Ségolène Royal

Résumé: Nous évoquons aujourd’hui le terme d’écologie positive pour désigner chaque action visant à minimiser notre impact, notre empreinte sur notre support de vie, la Terre. Ségolène Royal se voit promotrice de cette écologie en France. Alors, comment l’ancienne ministre de l’Écologie  s’est-elle engagée personnellement dans la transition énergétique ? Quelles sont les décisions politiques majeures prises durant son mandat en faveur de l’environnement ? Quelle fonction occupe t-elle de nos jours ? 

Parcours de Ségolène Royal

Parcours personnel

Ségolène Royal est une femme politique française, membre du Parti socialiste.

  • 22 septembre 1953 : Ségolène Royal est née à Ouakam (Sénégal).
  • 1975 : Obtention d’un diplôme en Section Service Public à l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences po), suite à sa licence de sciences économiques (CUEP) à l’université Nancy II (droit et sciences économiques).
  • 1978 : Intégration de l’école nationale d’administration (l’ENA) et rencontre avec de nombreux visages politiques notamment  François Hollande, Dominique de Villepin, Michel Sapin…
  • 1980 : Diplômée, elle choisit un poste de juge au tribunal administratif de Paris.

Parcours politique

Dans les années 1980, elle occupe le poste de conseillère du président François Mitterrand, pour devenir ensuite députée des Deux-Sèvres et ministre des gouvernements Pierre Bérégovoy et Lionel Jospin.

Son principal mandat politique a été la présidence du conseil régional de Poitou-Charentes de 2004 à 2014.

Ségolène RoyalElle est la première femme à accéder au second tour d’une élection présidentielle en 2007. Cependant, elle a été battue par Nicolas Sarkozy, récoltant 46,94 % des suffrages exprimés. Battue par Martine Aubry lors de l’élection au poste de premier secrétaire du Parti socialiste en 2008, elle l’est de nouveau au premier tour de la primaire socialiste de 2011, avec 7 % des suffrages. Enfin, en juin 2012, elle échoue aux élections législatives dans la première circonscription la Charente-Maritime. En effet, cette femme a connu de nombreux échecs mais s’est montrée très combative et engagée dans tout ce qu’elle a mené.

Elle occupe ensuite la fonction de ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer dans les gouvernements Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, de 2014 à 2017 suite à un remaniement ministériel.

Toutefois, au cours de son dernier mandat à la tête du conseil régional de Poitou-Charentes, elle s’est fortement intéressée à des problématiques cruciales dont le recyclage avec la collecte des déchets, le traitement des eaux… Cela a permis de nombreuses avancées dans la région en réussissant à mener à bien des actions écologiques notamment avec la création d’un  « Plan énergie solaire », financé de moitié par la Banque européenne d’investissement (BPI)

Résultat du « Plan énergie » Installation de panneaux photovoltaïques Création d’emplois Création d’un lycée alimenté grâce aux énergies renouvelables
Détails des actions chiffrées Plus de 650.000 m2 panneaux installés 1000 Plus de 16.500 m2 de surface, émet 400 tonnes de CO2 en moins qu’un établissement scolaire ordinaire

Le saviez-vous ?

Lors du remaniement du 11 février 2016, le ministère de Ségolène Royal est alors rebaptisé « ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer » et est élargi aux relations internationales sur le climat. Elle préside dès lors la conférence de Paris de 2015 sur le climat (COP21), Laurent Fabius ayant quitté le gouvernement pour prendre la présidence du Conseil constitutionnelle.

À compter du 1er septembre 2017, Ségolène Royal a commencé à exercer sa fonction d’ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles Arctique et Antarctique, suite à la nomination du président Emmanuel Macron.

