers, qui est le strict minimum de l’assurance. Elle couvre les sinistres dont le conducteur peut se rendre responsable et dont les victimes peuvent être les personnes mais aussi les biens.
  • L’assurance auto tous risques qui garantit une indemnisation complète avec ou sans tiers responsable. Elle assure les sinistres causés aux autres mais aussi à vous-même et à votre voiture.

 

Si l’on considère le coût des réparations d’une voiture électrique, il est vivement conseillé d’opter pour une assurance tous risques qui permet de rouler l’esprit tranquille en bénéficiant d’une protection optimale pour les sinistres corporels et matériels, que l’on soit ou non responsable d’un sinistre. Il est possible de comparer les assurances sur instantASSUR par exemple, pour comprendre l’étendue des offres disponibles aujourd’hui auprès des différentes compagnies.

Au fur et à mesure de l’âge du véhicule électrique il est toujours possible d’opter pour une assurance au tiers étendu. L’usage étant également plus urbain, il est souvent plus avantageux de souscrire une assurance au kilomètre.

 

Assurer la batterie par l’assurance du véhicule

Le choix d’achat ou de location d’une batterie de voiture électrique est en principe imposé par le constructeur. La Renault Zoé n’est par exemple vendue qu’avec une batterie en location ce qui sous-entend un loyer mensuel allant de 70 à 150 euros en moyenne pour la location d’une batterie. Lorsqu’elle présente des signes de défaillance, la batterie est en général changée gratuitement. En optant pour l’achat d’une batterie, l’automobiliste peut compter sur une durée de vie entre 3 et 10 ans.

Certains contrats d’assurance auto électrique permettent de couvrir l’endommagement d’une batterie si le constructeur fournit une garantie. Ceci est explicité lors de l’achat du véhicule électrique ou dans le contrat délivré au moment où vous louez sa batterie.

 

L’assurance habitation concernée dans le cas d’un dommage en lien avec le véhicule

L’usage d’une voiture électrique impacte l’assurance habitation. L’installation d’une box spéciale servant à recharger la batterie de la voiture rend parfois nécessaire d’adapter ce contrat. Dans ces conditions, tout dommage causé par la prise servant à la charge du véhicule sera inclus dans le contrat. Attention : il est vivement conseillé de contacter son assureur et de le prévenir qu’un véhicule électrique chargera dans votre garage.

 

La voiture électrique serait-elle globalement moins chère ?

Une étude menée par le Commissariat général au Développement durable (CGDD), disponible ici, démontre que le coût de possession et d’usage d’une voiture électrique est d’ores et déjà inférieur à celui d’une voiture thermique équivalente. Si l’on ajoute à cela des assurances beaucoup plus attractives, on peut légitimement se poser la question. Il faudra tout de même voir à l’avenir si la fiscalité notamment, reste aussi avantageuse pour la voiture électrique, à l’heure de la réévaluation de son bilan carbone global.

La rénovation du logement pour économiser de l’énergie

 

Face aux nouveaux défis posés par les exigences de la Réglementation Thermique, les particuliers sont à la recherche de solutions alliant respect des normes, durabilité, maîtrise des coûts et facilité d’installation. La sélection des matériaux mis en œuvre est un des critères.

Les matériaux isolants

Un matériau isolant thermique possède une conductivité faible et permet donc de réduire le passage de l’air.  Plus le matériau est isolant plus il est résistant thermiquement.

Quels matériaux isolants ?

Les isolants que l’on trouve sur le marché sont tous faits d’après différentes méthodes et à partir de différents composants. Ainsi certains sont fait à partir de manière naturelle : c’est le cas du chanvre ou encore de la laine de verre. D’autres sont faits de matières renouvelables et donc plus écologique, comme la libre de coco et le liège. On trouve également des isolants à base de minéraux rares tels que les granulés de perlite. Enfin, il est possible d’isoler à partir de matériaux de synthèse mais cela n’est pas recommandé car ils peuvent être nocifs et donc dangereux pour la santé, comme le polyester.

Le respect des règles de l’art

Ces matériaux ont un coût (souvent élevé) mais qui s’amortissent dans le temps, ils permettent de faire rapidement des économies. Toutefois une installation correcte est cruciale afin de bénéficier pleinement de leur efficacité. Choisir un artisan bénéficiant du label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) même si ce label est imparfait permettra de limiter les risques.

 

L’assurance dommages-ouvrage

Lors de la vente ou de la location d’un logement, la performance énergétique est devenue un critère de décision important, voire déterminant pour certains. Il convient également que ces travaux soient garantis par une assurance construction dommages –ouvrage appelée au DO. En effet selon la loi Spinetta le particulier qui fait des travaux de rénovation doit souscrire une assurance dommages-ouvrage pour lui-même et pour les propriétaires successifs afin d’obtenir une indemnisation rapide en cas de malfaçons. Sur ce site, vous trouverez toutes les informations utiles sur cette assurance et vous pourrez même obtenir immédiatement un devis afin de l’intégrer à votre budget. Vous êtes maintenant prêt à bénéficier de votre maison écologique et avez ainsi valorisé de votre patrimoine immobilier.

Rehausser le charme de l’intérieur avec le revêtement mural

Afin de donner un coup de neuf à l’habitat, le revêtement mural ne doit pas être fait à la légère. L’option doit à la fois répondre au style de déco et être facile à entretenir. À l’évidence, faire le bon choix n’est pas une mince affaire. L’article récapitulera les différentes sortes de revêtements décoratifs de dernière génération.

Les idées pour embellir le mur

Même s’il parait dur de dénicher un meilleur revêtement mural, il existe plusieurs solutions pour tous les goûts, les projets et  les budgets. Parmi les plus prisés, le papier peint séduit d’innombrables propriétaires. Il offre une multitude de possibilités pour ceux qui désirent personnaliser les murs selon les styles de leur décoration d’intérieur. Grâce à l’apparition des différents motifs, les idées de décor ne manquent pas.

Même si la peinture murale constitue une option plutôt classique, elle reste encore très privilégiée à ce jour avec la pluralité de choix sur le marché. Afin d’offrir une touche particulière aux murs, les spécialistes suggèrent de la peinture métallisée, ardoise, brillante ou satinée. Au niveau de la pratique, il est conseillé de se servir des enduits à base de chaux, d’argile ou de plâtre. Cette alternative est parfaite pour cacher une fissure ou obturer un trou. Pour ce faire, il faut être compétent pour repeindre les pièces. Le recours à un professionnel est fortement préconisé.

Pour plus d’originalité, beaucoup de foyers optent pour le revêtement en pierre naturelle. Certains l’associent avec des matériaux comme le verre, le bois et  le métal. Sa pose doit être réalisée par un carreleur qui est expérimenté en matière de travaux de rénovation.

Ce qu’il ne faut pas négliger avant de choisir un revêtement mural

Dans la majorité des cas, les occupants mettent trop d’importance dans  la décoration d’intérieur lorsqu’ils choisissent un revêtement mural. Ils ne tiennent pas compte de sa praticité. Il est de ce fait recommandé d’opter pour une possibilité qui allie élégance et commodité.

Avec sa simplicité de pose, le lambris en bois ou en PVC constitue une idée intéressante pour la réfection des cloisons. Facile à entretenir, il suffit de nettoyer régulièrement les matériaux avec un chiffon doux un peu humide.

Avant de prendre une décision d’achat, le propriétaire doit se renseigner sur le revêtement mural ainsi que sur  son installation. La pose d’un carrelage, d’un  papier peint ou d’un  lambris nécessite l’intervention d’un spécialiste.

Le choix dépend aussi de la caractéristique de la pièce. A cause de la vapeur et de la fumée, la cuisine exige des matériaux spécifiques comme les carreaux ou le béton ciré qui résistent à ces facteurs.

 

Quels sont les avantages du volet roulant solaire ?

Si vous entamez la rénovation de votre habitation, opter pour des volets roulants solaires est un excellent choix. Ces volets qui fonctionnent grâce à l’énergie solaire ne nécessitent donc aucun raccordement au réseau électrique. Ils sont le plus souvent disponibles en aluminium ou en PVC.

Une bonne isolation thermique

Le volet roulant solaire fonctionne grâce à des cellules photovoltaïques placées sur le coffre le composant. Ce sont elles qui alimentent la batterie qui permet le fonctionnement du moteur et donc l’ouverture et la fermeture du volet. Il n’est donc pas nécessaire de raccorder un volet roulant solaire à l’électricité comme c’est le cas pour le volet roulant électrique. C’est pour cette raison qu’il est souvent privilégié lors de travaux de rénovation. Ce système peut être installé sur n’importe quelle fenêtre, même sur les ouvertures de toit. Généralement composé de lames articulées en PVC ou en aluminium il offre une très bonne isolation thermique ainsi qu’une sécurité optimale. De plus, les volets roulants solaires sont éligibles à différentes aides écologiques.

Quels volets roulants solaires choisir ?

Comme nous l’avons dit précédemment les volets roulants solaires fonctionnent grâce à un panneau solaire. Celui-ci est fixé sur le coffre du volet et il permet de transformer les rayons du soleil en électricité, celle-ci est ensuite stockée dans une batterie qui viendra alimenter le moteur. Une motorisation solaire fonctionne même la nuit grâce à l’énergie stockée dans la batterie. De la même façon, votre installation fonctionnera parfaitement même si elle est située au nord. En moyenne, vous bénéficierez d’une autonomie d’un mois avec une ouverture et une fermeture matin et soir.

Parmi les avantages offerts par les volets roulants solaires, on peut citer la facilité d’installation. En effet, ceux-ci sont généralement livrés montés et vous n’aurez qu’à fixer deux glissières sur le mur pour profiter de volets motorises écologiques et performants que vous pourrez manipuler à l’aide d’une télécommande.

Les économies d’énergie réalisées sont également un gros atout de ce type d’installation. En effet, même si le coût d’un volet roulant solaire est plus élevé que celui d’un volet roulant électrique, votre investissement sera vite rentabilisé.

Investir dans des volets roulants solaires lors de travaux de rénovation ou de construction, c’est donc la garantie de bénéficier d’un système économique, facile à installer et très écologique.

Pensez à la sécurité de votre nouvelle maison

Lorsque vous arrivez dans votre nouvelle maison, la première chose à laquelle penser, c’est à votre sécurité. Mais ce terme est large. C’est pourquoi, nous vous faisons un petit tour d’horizon sur ce sujet.

 

La sécurité de votre maison est primordiale. En effet, c’est chez vous, c’est votre nid, votre cocon. C’est pourquoi, dans un premier temps nous vous conseillons d’entourer votre maison, vous pouvez mettre un grillage doublé par une haie végétale. Cela apportera de la décoration, mais également vous évitera les regards indiscrets.

 

Toujours en restant sur l’extérieur, pensez à votre garage. En effet, plus de 10% des cambrioleurs passe par là, ce qui le transforme en point de passage facile. Ainsi, nous vous conseillons d’opter pour une porte antieffraction, ou de mettre des verrous.

 

Concernant le système d’alarme, nous vous invitons à choisir du matériel certifié, et posé par une entreprise qualifiée. Vous pouvez opter pour des alarmes NF A2P 2, si votre maison est facilement accessible. Elle empêchera les personnes mal intentionnées de pénétrer dans votre logement. Vous aurez le choix entre des alarmes anti-intrusion ou reliées à un téléphone. Mais avec la nouvelle technologie, sachez que lorsque votre alarme sonnera, vous recevrez un message émis par un agent de sécurité. Si toutefois, vous n’êtes pas sur place, quelqu’un se rendra sur votre terrain, pour vérifier que tout va bien. N’hésitez pas à vous pencher sérieusement sur le sujet.

 

Pour les serrures, basez-vous sur le même principe que pour les alarmes. Misez sur les serrures A2P. En effet, ces dernières garantissent une bonne qualité et sont très résistantes. nous vous conseillons, de faire appel à des serruriers qualifiés afin d’être sûr d’être entre de bonnes mains. De plus, faîtes attention aux arnaques, au prospectus suspect que vous pourriez trouver dans votre boîte aux lettres.

