Le Royaume-Uni veut une électricité 100% verte d’ici 2035

Afin de ne plus subir la hausse des prix de l’énergie et de moins dépendre des pays étrangers, le Royaume-Uni s’est fixé comme objectif de produire 100% d’électricité verte d’ici 2035. Pour cela, le pays compte s’appuyer sur les énergies renouvelables et l’hydrogène.

Une électricité décarbonée

Alors que le Royaume-Uni fait face à une augmentation sans précédent des prix du gaz et à une pénurie de carburant, le gouvernement a fait part de sa volonté de ne plus utiliser d’énergies fossiles pour sa production d’électricité d’ici 2035.

L’annonce de cet objectif est directement liée à la flambée des prix du gaz en Europe, puisque le Royaume-Uni dépend en grande partie du gaz naturel pour produire de l’électricité. « Grâce aux sources d’énergie renouvelables, au stockage de carbone, à l’hydrogène, nous pensons que nous pouvons parvenir à une production d’énergie totalement propre d’ici à 2035 » a indiqué Boris Johnson, le premier ministre britannique.

En plus de ne plus subir les fréquentes hausses des tarifs des énergies fossiles, passer à une électricité 100% verte devrait permettre au Royaume-Uni de ne plus dépendre de ses voisins européens. « L’avantage, c’est que pour la première fois le Royaume-Uni ne dépendra pas des hydrocarbures venant de l’étranger, avec tous les aléas des prix des hydrocarbures et les risques que cela pose pour le portefeuille des gens, pour les consommateurs » a poursuivi le premier ministre.

Le bémol de Greenpeace

Même si la décision de sortir des énergies fossiles a été largement saluée par les associations écologistes, certaines, comme Greenpeace, déplorent que ce plan ne prévoit pas une sortie du nucléaire. En effet, le gouvernement britannique compte s’appuyer sur ses capacités nucléaires afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Greenpeace a qualifié l’attachement du Royaume-Uni au nucléaire de « malsain ».

Actuellement, le Royaume-Uni compte quinze réacteurs nucléaires répartis sur huit sites. Si beaucoup de ces réacteurs sont en fin de vie, plusieurs nouveaux projets sont à l’étude; notamment sous la supervision du groupe français EDF.

Pour en savoir davantage sur les ambitions du Royaume-Uni, lisez cet article.

Mis à jour le 5 Oct, 2021

redaction Qui sommes nous ?
Redactor

Maxime Degras

Rédacteur senior expert des sujets énergie