Classement des offres par ordre décroissant de clients, offres partenaires présentées en premier. En savoir plus.

A la découverte de destinations éco-conviviales pour l’été 2017!

Au moment de réserver les billets de train / d’avion, de réserver le covoiturage ou encore d’ajuster la hauteur de la selle du vélo, la destination et les différents arrêts du voyage sont souvent déjà sélectionnés depuis un moment. Avant de partir en vacances pour les beaux jours, les habitudes éco-responsables et l’accord avec son mode de vie écologique, durable, à faible impact écologique ne sont pas à laisser derrière soi et à oublier le temps d’un voyage.

Penser vert et découvrir les modes de vie et le développement écologiques de villes, régions et pays proches de chez soi ou à l’autre bout du monde, est une initiative inspirante pour des vacances éco-conviviales. Le voyage n’est pas un simple déplacement pour aller apprécier des monuments différents, découvrir une cuisine aux notes exotiques ou apprécier un spectacle de danse locale. Le voyage et les vacances éco-responsables permettent de découvrir de nouveaux modes de vie écologiques, de susciter de nouveaux comportements éco-responsables, de repérer de nouvelles bonnes habitudes et pourquoi pas donner un nouveau tournant aux résolutions pour se déplacer vert, consommer local, diminuer les achats superflus…

Vacances éco-conviviales

Pour un séjour en déplacement doux ou partagé

En partant de France, il est assez simple de rejoindre le reste de l’Europe, en vélo pour les plus courageux et ceux qui ont plus de temps, ou en trajet partagé pour ceux qui aiment partager leur trajet et réduire leur impact carbone pour partir en vacances. En quelques heures ou quelques jours, des villes vertes et innovantes, inscrites dans une démarche d’éco-responsabilité sont à quelques kilomètres. Au départ de la France, il est intéressant de remonter vers le Nord de l’Europe pour découvrir des villes qui regorgent de bonnes idées.

Essen

Cette ville de la Ruhr en Allemagne, a reçu le prix de la Capitale Verte pour l’année 2017. La ville excelle dans la mise en place d’un mode de vie urbain respectueux de l’environnement. Essen illustre parfaitement la reconversion d’une ville minière grâce à l’objectif 2035: créer 20 000 emplois dans le milieu de l’environnement. La ville a pris le virage vert et a choisi de devenir une ville où il fait bon vivre pour la ville, pour ses habitants et pour tous ceux qui veulent y passer quelques jours.

Malmö

La Suède est reconnue comme un pays sur la route de l’éco-responsabilité depuis plusieurs années. Avec moins de 10 millions d’habitants, la Suède est le premier pays à avoir annoncé en 2005 un objectif de 50% des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie pour 2020 et un objectif de 100% pour 2050. En voyageant dans tout le pays, il est possible d’observer le développement d’éco-quartiers dans de nombreuses  villes. Pour les locavores, Malmö est un petit paradis grâce aux potagers en libre-service disponibles pour tous.

Amsterdam

Pour les amoureux de déplacements doux, Amsterdam, mais également Rotterdam aux Pays-Bas, est la ville à découvrir. Faire du vélo le véhicule roi et reléguer la voiture à la périphérie et aux campagnes est tout à fait possible. Si ce n’est pas évident au départ, le vélo est l’ami de vacances vertes réussies.

 

Quel est l’impact carbone de mes vacances?

En choisissant une destination lointaine, le trajet d’avion est quasiment inévitable. Pour les pays les plus éloignés de France, l’impact carbone est forcément élevé mais il est possible une fois sur place de réduire ce dernier. Pour rappel, les voyages ne sont pas des concours pour prendre le plus de fois l’avion dans l’année ou pour avoir un maximum de visas sur son passeport. De plus en plus de compagnies de voyage proposent des voyages doux et lents pour une pollution limitée (trains + bateaux pour des destinations transcontinentales).

Pour donner quelques idées aux voyageurs, les villes ci-dessous proposent les alternatives les plus écologiques pour leurs citoyens mais également pour tous les touristes de passage.

Bogota: Taxe sur les énergies fossiles pour développer le transport vert. Les transports en commun et électriques sont à privilégier.

Portland: Transports en commun gratuits dans le centre-ville. Cette mesure permet d’éviter les pics de pollution et de désencombrer les villes, en laissant les voitures en périphérie.

San Francisco: La ville vise l’objectif 2020 pour ne plus utiliser les incinérateurs ou les décharges. Les déchets organiques deviennent un riche compost et le recyclage est le mot d’ordre pour aider la ville et ses habitants à atteindre cet objectif. En tant que voyageur de passage, il est essentiel de prêter attention aux points de recyclage disponibles partout en ville.

Auckland: La voiture n’est pas l’amie de la ville. Pour favoriser le vélo, la ville a construit plus de 20 kilomètres de pistes en bois. Opter pour un vélo en libre-service est une option verte et une manière très agréable de découvrir la ville, pourquoi pas en suivant une personne de la ville qui sera ravie de vous guider dans les endroits les plus inattendus.

ReykjavikAprès la crise de 2008, l’Islande a choisi de miser sur une croissance verte et durable. La première étape est un réseau de transport  alimenté à l’hydrogène. Loin du métro parisien, des kilomètres d’embouteillages toulousains ou des bus au diesel, le réseau de transport permet de compenser quelques kilos de CO2 dépensés pendant le trajet en avion.

 

Participer à la préservation de la nature et lutter pour aider les espèces en voie de disparition

En Amérique du Sud ou en Afrique, les réserves naturelles sont à la tête de projet pour préserver une faune et une flore chaque jour un peu plus en danger. La préservation des terres  et des espèces est le travail quotidien d’un nombre croissant de personnes pour préserver les poumons verts des pays et par ricochet de la planète.

Brésil

Les parcs nationaux se développent (Abrolhos, Bonito, Chapta Diamentina) et deviennent de vraies bulles d’oxygène. L’objectif est que ces parcs nationaux donnent une équivalence de 50 m² d’espaces verts par citoyen. Pour les voyageurs souhaitant découvrir le pays, il s’agit de suivre des règles citoyennes et éco-responsables pour avoir un impact écologique aussi faible que possible et ne pas perturber ces éco-systèmes: se déplacer à pied au maximum, ne jeter aucun déchet dans la nature, recycler ses déchets, ne pas ramasser d’éléments de la flore, ne pas déranger les animaux…

Kenya

La protection de l’environnement est devenue une véritable cause nationale. Le Kenya développe de nombreuses missions d’éco-volontariat, notamment pour protéger les ressources maritimes. Partir en vacances au Kenya est l’occasion de découvrir les bonnes pratiques du pays et s’investir dans une association de préservation de l’environnement à son retour en France.  L’échange de pratiques positives pour préserver l’environnement est le ciment d’une planète qui travaille ensemble pour un futur vert commun.  

Des grandes villes européennes aux parcs nationaux d’Amérique du Sud, les destinations éco-conviviales sont à découvrir tout autour du globe pour des vacances en accord avec les bonnes habitudes éco-citoyennes du reste de l’année et les valeurs d’éco-responsabilité.

Et si ces destinations vous ont tellement convaincu(e) que vous décidiez que vous y installer, n’oublier pas la résiliation edf avant de partir.

article

Article écrit par:

calendar 14 juin, 2017

( update )