 

Quant aux portes, c’est le premier choix de passage des cambrioleurs. C’est le talon d’Achille de votre maison, c’est pourquoi, vous pouvez opter pour une porte blindée. Sachez qu’une porte dite “normale” est un obstacle de deux minutes top chrono, pour un cambrioleur. N’hésitez pas à vous renseigner sur le sujet.

 

Pour les fenêtres, seules celles du rez-de-chaussée méritent une véritable attention. Vous pouvez en effet, renforcer vos fenêtres à plusieurs niveaux. En effet, plus vous irez en haut de classe, plus votre fenêtre supportera des jet d’objets, par exemple.

 

Enfin, aujourd’hui, avec la nouvelle technologie, il y a un petit nouveau sur le marché, la domotique. Ce dernier peut contribuer à votre sécurité. En effet, cette technologie, peut capter des mouvements, filmer etc. En revanche, cela peut avoir un coût conséquent. Nous vous conseillons alors, de faire un devis chez un spécialiste, pour évaluer vos besoins.

 

Avec tous ces équipements, vous pourrez être serein chez vous. Chaque détail à son importance, c’est pourquoi, nous vous conseillons d’être particulièrement attentif et de faire appel à des professionnels certifiés et qualifiés. N’hésitez pas à vous balader sur la toile, pour trouver les équipements adéquats.

 

L’expertise avec un drône

 

L’expertise avec un drone est de plus en plus utilisée. Pratique encore inconnue il y a peu, les assurances et les experts commencent à s’en servir afin d’inspecter des bâtiments avec une vue du dessus. Cela évite les expéditions dangereuses, dans un premier temps, mais les avantages sont nombreux pour constater des dommages (sur une toiture, une éolienne, un ouvrage d’art, des pylônes, par exemple). Sachez que les drones peuvent être utilisés pour tous les bâtiments, mais sont privilégiés pour ceux qui sont hauts ou de grande superficie. Nous allons vous faire un petit tour d’horizon de cette nouvelle pratique.

 

Le drone s’avère très utile, notamment pour les experts et/ou les assurances. En effet, ces derniers doivent généralement établir un rapport d’expertise afin de constater les dégâts sur le lieu-dit. Ainsi, si le bâtiment est haut, grand ou inaccessible, un drône est la solution. Certaines sociétés sont missionnées pour gérer cette intervention, afin de donner des prises de vues des toitures ou autres endroits, qui peut s’avérer être dangereux. Elles garantissent des prises de vues de qualité, afin de satisfaire le client certes, mais l’expert également, pour qu’il puisse évaluer les éventuels dégâts. De plus, il est possible d’avoir la vidéo en direct, ce qui présente un avantage considérable, puisque l’expert s’occupant de constater les dégâts peut adapter la mission en fonction de ses interprétations des éléments, et ainsi de donner une estimation rapide à l’assuré.

Pour avoir plus d’information sur les entreprises, nous vous conseillons de jeter un oeil sur ce site internet.

 

De plus, les moyens mis en oeuvre ne sont pas si conséquents que nous pouvons l’imaginer. En effet, une équipe de 3-4 personnes, ainsi qu’un ou deux drones, selon les besoins, peuvent suffire pour réaliser une mission. Sachez tout de même, que vous aurez besoin d’un arrêté préfectoral afin d’autoriser le survol de la zone en question, en basse altitude.

 

Les avantages du drone

 

  • son coût peu onéreux : cela évite des coût plus important comme pour une grue, une nacelle
  • un gain de temps : l’intervention se fait rapidement, si, en amont, vous avez réglé les démarches de procédure. De plus, ils limitent le travail des assurances / experts.
  • l’intervention dans tous types d’endroits : que ce soit inaccessible, dangereux, polluer, trop haut… le drône y accède.
  • un outil essentiel comme pour les plans de construction, les mesures, la cartographie
  • il est précis, puisque sa qualité d’image est de très bonne qualité

 

Une fois le vol, il permet de récolter des données précises, qui peuvent permettre de faire un diagnostic rapide, évolutif et de qualité.

