Isolation : tout savoir sur l’isolation de son logement

Souscrire à un fournisseur alternatif pour l’électricité ou le gaz afin d’améliorer ses dépenses énergétiques est une bonne solution, mais qui s’avère nulle si on ne prend pas soin d’isoler correctement son logement. Idem pour les énergies renouvelables. Consommer une électricité ou un gaz naturel issu de sources 100% vertes en sert à rien si toute la chaleur produite s’échappe, faute d’une isolation suffisamment renforcée. Un peu d’aide serait la bienvenue, alors voici tout ce qu’il y a à savoir sur l’isolation de son logement.

Mon contrat d’énergie ? C’est papernest qui le souscrit.

Pourquoi isoler son logement ?

Thermique ou phonique, l’isolation est au cœur des travaux d’amélioration de la performance énergétique, et donc une étape importante dans la transition énergétique chez les consommations. Mais isoler son logement, c’est bien plus simple à dire qu’à faire. Matériaux, pertes de chaleurs, renouvellements d’air, ponts thermiques, classe de consommation, primes à l’énergie… dans le jargon de l’isolation, certains y perdent leur latin.

Quand on regarde les index défiler à toute vitesse sur son compteur d’électricité ou de gaz, que l’on doit garder le thermostat au-dessus des 20° degrés afin de conserver une température à peu près correct dans le logement, c’est qu’il peut y avoir un problème au niveau de l’isolation. Pourquoi isoler sa maison ? Parce qu’une maison bien isolée consommera jusqu’à deux fois moins d’énergie qu’une maison conventionnelle. La chaleur produite s’échappe par toutes les issues (murs, portes, fenêtres, combles, …)  et que seule une isolation thermique efficace fait barrage à ces déperditions.

D’ailleurs, l’enjeu n’est pas qu’individuel. Changements climatiques, pollution, coûts énergétiques, autant de problèmes qui pourraient être sensiblement amortis si la totalité des logements chauffés étaient convenablement isolés.

À quoi sert d’isoler son logement ?

Premièrement, à éviter les pertes de la chaleur dans un logement. Votre maison ou appartement aura beau être pourvu(e) des appareils de chauffage dernier cri, ceux-ci ne serviront à rien si l’isolation est mauvaise ou n’a pas été vérifiée depuis plusieurs années. Sachant que les tarifs réglementés de l’électricité et du gaz ont tendance à augmenter ces dernières années, il est impératif de veiller à ce que son logement soit correctement isolé afin d’éviter les mauvaises surprises sur la facture d’énergie.

Notez qu’une bonne isolation profite autant aux occupants d’un logement l’été que l’hiver. Les matériaux isolants conservent la chaleur en hiver et gardent l’intérieur du logement à température ambiante en été (contre l’effet « bocal »).

Le meilleur moyen de faire des économies d’énergie sur le prix de l’électricité et du gaz, c’est donc d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique.

Les conséquences d’une mauvaise isolation

Outre une consommation excessive de chauffage, les logements mal isolés souffrent souvent de problème d’humidité : murs et planchers froids et humides au toucher, condensation sur les fenêtres, présence de champignons et de moisissure sur les murs. Pareillement, si l’isolation phonique de votre logement n’est pas suffisamment renforcée, cela risque d’avoir des répercussions sur votre confort de vie : bruits de la rue, du voisinage, du trafic.

Comment isoler son logement ?

Les possibilités d’isolation sont nombreuses pour isoler une maison.  On pourra ainsi isoler à l’extérieur en équipant les façades et murs et aussi à l’intérieur des sols au plafond en n’oubliant pas l’isolation des combles. Avant de se lancer dans des travaux d’isolation, il faut avant tout jauger ses besoins et découvrir d’où viennent les déperditions calorifiques dans le logement.

