Les monnaies numériques et leur impact écologique

La cryptomonnaie : qu’est-ce que c’est ?

La monnaie numérique, aussi appelée cryptomonnaie, fait de plus en plus de bruit, tout en restant flou pour la plupart des consommateurs, vu qu’elle n’est, en aucun cas, physique. En réalité, cette monnaie 100% virtuelle et cryptée, commence à prendre de l’ampleur en faisant naître une économie parallèle. Afin de pouvoir utiliser cette monnaie, l’utilisateur doit avoir un code de décryptage, comme une empreinte ou un mot de passe. De plus, il faut savoir que les transactions sont réalisées dans l’anonymat le plus total. La cryptopmonnaie la plus connue est le Bitcoin.

Quel est le rôle de la cryptomonnaie ?

Il faut voir la cryptomonnaie comme n’importe quelle monnaie traditionnelle, pour comprendre son utilité. En réalité, avec cette monnaie virtuelle, vous pouvez faire des virements, des achats ou des transactions financières, sans frais. L’avantage, c’est que l’on peut échanger cette cryptomonnaie contre des biens, de l’argent liquide ou encore des services.

Comment fonctionne-t-elle ?

Afin de bien comprendre la cryptomonnaie, il faut savoir que les informations des différentes transactions sont anonymes et stockées dans une chaîne de blocs (un blockchain), dirigée par des logiciels, qui sont répartis sur des réseaux d’ordinateurs dans le monde entier. C’est ce que l’on appelle un réseau décentralisé, qui joue le rôle d’une banque centrale, sans pour autant être physique. Le rôle de cette “banque”, est de répertorier les différentes transactions, afin d’avoir des traces écrites pour chacune d’entre elle. Mais cela reste anonyme, puisque les utilisateurs sont cachés derrière un RIB un peu spécial, spécificité de la cryptomonnaie, et donc intracable, inviolable, infalsifiable.

La cryptomonnaie : le nouveau paradis financier

Dans un premier temps, il faut savoir que les cryptomonnaies se comptent par millier, car ce sont devenues des actifs prisés qui ont une véritable valeur. Toutes les monnaies virtuelles fonctionnent sur le même schéma, ce sont les technologies et leur cours qui se démarquent. Par exemple, certaines offrent une sécurité forte et des avantages sur les transactions, d’autres proposent à ses utilisateurs de connaître le cours de la cryptomonnaie jour par jour. Afin de démontrer l’importance de ces monnaies virtuelles, il suffit de se baser sur des chiffres : plus de mille cryptomonnaies pour une capitalisation globale de plus de cent milliards de dollars.

Cette monnaie virtuelle fait rêver. Au revoir les banques, et bonjour la liberté. Mais comme toute bonne chose, le revers de médaille arrive, et plus vite que prévu.

La cryptomonnaie : l’impact écologique

Pour la plupart des consommateurs, une monnaie virtuelle n’a pas forcément de rapport avec l’écologie. Et pourtant… Pourtant, fabriquer de la cryptomonnaie demande une -très- forte puissance de calcul, donc de puissants ordinateurs, gourmands en énergie. En sachant que la valeur de ces monnaies virtuelle ne cesse de croître, il faut donc produire plus.

Si l’on se base sur le Bitcoin, la cryptomonnaie la plus connue et, pour le moment, la plus utilisée, ne cesse de grimper : depuis janvier 2017, le Bitcoin a multiplié par sept fois sa valeur. Ainsi, il faut produire plus, donc avec des puissances de calcul plus fortes qui découlent d’ordinateurs de plus en plus performants. C’est pourquoi, certains ont flairé le bon filon. En effet, cette monnaie virtuelle est devenue en peu de temps une valeur spéculative et le coeur d’investissement. Afin de mieux comprendre, voici quelques chiffres : une personne ayant investi 100 dollars en 2012 sur le bitcoin, a gagné pas loin de 114 000 dollars aujourd’hui. C’est ce que l’on appelle, un bon investissement.

La cryptomonnaie paraît donc être une bonne chose, mais l’impact environnemental en est autrement. En effet, une seule transaction Bitcoin, représente autant d’énergie que la consommation d’une maison individuelle en une semaine. Il faut s’imaginer des transactions à grande échelle, pour pouvoir estimer l’impact écologique, c’est-à-dire plus de 300 000 par jour. Ainsi, plus le prix s’accroît, plus les utilisateurs augmentent la puissance de calcul afin de produire de nouveaux bitcoin sur le marché, et donc ils utilisent plus d’électricité. C’est un cercle vicieux faisant du mal à l’environnement. Les mineurs, ceux qui génèrent les bitcoins, veulent aller toujours plus loin pour plus de bitcoin. Ainsi les mineurs de bitcoin du monde entier, avec l’électricité utilisée, pourraient couvrir 2.26 millions de foyers américains en électricité. En effet, l’exploitation minière globale de cette monnaie virtuelle représente 77 kWh d’énergie par transaction.

Alors oui, le bitcoin a un fort impact écologique. Mais qu’en est-il des autres technologies ? De la monnaie fiduciaire ?

Les mineurs de bitcoin poussent le système à son apogée, pour en fabriquer toujours plus, et cela pollue et n’est pas écologique. Mais quand l’on sait que le coût des recherches Google en une année, se base sur la même consommation électrique qu’un pays comme le Laos, le bitcoin n’est pas le seul responsable.  

Quand l’on évoque les monnaies virtuelles, les connaisseurs nous parleront de l’impact écologique, et des dérives (comme les réseaux criminels qui peuvent se l’approprier via le dark web). Mais qu’en est-il des monnaies fiduciaires ?

En effet, si l’on compare avec les monnaies fiduciaires comme l’euro, ou le dollar, l’extraction d’or, les centres de données et la production d’argent, consomment plus que le Bitcoin. Pour autant, on vante plus l’impact écologique de la monnaie virtuelle, que celle de la monnaie fiduciaire. Si l’on se base sur le classement de la consommation annuelle des monnaies, le bitcoin arrive à la huitième position, derrière les centres de données aux Etats-Unis et la production mondiale de monnaies fiduciaires.

Ainsi, le bitcoin et ses consœurs virtuelles sont une petite révolution, dans l’ère technologique dans laquelle nous vivons. Mais chaque évolution est critiquée, sans concéder de faiblesse à nos habitudes, les monnaies fiduciaires.

Le saviez-vous ?

Chaque cryptomonnaie a sa spécificité. Voici une liste, non-exhaustive, de monnaie virtuelle :

  • le bitcoin est la première monnaie décentralisée.
  • l’ether est la première monnaie basée sur une chaîne de blocs permettant de créer des contrats intelligents
  • le litcoin est la première cryptomonnaie basée sur Scrypt (dérivation de clé)
  • le dash est la première cryptomonnaie anonyme

Mis à jour le 14 Sep, 2021

redaction Qui sommes nous ?
Redactor

Maxime Degras

Rédacteur senior expert des sujets énergie

Commentaires

1 Avis bright star bright star bright star grey star grey star 3/5

Pour en savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis cliquez ici
Carole Tremblay
bright star bright star bright star grey star grey star 3/5

Ce genre d'industrie fait un bruit infernal 24 heures par jour, 7 jours sur 7....Un bruit qui rend fou. Si vous avez vent qu'une telle industrie veut s'installer par chez-vous, faites vite pression pour les en empêcher car vous n'aurez plus de vie saine particulièrement si vous vivez à la campagne.