La trêve hivernale : Pas de coupure pour l’énergie !

COVID-19: informations

🏘️ Même confinée, l’équipe de fournisseur-energie reste disponible pour vous accompagner dans vos démarches ! Pour plus d’informations rendez-vous sur notre page dédiée.

Résumé: Hiver 2018 : arrivé plus tôt que prévu et sans prévenir ! Au mois d’octobre 2018, en seulement trois jours les températures ont sensiblement chuté. Dans certaines régions, les écarts de température ont enregistré jusqu’à 22 degrés de différence en mois de 72 heures. Si les pulls, les écharpes et les doudounes sont à portée d’armoire pour affronter le froid à l’extérieur, le chauffage doit se remettre en route pour réchauffer les intérieurs ! 

Une fraîcheur soudaine amène à allumer les radiateurs et les pousser à fond pour une chaleur rapide dans tout le logement. Mais ces changements de température, surtout subis, ont un coût et la facture énergétique peut vite décoller !

Face à une arrivée précoce de l’hiver ou à une saison hivernale particulièrement rude, certains ménages peuvent être en (grande) difficulté pour régler les factures de gaz, d’électricité ou de toute énergie permettant de chauffer son intérieur. Pour lutter contre la précarité énergétique et que des ménages (sans tenir compte de la situation familiale), il est interdit de couper l’accès à l’énergie pendant la trêve hivernale, même en cas d’impayés, soit du 1er novembre au 31 mars de l’année suivante. La trêve hivernale, telle que nous la connaissons aujourd’hui, a été mise en place en 2013.

Les dispositions de la trêve hivernale

La trêve hivernale concerne également les expulsions de logement (vide ou meublé). Même si l’ordre d’expulsion a été ordonné, il ne peut avoir lieu pendant cette période. Dans la veine de l’interdiction d’expulser les habitants d’un logement, il est interdit pour les fournisseurs d’énergie de refuser l’accès à leurs ressources pendant cette période.

Suspension des coupures

Le gaz ou l’électricité ne peuvent être coupés pendant la trêve hivernale. Pas de trêve hivernale pour les fournisseurs d’eau, il est interdit de couper l’accès à l’eau pour un logement quelque soit la période de l’année.

Réduction de puissance

S’il est interdit pour les fournisseurs de couper l’accès au gaz et à l’électricité, il leur est autorisé de réduire la puissance. Cependant, ils ne peuvent pas fournir l’énergie à un débit inférieur de 3 kilowatt par heure.

Période

Du 1er novembre 2018 au 31 mars 2019, les coupures sont interdites. La période excède la saison officielle de l’hiver selon le calendrier et s’accorde aujourd’hui avec la tendance des phénomènes climatiques. L’hiver peut être encore très rude à la fin du mois de mars.

 width=

Penser au bois

Face à la hausse des coûts de l’énergie, le réflexe « bois » peut être une solution quand le logement le permet. En hiver, c’est une option favorable pour diminuer la facture énergétique. Le bois est de plus en plus plébiscité grâce à son coût faible au quotidien car l’installation est quant à elle souvent onéreuse (2 à 3 fois plus cher que pour l’installation d’un système qui utilise des énergies fossiles). Pour les personnes déjà équipées, c’est un atout à forte valeur ajoutée en comparaison de l’électricité, du gaz ou du fioul qui peuvent être utilisés pour le chauffage. Pour les personnes équipées, il faut analyser en amont l’équipement et les types de combustibles qui vont être utilisés.

Les équipements pour le chauffage au bois

  • La cheminée à foyer ouvert
  • La cheminée à insert
  • Le poêle à bois
  • Le poêle à granulés de bois
  • La chaudière à bois

Les combustibles disponibles pour le chauffage au bois

  • Les bûches traditionnelles
  • Les bûchettes
  • Les plaquettes
  • Les granulés

 width=

Les astuces de l’hiver

Face au froid, le premier réflexe est de monter le thermostat. Avoir chaud a un coût et pour limiter rapidement la facture, n’hésitez pas à diminuer le thermostat d’un degré, mettre un pull supplémentaire ou s’enrouler dans un plaid et voilà 7% d’économiser sur les factures de l’hiver.

Dans les périodes de grand froid, le chauffage est une priorité. Pour ne pas faire exploser le budget, c’est le moment de réfléchir aux économies d’énergie réalisables sur d’autres postes.

  • S’abstenir de l’utilisation du sèche-linge. Une fois le chauffage en route, profiter de la chaleur des radiateurs pour faire sécher le linge.
  • Penser aux activités alternatives peu énergivores : jeux de société, lecture, activités créatives… Chaque minute compte sur la facture énergétique, il n’y a pas de petites économies pour le portefeuille (et pour la planète!).
  • Se coucher tôt
  • Ne pas céder à l’appel du bain chaud. Été comme hiver, la douche est beaucoup moins consommatrice d’énergie. SI le bain peut paraître agréable, il reste consommateur d’énergie (et en eau, double peine pour le porte-monnaie) pour chauffer une quantité d’eau bien plus importante .

 width=

Redactor

Written by leocadie

Mis à jour le 30 Mar, 2020