Estimer ses besoins en isolation

Les principales sources de pertes de chaleur

  • La toiture : le maillot jaune de la déperdition calorifique. En général, quand on pense « isolation », on imagine les murs. Or le 1er point faible est le toit. Il est responsable à lui seul de 30 % des pertes thermiques. Premier coupable : les combles, perdus ou habitables, qui laissent filtrer l’air et passer le froid. Un bon moment de savoir si votre toiture est mal isolée en hiver est vérifier si le gel ou la neige fondent rapidement (ils s’infiltrent à travers le toit et s’installent dans les combles.
  • Les murs arrivent en seconde position et représentent un quart des pertes.
  • Les fenêtres : les vitrages représentent que 15% des pertes. Si vous constatez la présence de condensation ou d’eau sous les fenêtres, c’est le signe qu’elles sont mal isolées. Souvent, la pose de double ou triple-vitrages suffit à régler le problème.
  • Les sols : 5% des pertes. On ne le sait pas forcément, mais planchers et carrelages causent des pertes de chaleur s’ils sont mal isolés. La solution d’appoint consiste à les couvrir de tapis ou moquette pour améliorer le confort et limiter les pertes.
  • Le renouvellement d’air : sans qu’elles en aient l’air, les fuites d’air sont presque aussi importantes que les pertes des murs : 1/5 des pertes de chaleur dans une maison.
  • Les ponts thermiques : 5% des pertes. Il s’agit des zones qui se retrouvent en contact direct avec l’extérieur, sans aucune isolation. Typiquement, le plancher de l’étage qui repose sur les murs extérieur.

travaux-isolation

Source : http://www.ameliorer-mon-logement.fr/

Les matériaux isolants

Les matériaux isolants se déclinent en quatre catégories :

  • Les matériaux naturels : liège, fibres de bois, chanvre, fibres de lin, laine de mouton, plumes de canard, fibres de coco, panneaux de roseaux, ouate de cellulose, laine de coton, paille de lavande, torchis, toiture végétalisée.
  • Les matériaux minéraux : laine de verre, laine de roche, verre cellulaire, perlite, vermiculite et argile expansée.
  • Les matériaux synthétiques : polystyrène expansé, polystyrène extrudé et polyuréthane.
  • Les matériaux nouvelle génération : panneaux isolants sous vide (PIV) et aérogels.

Selon la catégorie à laquelle ils appartiennent, ces matériaux sont disponibles à la vente sous plusieurs formes et se posent de différentes façons.

Isolants Panneaux ou rouleaux Injection / Soufflage Projection
Laine de bois Oui Oui Non
Laine de verre Oui Oui Non
Polystyrène Oui Oui Non
Liège Oui Oui Non
Ouate de cellulose Oui Oui Non
Polyuréthane Oui Non Oui
Laine de mouton Oui Oui Non
Paille Oui Non Non
Laine de roche Oui Oui Non

Les critères de performance des matériaux isolants 

On reconnait l’efficacité d’un matériau isolant à sa capacité de résistance au bruit et au feu, ainsi qu’à sa densité.

Isolant Lambda (?) Densité (Kg/m3) Classification au feu Isolation acoustique Prix moyen (€/m2/100mm)
Laine de chanvre 0.039 40 Inflammable Bonne 10-15
Laine de coton 0.040 15 Inflammable Bonne 10-25
Laine de bois 0.040 40 Inflammable Bonne 15-25
Laine de mouton 0.039 15 Inflammable Bonne 20-25
Laine de verre 0.037 20 Incombustible Bonne 2-10
Laine de roche 0.037 20 Incombustible Bonne 2-10
Ouatte de cellulose 0.038 35 Difficilement inflammable Très bonne 20-25
Polystyrène 0.037 15 Fumées nocives Mauvaise 5-20
Liège 0.045 15 Inflammable Bonne 20-25
Lin 0.037 30 Inflammable Bonne 10-15
Polyuréthane 0.022 30 Inflammable Moyenne 20-25

Les travaux d’isolation

On distingue les « petits travaux » d’isolation (pose de double-vitrage, de moquette, de rideaux, de stores, etc) des « gros travaux » (isolation des combles, des murs extérieurs, installation d’une chaudière basse température ou à condensation), les premiers constituent d’avantages une solution d’appoint mais ne permettent pas toujours de réduire de façon significative les dépenses énergétiques d’un logement. Les seconds en revanche, constituent un investissement, mais qui s’avère rapidement rentable.

