quel serait le bon mix energetique  pour un pays comme la  France 2

Quel serait le bon mix énergétique pour un pays comme la France ?

Pour son approvisionnement énergétique, chaque pays dispose d’un mix de ressources afin de satisfaire ses besoins nationaux. S’il est très différent d’un pays à l’autre, il est, à l’échelle mondiale, encore dominé à 80 % par les énergies fossiles. Et en France, quel est-il ? Où en est-on avec les énergies renouvelables ? Tour d’horizon des ressources françaises, notamment en gaz naturel.

Qu’est-ce que le mix énergétique ?

Le mix énergétique – ou bouquet énergétique, désigne l’ensemble des différentes sources d’énergie exploitées sur une zone géographique donnée selon leur répartition. Cela concerne donc à la fois les énergies fossiles – pétrole, gaz naturel, charbon, mais aussi les centrales nucléaires, les déchets liés à cette exploitation ainsi que les énergies renouvelables – géothermie, énergie électrique et solaire, biomasse ou encore l’éolien.

Toutes ces différentes sources d’énergie sont utilisées pour produire de la chaleur, des carburants pour les différents moyens de transport, et évidemment de l’électricité et concernent à la fois l’exploitation des particuliers ou celle de l’industrie et des entreprises. Cela permet d’établir une moyenne et de comprendre comment est exploitée l’énergie dans une zone géographique donnée.

Ainsi, chaque pays dispose de son propre mix énergétique qui prend en compte à la fois les ressources disponibles sur le territoire ainsi que l’exploitation de sources importées que ce soit en gaz naturel, en électricité ou en pétrole. Il est intéressant de voir que, d’un pays à l’autre, ce bouquet énergétique varie énormément, pour atteindre une moyenne mondiale dominée à 80 % par les énergies fossiles et, ce, malgré l’évolution et le développement des énergies renouvelables comme l’éolien ou le solaire.

quel serait le bon mix energetique pour un pays comme la France

En France, quel est-il ?

Évaluer le mix énergétique d’un pays comme la France permet déjà d’en faire un portrait assez précis quant à son exploitation des différentes ressources, qu’elles soient propres au territoire ou d’origine extérieure. Outre ses besoins liés à la population et donc aux particuliers, cela montre aussi l’état de son industrie, de ses transports et de sa capacité à être plus ou moins autonome quant aux ressources en énergie, notamment en gaz naturel.

Depuis l’ouverture du débat sur les énergies renouvelables en France, la question de son mix énergétique a été amenée sur la sphère du débat public afin de procéder à un état des lieux et d’examiner les différentes solutions qui s’offrent à nous pour l’améliorer. Ainsi, en France, 65 % du mix énergétique est composé par les énergies fossiles, gaz naturel, pétrole ou encore charbon. Cela dit, à titre de comparaison, l’Allemagne tire les 3/4 de ses besoins des énergies fossiles.

Sur son territoire, la France génère seulement la moitié de ses besoins en énergie – elle fait par exemple appel à un fournisseur de gaz, ce qui implique des importations conséquentes dont le montant a atteint un niveau record de 68, 7 milliards d’euros en 2012. Mais cela reste inégal en fonction des énergies, en effet la production électrique en France – largement dominée par le nucléaire, suffit à alimenter le pays entier et lui permet aussi d’avoir l’électricité la moins chère d’Europe.

Comment évoluer ?

La France, comme l’Allemagne, a décidé d’amorcer sa transition énergétique afin de limiter l’exploitation des énergies fossiles comme le gaz naturel ou le charbon, en développant et en exploitant davantage les sources solaires, éoliennes et hydrauliques. A titre d’exemple, la production électrique d’origine renouvelable a augmenté de plus de 66 % entre 2011 et 2012 via l’exploitation du photovoltaïque.

Mais beaucoup reste encore à faire dans ce domaine afin de faire de la France un pays plus propre et plus indépendant en ce qui concerne l’énergie. Le premier combat se situe sur le terrain du nucléaire où la centrale de Fessenheim, par exemple, devrait fermer avant la fin de l’année 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *