Prix du kWh : tout savoir sur le prix de l’électricité

Les fournisseurs d’énergie rivalisent d’offres et de services pour attirer le consommateur, mais la vraie différence au niveau de l’estimation tarifaire se fait sur le prix du kWh. C’est cette valeur qui permet de calculer le prix de l’électricité et celui du gaz. C’est aussi l’élément qui permet de comparer au plus près les avantages des contrats d’électricité entre les fournisseurs. Comment est calculé le prix du kWh ? Par qui ? Voici quelques conseils pour tout savoir sur le prix de l’électricité, et comment le payer moins cher.

Si vous cherchez à ouvrir vos compteurs de gaz et d’électricité, vous pouvez joindre gratuitement l’un de nos conseillers Fournisseur-Energie.com au 09 72 50 77 40

Qu’est-ce qu’un kWh ?

Le kilowatt-heure est une unité de quantité d’énergie correspondant à celle consommée par un appareil de 1 000 watts (soit 1 kW) de puissance pendant une durée d’une heure : elle équivaut à 3,6 méga⋅joules (MJ). C’est la mesure officielle de la consommation énergétique (électricité et gaz) en France. La consommation en kilowattheures est le produit de la puissance (en kilowatts) par la durée d’utilisation (en heures). Notez que le kilowattheure peut également être une mesure de la production d’électricité d’une installation (un panneau solaire, une éolienne…).

Le prix du kWh, une valeur de poids 

Le prix du kWh est à l’électricité ce que le prix du litre est à l’essence : c’est lui qu’on regarde au moment de faire le plein, et non le montant final. Si les différences de prix au kWh se jouent à quelques centimes d’euros, la différence sur la facture finale se fait sensiblement sentir. Les prix ne sont pas radicalement différents d’un fournisseur à l’autre, mais chaque foyer consomme plusieurs milliers de kWh chaque année… D’où l’importance d’être minutieux à moment de choisir son fournisseur d’énergie (entre autres).

Prix du kWh France : le prix au kWh n’est pas une valeur fixe, il peut varier selon la nature des offres d’électricité et des fournisseurs et peut être :

    • fixé par l’État, plus précisément par les ministres en charge de l’économie et de l’énergie, chaque mois au travers des tarifs réglementés proposés par les prix kWh d’EDF 2017 (prix kWh Tarif Bleu). À noter que ces tarifs sont révisable régulièrement après avis de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie). Ils ont donc connu une évolution par rapport aux prix kWh EDF en 2016 (augmentation du tarif EDF en 2016).
    • fixé librement par chaque fournisseur alternatif (prix kWh Alterna, Direct Énergie, Planète Oui, Lampiris…) ainsi que par EDF, lequel propose également des tarifs à prix indexés (aussi appelés offres de marché).
    • dépendre également du type de compteur : option Base, heures creuses / heures pleines.
  • dépendre de l’option tarifaire choisie. Chez EDF par exemple, les options Tempo et EJP proposent des tarifs différents pour le kWh selon les jours de l’année, définis d’après un calendrier établi en lien avec le gestionnaire de réseau. Le but étant d’inciter les consommateurs à utiliser au maximum leur appareils électriques durant les heures creuses, afin de faire baisser la demande en énergie.

Le cas du prix du kWh d’électricité au tarif réglementé d’EDF

Le « fameux tarif réglementé EDF » est en quelque sorte la référence de comparaison de toutes les offres d’électricité. Cette valeur sert de norme aux fournisseurs alternatifs qui jouent sur la remise sur le prix du kWh pour attirer le consommateur.

