Le bois-énergie, un marché en expansion

Le bois, ressource souvent oubliée, est pourtant la première énergie renouvelable consommée en France, en Europe et dans le monde. D’ailleurs, la filière du bois-énergie est en pleine expansion grâce aux nombreux avantages énergétiques qu’elle confère.

 

L’exploitation des forêts donne lieu à plusieurs utilisations de cette ressource : le bois d’oeuvre, le bois d’industrie et le bois-énergie.

  1. Bois d’oeuvre ou grumes : filière la plus noble, elle est la finalité première de l’exploitation des forêts. Il s’agit du bois destiné à la construction ou l’aménagement intérieur et extérieur. La grume provient la plupart du temps du tronc ou des grosses branches. On la retrouve ensuite dans les bois de charpente ou de sciage ainsi que dans l’ébénisterie. Elle sert aussi à fabriquer des bois améliorés, des emballages, des allumettes ou des jouets.
  2. Bois d’industrie (ou de trituration) : il s’agit de rondins ou de déchets de scieries. Ils sont destinés à être transformés en panneaux de contreplaqué ou en pâte à papier.
  3. Bois-énergie : bois utilisé à des fins énergétiques. Il est consommé comme combustible dans la production de chaleur, d’électricité ou de biocarburants. Il s’agit de produits issus de la transformation du bois d’oeuvre, se présentant sous différentes formes : plaquettes forestières, produits connexes de scierie, produits bois en fin de vie, granulés, bûches, que ce soit dans un cadre résidentiel, industriel ou collectif. Par exemple, la gestion des forêts nécessite de récolter au cours de la croissance des arbres des bois de petit diamètre qui pourront être transformés en plaquettes forestières ou bûches.

Le saviez-vous ?

Seulement 60 % du volume d’un arbre est destiné à être utilisé en bois d’oeuvre. Le bois-énergie pourrait donc permettre d’exploiter l’arbre dans sa totalité.

La récolte de bois commercialisé représente 36 millions de m³ en France dont 18,5 millions destinés au bois d’oeuvre, 6,9 millions au bois-énergie et le reste au bois d’industrie. Le volume de bois-énergie est en constante augmentation chaque année.

Le bois-énergie, une énergie thermique

Le bois est chimiquement composé de carbone mais aussi d’oxygène, d’hydrogène, d’azote et de minéraux. C’est d’ailleurs au contact de l’oxygène que le carbone et l’hydrogène s’oxydent lorsqu’ils sont exposés à une température élevée. Cette réaction permet la combustion du bois et la production de chaleur.

La production de chaleur est la principale utilité du bois-énergie. Elle se déroule en trois étapes :

  1. Déshydratation : apport de chaleur afin d’évacuer toute l’humidité du bois. Il est conseillé d’utiliser du bois sec plutôt que du bois fraîchement coupé qui est polluant et encrasse les installations (cheminée, poêle, etc.).
  2. Pyrolyse : décomposition du bois sous l’effet de la chaleur. Cette étape fait naître des huiles combustibles et des gaz comme le méthane. La pyrolyse est terminée quand il ne reste que des morceaux de carbone, plus communément connus sous le nom de charbon de bois.
  3. Combustion : grâce à la présence d’oxygène, les braises continuent de se consumer. Une fois cette étape terminée, il ne reste que des cendres.

Le bois-énergie, un biocarburant

Le bois-énergie est un biocarburant de deuxième génération, du bioéthanol plus précisément. En effet, sa composition moléculaire lui permet de fermenter afin de devenir de l’éthanol. Les biocarburants de deuxième génération sont issus de technologies exploitant le bois, les feuilles et les tiges des plantes.

La particularité du biocarburant résultant de l’exploitation du bois est qu’il est produit à partir de matière végétale non alimentaire. Par conséquent, il n’entre pas en compétition avec l’agroalimentaire, ce qui en fait une ressource abondante et bon marché.

EcoTree : investir dans le bois

Lancée en 2014, par Erwan Le Méné, Vianney de la Brosse, Baudoin Vercken, Alban Wintrebert et Théophane le Méné, Eco Tree s’est lancé le défi d’encourager les entreprises et les particuliers à participer au reboisement des forêts en France. Un concept original et ambitieux pour la start-up bretonne qui a décidé de réconcilier développement durable et rentabilité en misant sur la finance écologique.

En effet, elle propose d’investir dans des arbres en effectuant un placement financier. Il s’agit d’un investissement sur le long terme qui s’adresse aussi bien aux entreprises qu’aux particuliers. La plus-value se fait lors de la revente du bois. Avec son offre d’investissement, EcoTree souhaite récompenser l’action positive au lieu de sanctionner les comportements non-écologiques.

EcoTree achète des forêts puis elle propose l’investissement à ses clients et s’occupe de l’entretien elle-même. Le client a le choix entre différentes forêts en France dont plusieurs dans le Morbihan, département de la Bretagne d’où sont originaires les fondateurs. Un arbre coûte entre 15 et 30 euros, tous d’âges différents.

Concrètement, l’investissement se déroule comme suit.  

  1. Achat pour devenir propriétaire d’arbres
  2. EcoTree procède à la plantation et à l’entretien des forêts
  3. Prise de valeur des arbres avec un rendement annuel espéré de 2 %
  4. Géolocalisation des arbres pour suivre leur valorisation et le CO absorbé
  5. Perception des revenus à l’issue de la coupe finale

En mai 2018, la start-up a levé 1,2 million d’euros. Une première levée de fonds qui laisse présager une belle évolution et qui devrait leur permettre de continuer à investir dans la nature. A cette occasion, elle a également annoncé l’entrée de West Web Valley, accélérateur et fonds de capital-risque breton, à son capital.

Commentaires

Learn more about our process for controlling and publishing ratings