Ségolène Royal au pouvoir : les actions menées à la tête du ministère de l’Environnement

Les six objectifs principaux fixés par la ministre

L’objectif principal de Ségolène Royal est clairement annoncé dès son arrivée : faire voter la loi relative à la transition énergétique pour soutenir la croissance verte. Cette loi a finalement été votée en 2015 pour réduire la part du nucléaire dans la production énergétique à 50 % en 2025.

Dès la prise de sa nouvelle fonction de ministre, six principaux chantiers qu’elle veut conduire pendant son mandat, ont été exposés. Ces chantiers sont déclinés en 27 actions principales :

  1. Mettre en place un nouveau modèle énergétique et la lutte contre le changement climatique
  2. Protéger et reconquérir l’eau, la biodiversité, les paysages
  3. Santé, environnement, prévention des risques, économie circulaire
  4. Transports
  5. Emplois nouveaux et croissance verte
  6. Les grands rendez-vous européens et internationaux : Préparation de la Conférence Paris Climat 2015 (COP 21),  Réunion des ministres de l’Énergie du G7 le 5 et 6 mai à Rome en 2014)

Résultat de recherche d'images pour "segolene royal"

Son expérience de plusieurs années en Poitou-Charentes l’a inspirée durant sa prise de fonctions au gouvernement. En effet, Ségolène Royal a décidé de généraliser l’action “un habitant, un arbre” qu’elle avait entrepris depuis longtemps dans cette région. Les résultats de l’action menée sont satisfaisants avec l’élimination des pesticides dans les espaces verts de 400 communes. Plus de 2,4 millions d’arbres pour 1,7 million d’habitants, ont été plantés durant cette période. En effet la reconquête des paysages est primordiale dans la transition énergétique. Cette démarche vise à planter 64 millions d’arbres au niveau national en trois ans. C’est pour cette raison qu’un partenariat a été proposé à toutes les collectivités territoriales et toutes les associations pour que chaque habitant, en milieu rural, urbain ou péri-urbain, puisse améliorer son lieu de vie et les paysages.

Dans un autre registre, un plan d’actions de la démarche « Terre saine, communes sans pesticides » a été lancé :

  • création d’un réseau national et d’un label « Terre saine, communes sans pesticides »
  • Mobilisation des agences de l’eau sur les projets « Terre saine, communes sans pesticides » partout en France
  • Renforcement de la campagne « Jardiner autrement »
  • Éducation à la biodiversité dans les écoles avec le soutien de « Vigie Nature ».

 

Les appels à projets s’inscrivant dans la transition énergétique

Ségolène RoyalLa transition énergétique est aussi source de création d’activités et d’emplois. C’est l’objectif que s’est fixé Ségolène Royal en accordant à tous les ménages l’éco prêt à taux zéro et le crédit d’impôt transition énergétique. Concernant l’aide octroyée aux 400 territoires souhaitant réaliser des travaux d’économies d’énergie, une enveloppe de 250 millions d’euros a été mise en place. Cela constitue une aide précieuse pour développer les énergies renouvelables et investir dans les transports propres.

Plusieurs appels à projets pour le développement de « territoires zéro déchets », pour la création d’un parc pilote d’hydroliennes ou pour accélérer le déploiement de la biomasse, ont suivi la nomination de Ségolène Royal.

S’inscrire dans une option éco-responsable est possible pour tous les acteurs du territoire, en réduisant au maximum leur production de déchets :

  • éviter le gaspillage alimentaire en achetant que les quantités nécessaires, en veillant aux dates de péremption, en cuisinant les restes
  • Acheter des produits à longue durée de vie : solides, réparables… ou des produits d’occasion
  • Revendre ou donner leurs objets plutôt que de les jeter

 

Concernant les premiers lauréats de l’appel d’offres pilote pour l’éolien flottant deux entreprises ont été nommées:

  1. Quadran sur la zone de Gruissan en Méditerranée qui se compose de 4 éoliennes de 6,12 MW ;
  2. Eolfi et CGN sur la zone de Groix en Bretagne, qui se compose de 4 éoliennes de 6 MW.