Le prix réglementé du kWh d’électricité : une référence historique

Jusqu’en 2007, EDF détenait le monopole de la fourniture d’électricité en France. Ses tarifs et offres étaient applicables pour tous les consommateurs, sans alternative. Lors de l’ouverture du marché de l’énergie, les nouveaux fournisseurs d’énergie ont calqués leurs tarifs par rapport à ceux d’EDF. La nouvelle norme voulant qu’une offre d’électricité proposant un prix au kWh inférieur à celui réglementé d’EDF sera considérée comme intéressante. Dans le cas contraire, les prix du kWh supérieurs à ceux d’EDF font baisser l’attractivité de l’offre, sauf en cas de valeur ajoutée (offre verte, compensée carbone, à prix fixe).

Les cours de l’électricité

Il n’existe de cours mondial pour le prix de l’électricité, car il dépend uniquement de la zone d’échange. On trouve donc de nombreux cours locaux sur des marchés inter connectés, comme l’EPEX SPOT pour la France, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche.

Le prix de l’électricité est une valeur volatile, due à la difficulté actuelle de stocker cette énergie durablement, il peut devenir négatif, voire s’effondrer. Idem si si la production excède la demande. Dans le cas contraire, le prix peut augmenter considérablement : les changements sont constants. Le cours de l’électricité peut donc extrêmement varier d’un jour à l’autre, et même d’une heure à l’autre.

Le prix moyen de l’électricité en France en 2015

epex-france

Source : EPEX.

Que constate-t-on ? Le prix de marché était en moyenne de 38€ /MWh en France en 2015.

Le cours de l’électricité renouvelable

N’étant pas produite et commercialisée de la même manière que l’électricité issue d’énergies primaires, les prix de l’électricité renouvelable sont fixés différemment. Elle est commercialisée par les producteurs de deux façons :

  • soit vendue à EDF dans le cadre de l’obligation d’achat. Sa valeur est alors très supérieure au prix de marché (jusqu’à 450 € / MWh pour le solaire).
  • soit sur le marché pour la production, avec en plus de l’électricité classique une garantie d’origine, qui peut être cédée séparément et vaut environ 1€ /MWh.

Le prix de l’électricité chez les particuliers

Comparatif du prix du kWh d’électricité en € TTC pour un compteur de 6 ou 9 kVA

Les compteurs 6 et 9 kVA sont les plus répandus dans les ménages, et constituent une base intéressante pour comparer les prix des offres au kWh en option Base et en heures creuses / heures pleines. La grille tarifaire ci-dessous détaille le prix du kWh d’électricité pratiqué par les principaux fournisseurs en rigueur sur le marché français.

Nom de l’offre Prix du kWh –
Option base
Prix kWh Heures pleines Prix kWh Heures creuses
Happ-e par Engie – Offre électricité 0,13 430 € 0,14 420 € 0,11 820 €
Prix kWh Lampiris – Offre électricité 100 % verte 0,13 640 € 0,14 660 € 0,12 000 €
Prix kWh Direct Énergie – Offre Directe 0,13 880 € 0,14 940 € 0,12 190 €
Prix kWh Engie (ex-GDF Suez) – Électricité fixe 1 an 0,13 960 € 0,15 010 € 0,12 260 €
Planète Oui – Électricité renouvelable 0,14 490 € 0,15 600 € 0,12 700 €
EDF – Tarif Bleu (réglementé) 0,14 490 € 0,15 600 € 0,12 700 €
Enercoop 0,16 830 € Offre indisponible

Prix kWh abonnement EDF : les tarifs réglementés d’EDF pour le kWh sont une référence autour de laquelle s’organisent les autres fournisseurs pour fixer leurs tarifs. Donc, si l’on prend en compte les données du tableau suivant, on constate que les tarifs réglementés du kWh chez EDF sont fixés à :

Prix kWh EDF Option base Option Heures pleines/Heures creuses
Prix kWh EDF Heure Pleine Prix kWh Heure Creuse
0.14490 0.15600 0.12700

Les offres d’Engie, Direct Energie et Lampiris sont plus intéressantes sur le prix kWh, en option Base et HC/HP. Pourquoi ? Parce que les fournisseurs calquent leurs réductions de façon proportionnelle au prix du kWh d’EDF.