Par exemple, en installant une chaudière basse température au gaz naturel, vous réaliserez :

. une baisse de 25% de votre consommation énergétique
. une économie de 443€ sur votre facture de gaz, tous les ans
. une rentabilisation du coût des travaux au bout de 5 ans

L’isolation des combles perdus ou habités constitue sans doute les travaux de rénovation énergétique les plus onéreux, mais elle est rapidement rentabilisé :

. une baisse de 27% de votre consommation énergétique
. une économie de 474€ sur votre facture de gaz, tous les ans
. une rentabilisation du coût des travaux au bout de 4 ans

Les aides à la rénovation énergétique

Les travaux d’isolation entrent dans la catégorie des travaux de rénovation en vue d’améliorer la performance énergétique du logement. En conséquences, vous pouvez bénéficier d’aides et de primes financières de l’état pour ces travaux. Selon la nature et l’ampleur des réparations à entreprendre, vous pouvez bénéficier des soutiens financiers comme :

  • L’éco-prêt à taux zéro est un prêt à taux d’intérêt nul et accessible sans conditions de ressources, pour financer un ensemble cohérent de travaux d’amélioration de la performance énergétique, jusqu’au 31 décembre 2018. Ce prêt est cumulable avec d’autres subventions, notamment avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique, un prêt complémentaire développement durable, les aides de l’Anah, les aides des collectivités locales, les aides des fournisseurs d’énergie.
  • Le Crédit d’Impôt transition énergétique (CITE) qui permet de déduire, de l’impôt sur le revenu, 30% des dépenses éligibles (montant plafonné) pour certains travaux d’amélioration de la performance énergétique. Si le crédit d’impôt est supérieur au montant de l’impôt dû, ou si vous êtes non-imposable, l’excédent est remboursé.
  • Les aides de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) disponibles dans le cadre de son programme « Habiter Mieux », qui permet aux consommateurs de bénéficier d’une aide et d’un accompagnement pour rénover votre logement. Ceci à la condition sine qua none que les travaux doivent permettre de diminuer de façon significative les déperditions d’énergie de votre logement
  • La TVA à taux réduit s’applique au taux réduit de 5,5% pour les travaux d’amélioration de la performance énergétique ainsi que pour les travaux induits et indissociablement liés.
  • Les aides des fournisseurs d’énergie. Certains fournisseurs de gaz et d’électricité proposent des conseils, diagnostics, prêts à taux bonifiés, prime pour les travaux d’installations d’équipements thermiques performants dans les bâtiments (chaudières performantes, pompes à chaleur, chauffe-eau solaire…) ainsi que pour la rénovation du bâti (isolation des combles et des murs, remplacement d’ouvrants…).
  • L’exonération de la taxe foncière, sur délibération des collectivités locales, qui peuvent proposer une exonération partielle ou totale de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) pour les logements qui font l’objet, par le propriétaire, de dépenses d’équipement.

Notez qu’en fonction de votre situation personnelle (locataire, propriétaire) et des caractéristiques de votre logement (date de construction, état de performance énergétique), vous pouvez êtres éligible à certaines subventions mais pas forcément à toutes. Pour obtenir l’une des ces subventions, rapprochez-vous des organismes ou des collectivités locales afin de vérifier votre éligibilité et déposer un dossier.

Les « Bâtiments Basse Consommation » ou BBC

La norme BBC, également appelée norme « Bâtiment Basse Consommation » est issue du Grenelle de l’environnement. Un bâtiment BBC nécessite une consommation énergétique moindre que les habitations standards, à la fois pour le chauffer en hiver que pour le climatiser en été. La consommation énergétique globale d’un logement BBC doit être inférieure à 50 kWh d’énergie par an et par m² dans un logement neuf. Cette valeur est pondérée selon l’altitude et la zone climatique, soit entre 40 et 75 kWh/an/m², elle est par exemple de 65 kWh/an/m² pour Paris.

Foire aux questions

Changer la puissance du compteur permet-il de faire des économies d’énergie ?

Modifier la puissance de votre compteur n’entre pas dans les critères du diagnostics de performance énergétique, et n’a aucun impact sur votre facture d’énergie, au contraire. Si vous modifiez la puissance du compteur sans améliorer l’isolation du logement, vous ne réaliserez aucune économie d’énergie mais en plus vous paierez plus cher vos factures de gaz et d’électricité.

article

Article écrit par:

calendar 14 décembre, 2016

( update )

Commentaires

3 Avis

  4.7/5

  4/5

Olivier je crois pas, en revanche c'est pas impossible que ça coute un peu plus cher

  5/5

mais du coup un compteur plus puissant ça consomme pas plus ?

  5/5

Un BBC c'est beaucoup moins consommateur vraiment ou pas ?

Laisser un commentaire

En savoir plus sur notre politique de contrôle, traitement et publication des avis : cliquez ici