Zero Mass Water : boire l’eau de l’atmosphère

Combler le manque d’eau potable sur terre en buvant celle contenue dans l’air, le tout sans dépenser d’énergie ? Les hommes redoublent d’ingéniosité pour pallier au manque d’eau croissant et les entreprises redoublent d’efforts pour trouver des solutions innovantes et rapides à mettre en place.

Sécheresse, désertification… conséquences de la rareté de l’eau

C’est l’exemple de la solution proposée par la start-up américaine Zero Mass Water. Face à un véritable enjeu environnemental et au dérèglement climatique, l’eau porte malheureusement de mieux en mieux son surnom d’or bleu. Sa rareté oblige à être de plus en plus innovant.

Notre atmosphère contient près de 95% de vapeur d’eau qui provient majoritairement de l’évaporation des précipitation, des océans, des mers et de tout type de plans ou cours d’eau. Ce sont donc 12 000 milliards de litres d’eau qui sont présents dans l’air et l’idée de la start-up est d’exploiter ce réservoir pour économiser à la fois l’eau, mais aussi l’énergie et le plastique nécessaires à la production de bouteilles d’eau.  

La start-up a réussi à reproduire le mécanisme de la rosée, soit la condensation de la vapeur d’eau lorsque de l’air contenant de l’eau rencontre une surface plus froide. Développé au cours des dernières années à l’université d’Arizona State University, le système Zero Mass Water se base sur des panneaux faits de nanomatériaux appelés Source. Similaires d’apparence à des panneaux solaires, les panneaux Source utilisent l’énergie solaire pour faire fonctionner le système qui absorbe en grande proportion l’humidité de l’air et la condense pour en faire de l’eau potable, ensuite recueillie dans un réservoir de 30 litres.

Les panneaux Source

En y ajoutant directement du calcium et du magnésium, la start-up assure une eau “parfaite” qui peut être directement acheminée dans n’importe quel endroit de la maison. Le créateur de ce système, Cody Friesen, fondateur de la start-up garantit que la pollution de l’air ne se retrouve pas dans l’eau car le système ne “capte que l’eau pure” dans son réservoir. Avec cette invention, entre 4 et 10 litres d’eau peuvent être extraits de l’air ambiant chaque jour. Le volume d’eau produit dépend de la quantité de lumière captée par le système, mais aussi de l’humidité présente dans l’air. Si le système aura un meilleur rendement en zone tropicale (donc par temps dégagé et humide), il fonctionne quand même dans n’importe quelles circonstances.

En plus de solutionner le problème du manque d’eau potable, cette solution permet d’économiser l’énergie nécessaire à la captation, et à la filtration de l’eau ainsi que le plastique des bouteilles d’eau que nous achetons. Le système connecté permettra bientôt aux utilisateurs de suivre l’évolution de la production d’eau potable depuis leur téléphone et d’accéder aux prévisions météorologiques pour estimer la production d’eau dans les jours à venir.

Le saviez-vous ?

Près de 2800 litres d’eau sont mis en bouteille chaque seconde dans le monde.  
En un an,  ce sont 90 milliards de bouteilles d’eau qui sont vendues dans le monde, ce qui équivaut à 4,5 millions de tonnes de plastique.

Auparavant disponibles pour les entreprises ou hôtels aux Etats-Unis et pour des organisations internationales et des associations oeuvrant  dans des zones du monde touchées par des désastres naturels, Zero Mass Water est désormais disponible pour les particuliers. Alors que le manque d’eau affecte plus de 40% de la population du globe, et que l’autre problème majeur est la mauvaise qualité de l’eau disponible (responsable d’un million de décès par an), cette invention pourrait devenir une solution d’ordre planétaire.

Commentaires

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis : cliquez ici