 

Ces nouveaux alliés des assureurs se sont imposés comme l’outil révolutionnaire en cas de sinistre. Ces données recueillies sont précieuses et précises sur les lieux sinistrés, en cas d’évènements importants. De plus, il peut permettre à l’assuré de reprendre plus rapidement son activité. Un avantage pour les assureurs et pour les assurés. Ce bijou de technologie bouleverse le système des assurances, dans le bon sens du terme.

Comment améliorer la performance énergétique d’un logement ?

Pour améliorer la performance énergétique d’un logement, il faut réviser l’isolation des murs, de la toiture, des combles et des ouvertures. Plusieurs aides sont proposées afin de financer les travaux.

Conseils pour améliorer la qualité énergétique de votre maison

Face à la dégradation de l’environnement et à l’augmentation des factures d’énergie, l’amélioration de la performance énergétique des logements est devenue une priorité aussi bien pour les particuliers que pour le gouvernement. Pour s’y mettre, des travaux de rénovation énergétique s’imposent. Puisqu’ils peuvent couter chers, différentes aides sont donc mises en place afin de donner un coup de pouce à ceux qui souhaitent améliorer la qualité énergétique de leur maison. Le présent billet vous récapitulera les travaux à faire pour augmenter la classe DPE d’un bâtiment ainsi que les différentes aides proposées par l’Etat.

Les travaux à faire pour améliorer la qualité énergétique d’un logement

Pour connaitre la consommation énergétique d’une habitation, un audit PEB s’impose. En plus d’évaluer la performance énergétique de votre maison, ce processus permet en outre de découvrir les points à améliorer et les travaux à faire pour obtenir un certificat PEB. Tout d’abord, l’amélioration de la qualité énergétique passe premièrement par l’amélioration de l’isolation. Le but de ces travaux est de réduire la consommation d’énergie tout en limitant les échanges thermiques entre l’extérieur et l’intérieur. Les travaux d’isolation concernent les murs, les combles, la toiture, les planchers et les ouvertures. La technique adoptée dépend du support à isoler. Cela peut être la mise en place d’un nouveau revêtement pour les sols, la pose d’un enduit spécial pour les murs ou encore l’installation d’un double vitrage pour les vitres. Pour que les travaux d’isolation ne dégradent pas le système de ventilation, ils doivent être assurés par une entreprise qualifiée. Le système de chauffage est l’autre élément primordial à prendre en compte pour améliorer la qualité énergétique de votre maison. Cela consiste à changer votre vieille chaudière par un système de chauffage moins énergivore et plus performant. La pose de thermostats est aussi envisageable. Dans certains cas, on recourt aussi à des travaux de calorifugeage.

Les différentes aides pour vos travaux d’amélioration énergétique

Afin de financer et d’accélérer les travaux d’amélioration énergétique, les propriétaires envisageant entreprendre ce type de travaux peuvent bénéficier d’une aide financière. Parmi les aides proposées figurent le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou le CITE, la prime Energie, l’éco-prêt à taux zéro, la TVA à taux réduit, le chèque énergie et le programme Habiter Mieux de l’Anah. Avec le CITE, vous allez bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% du montant des dépenses liées aux travaux. Le montant octroyé est donc estimé à 8000€ pour une personne seule contre 16 000€ pour un couple marié. L’éco-PTZ, quant à lui vous permet d’obtenir une aide allant de 20 000€ à 30 000€ selon les travaux à réaliser. Avec le programme de l’Anah, 35% à 50% de vos dépenses seront couvertes. Vous pouvez obtenir un montant allant de 22 000€ pour les travaux d’amélioration à 50 000€ pour les travaux lourds de réhabilitation. A cela s’ajoute une prime complémentaire. Le chèque énergie a été mis en place afin d’aider les personnes en situation de précarité énergétique. Cela consiste surtout à payer les factures de gaz et d’électricité, mais il peut être aussi utilisé pour le financement d’une partie des travaux d’amélioration énergétique. Il est fixé à 227€ par an.