Après le scandale de Volkswagen, une commission a été mise en place par la ministre pour surveiller les constructeurs automobiles et veiller à ce qu’ils respectent bien les normes environnementales. En conséquence, le gouvernement a mis en place un programme de contrôle sur 100 voitures prélevées de façon aléatoire sur le marché automobile français pour mieux informer le grand public des performances réelles des véhicules.

Ségolène RoyalLutter contre la délinquance écologique fait également partie des objectifs de Ségolène Royal. Pour cela, les exportations d’ivoire ont été suspendues par exemple. Transformer le territoire français en territoire d’énergies positives passe par la reconquête de biodiversité, la nature, l’environnement. Ainsi, avec l’organisation de la conférence climat (COP21) à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, la ministre a saisi ce rendez-vous international pour prendre des engagements fermes. Selon ses dires, cette conférence oblige le pays hôte à être exemplaire. Voici les principaux points du projet d’accord sur le climat :

– limiter le réchauffement climatique à 1,5°

– Une aide de 100 milliards de dollars par an attribuée aux pays en voie de développement

– Un bilan des progrès tous les 5 ans

– Un accord  juridiquement contraignant

Que devient Ségolène Royal aujourd’hui ?

Bilan de la ministre d’écologie

Beaucoup parlent d’un bilan assez positif en étudiant le travail réalisé par Ségolène Royal. Les filières ont été redressées et accélérées avec une production d’énergie renouvelable en hausse de 23% en 2015, avec 1000 mégawatts (MW) de nouvelles capacités éoliennes et 900 MW de nouvelles capacités solaires. Mais encore des appels d’offre représentant une puissance cumulée de 5700 MW, dont 2500 MW de projets sont déjà désignés. Si nous voyons de plus près, en décembre 2016 la France comptait 7,1 GW de solaire et 11,7 GW d’éolien, représentant des productions équivalent à respectivement 1,6% et 4,1% de la consommation électrique nationale. Les chiffres prouvent que c’est dans la filière éolienne que le redressement a été le plus spectaculaire : En effet, tombés à quelque 600 MW en 2013, les nouveaux raccordements ont atteint  1345 MW en 2016, renouant avec la trajectoire fixée par la PPE.

Toutefois, certaines critiques visant l’ancienne ministre de l’Écologie ont surgi. Certains dénoncent la « défaillance » financière de l’Etat en matière de lutte contre la pollution de l’air. D’autres parlent d’un manque de vision “stratégique », une « succession de dispositifs instables », une « gouvernance complexe », et des « financements insuffisants »… L’exemple de la métropole de Lille, lauréate d’un appel à projet « villes respirables » lancé par Ségolène Royal pour concevoir une zone à circulation restreinte n’a pas été respecté. En effet, seulement 134 000 euros ont été versés pour faire une étude alors qu’un million d’euros devaient être versés par l’Etat.

La nouvelle fonction de Ségolène Royal

Ségolène RoyalL’objectif de la nouvelle ambassadrice est de réaffirmer « le haut niveau d’engagement de la France », dans une région où le dérèglement climatique crée une crise environnementale d’envergure. En effet, Ségolène Royal se retrouve à la tête d’une fonction s’inscrivant totalement dans son engagement en faveur de l’environnement, le climat. Il faut savoir que l’enjeu est crucial dans cette zone de la terre et la situation devient de plus en plus urgente avec le risque du réchauffement climatique.

Dans l’Arctique, la fonte des glaces et la présence de richesses comme le pétrole mettent de nouveaux enjeux (économiques, stratégiques, scientifiques et environnementaux) en perspective. Certains pensent à développer un nouveau Far West dans cette zone en construisant une route maritime. Toutefois, l’enjeu écologique est plus pressant face à l’enjeu économique. Ségolène Royal saura montré l’engagement de la France en soutenant la préservation de cette zone, d’un nouveau centre de commerce international.