Pourquoi l’Amazonie brûle-t-elle ?

Résumé : Depuis plusieurs jours, la forêt Amazonienne brûle. Ces incendies étant médiatisés depuis peu, la population mondiale se mobilise pour que les dirigeants brésiliens interviennent. Comme le rappellent de nombreuses études et médias ces derniers jours, l’Amazonie est “le poumon de la planète”, puisqu’elle produit 20% de l’oxygène sur terre, stocke le CO2 et régule le climat. Oui, l’Amazonie brûle… Mais pourquoi ?

Les incendies en Amazonie sont monnaie courante. Très peu médiatisés jusqu’à aujourd’hui,  ils sont pourtant de plus en plus nombreux : en 2019, ils ont augmenté de 145% entre juin et août, en comparaison à l’année 2018. 75 336 feux s’y sont d’ailleurs déclarés depuis janvier. Mais quelles sont les principales cause de ces incendies et de la déforestation ? On vous démêle le vrai du faux ! 

1. L’agriculture industrielle, première cause de déforestation

Les incendies qui ravagent les forêts sont étroitement liés à l’agriculture, qui est responsable de 80% de la déforestation mondiale. Au Brésil, cela concerne notamment l’élevage de bétail et la culture du soja. Selon Greenpeace, l’agriculture industrielle est d’ailleurs responsable de deux tiers de la déforestation en Amérique du Sud. 

agriculture déforestation

Comme le surnom donné à l’Amazonie, les forêts sont le poumon de notre planète : les arbres absorbent le CO2 et recrachent de l’oxygène, ce qui permet aux hommes de respirer… “Tout simplement”. Lorsque les forêts sont dévastées, le CO2 ne peut plus être stocké correctement, ce qui augmente les émissions de gaz à effet de serre et allonge les périodes de fortes chaleur et de sécheresses, qui sont les premiers symptômes du dérèglement climatique… Mais aussi l’une des premières causes d’incendies dans les forêts ! 

2. La déforestation est liée à la consommation de viande en Europe

La déforestation est aussi liée à notre consommation de viande ! Chaque année, l’Union Européenne importe 33 millions de tonnes de soja du Brésil, notamment pour nourrir ses animaux d’élevage, puisque 87% du soja importé est destiné à l’alimentation animale.

Il faut 109 grammes de soja pour produire 100 grammes de blanc de poulet.

Mais il ne faut pas boycotter tous les produits à base de soja pour autant ! Il est important de vérifier l’origine du soja utilisé pour fabriquer les produits à base de soja que vous consommez. A savoir qu’en France, la production de soja bio est majoritairement destinée à l’alimentation humaine. 

3. La politique de Jair Bolsonaro favorise les incendies

Depuis l’élection du président Bolsonaro, les feux de forêts ont beaucoup augmenté, et la déforestation aurait progressé de 278%. Il est donc légitime de s’interroger sur sa responsabilité dans la déforestation !

Bolsonaro déforestationLes décisions de Bolsonaro favorisent en effet les incendies, puisqu’il mène une politique de déforestation depuis le début de son mandat. Mettre le feu est en effet une méthode souvent répandue pour défricher les territoires et nettoyer des zones. La cendre permet également de fertiliser la terre, et favorise le développement rapide de la culture du soja, très présente au Brésil. La déforestation avait pourtant reculé depuis plusieurs années, avant l’arrivée de Bolsonaro au pouvoir. 

Le président cherche à rendre la déforestation de plus en plus légale, en réduisant les budgets et les contrôles censés limiter la déforestation de l’Amazonie et défendre les populations indigènes. L’exemple le plus récent est sa réaction aux différentes études sur la déforestation au Brésil, qu’il estime comme étant infondées.

4. Replanter des arbres est la solution

Beaucoup de personnes pensent qu’il est urgent de replanter des arbres pour pallier le problème de la déforestation en Amazonie. Mais ce n’est pas totalement vrai ! Certes, replanter des arbres ne pourra jamais être mauvais pour l’environnement.

Mais les nouvelles forêts absorbent beaucoup moins de CO2 que les forêts anciennes, et il faudrait une centaine d’années avant qu’une forêt replantée puisse avoir un impact autant positif que l’Amazonie sur l’environnement. Dans l’instant, la reforestation n’est donc pas une solution à privilégier pour pallier les problèmes des incendies en Amazonie.

reforestation amazonie

5. Quelles sont les conséquences de ces feux de forêt ?

Les incendies en Amazonie ont plusieurs conséquences. La première, c’est le dérèglement des pluies ! Moins il y a d’arbres, moins il pleut. La forêt ne peut plus se réguler, et ne peut plus stocker autant de CO2. L’autre problème concerne le gaz à effet de serre : si les arbres brûlent, le CO2 contenu dans les arbres s’évapore, ce qui augmente les émissions de gaz à effet de serre, et a un impact néfaste sur le réchauffement climatique. Pour finir, les nuages toxiques qui s’évaporent des feux de forêt menacent grandement la santé des populations brésiliennes.

Au niveau international, les feux en Amazonie ont également été à l’origine de nombreuses tensions entre les dirigeants. Le président Emmanuel Macron a d’ailleurs menacé Jair Bolsonaro de ne pas signer l’accord de libre échange « Mercosur » si ce dernier ne faisait rien pour enrayer les incendies et tenter d’améliorer la situation en Amazonie. 

6. Comment inverser la situation ?

Ces incendies sont certes le moyen pour les médias, les populations et la communauté internationale de faire pression sur Bolsonaro, qui mène une politique de déforestation en partie responsable de l’augmentation désastreuse des incendies en Amazonie. Face à la pression de différents chefs d’état, Jair Bolsonaro a d’ailleurs signé un décret interdisant les brûlis agricoles au Brésil pour les 60 prochain jours ce mercredi 28 août. Plus d’informations ici.

Un brûlis, qu’est-ce que c’est ?

Un brûlis est une technique agricole consistant à brûler la terre pour défricher et fertiliser. Ils sont jugés comme responsables d’une grande partie des départs de feux dans la forêt amazonienne. 

Mais le monde industriel est aussi grandement responsable de ces incendies, puisque les pays européens sont de grands importateurs de soja cultivé au Brésil. Une solution pour enrayer ces incendies et les minimiser dans les prochaines années serait donc de faire pression sur les entreprises qui importent du soja du Brésil partout dans le monde, et qui continuent d’utiliser de l’huile de palme pour fabriquer leurs produits.

Les gouvernements doivent notamment refuser l’importation de soja du Brésil tant qu’ils ne sont pas certains que la culture n’a pas engendré de déforestations. De nombreuses ONG sont également mobilisées pour tenter d’enrayer le cercle vicieux des incendies en Amazonie. 

Malheureusement, ces incendies qui ravagent l’Amazonie ne pourront être minimisés qu’avec la mobilisation de la communauté internationale. Mais vous pouvez aussi agir à votre échelle en achetant des produits faits à base de soja cultivé en France, en consommant moins de viande ou encore en faisant des dons aux différentes associations engagées pour agir contre les feux de forêt en Amazonie !

Commentaires

Learn more about our process for controlling and publishing ratings