Comment réaliser une estimation tarifaire à partir du prix au kWh ?

Calcul du kWh : pour bien choisir son fournisseur d’énergie et être sûr de payer le juste prix, le consommateur peut calculer lui-même le montant approximatif de sa consommation d’électricité en faisant le produit du prix au kWh par le nombre de kWh consommés (cette donnée est indiquée sur le compteur électrique) et en y ajoutant le prix de l’abonnement.

Par exemple, pour un client abonné au Tarif Bleu d’EDF, ayant un compteur d’une puissance de 6kVA (petit appartement, studio, t1) en option Base, on peut estimer que :

Le prix du kWh en option Base avec le tarif Bleu d’EDF étant de 0.14490 € TTC, le prix de l’abonnement s’élève à 100.51 €, et le nombre de kWh consommé à l’année étant de 4 031 (d’après les données de l’ADEME, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie)  :

(0.14490 x 4 031 ) + 100.51 €  = 684,6€, lissé sur 12 mois soit 57,05 € mensuel.

La différence se fait sur la facture de mensualisation, éditée une à deux fois par an par le fournisseur d’électricité et basée sur les relevés de compteur, qui indiquent la consommation réelle, et non une estimation.

À noter que pour les particuliers, les estimations tarifaires sont calculées sur la base du prix TTC, tandis qu’elles le sont sur la base du prix HT pour les professionnels.

Bon à savoir : la plupart des offres proposées par les fournisseurs sont sans engagement et peuvent donc être résiliées gratuitement sans motif particulier. N’oubliez pas de résilier votre abonnement au moment d’un déménagement pour éviter l’empilement contractuel !

Pourquoi le prix de l’électricité augmente-t-il ?

Depuis quelques années, le prix de l’électricité est en constante augmentation. Et d’après les autorités compétentes, la tendance n’est pas prête de s’inverser. En novembre 2011,le PDG d’EDF, Henri Proglio, réclamait l’augmentation des prix de l’électricité en France, lissée sur 10 ans à raison de 2 à 3% supplémentaire par an. Plus récemment, en février 2013, la CRE prévoyait une hausse pouvant atteindre les 30% jusqu’en 2017.

Les causes de l’augmentation du prix de l’électricité

Pour comprendre les mécanismes de hausse de l’électricité, il faut décomposer les factures en trois parties :

  • La part réseau, qui correspond aux tarifs d’acheminement (TURPE) rémunérant les gestionnaires de réseau ERDF (distribution) et RTE (transport). Cette part réseau ne varie pas selon le fournisseur car les gestionnaires de réseau ont le statut de monopole.
  • La part fourniture couvre les coûts de production et de commercialisation de l’électricité. C’est sur cette partie de la facture que les fournisseurs d’électricité peuvent jouer pour proposer des prix plus bas qu’EDF à leurs clients.
  • Les taxes et contributions (CTA, TVA, CSPE, TCFE) sont nombreuses et représentent près de 32% de la facture totale. Les taxes sont un facteur intéressant, bien souvent à l’origine des variations du prix de l’électricité.

Les facteurs récents

Le parc nucléaire : un investissement coûteux

Récemment, on a constaté un vieillissement du parc nucléaire en France. L’âge moyen d’une centrale nucléaire étant de 23 ans en moyenne, mais certaines présentes dans l’hexagone avoisine l’âge canonique de 30 ans. Or, la catastrophe de Fukushima a fait prendre conscience au monde du danger que représente une mauvaise gestion du nucléaire et de ses réacteurs, et a forcé les acteurs du monde de l’énergie à revoir sensiblement leurs normes de sécurité.

La maintenance du réseau électrique 

Les réseaux de transport et de distribution d’électricité (RTE, Enedis) jouent un rôle important dans l’augmentation du prix de l’électricité. On estime à 3 milliards d’euros l’investissement par an et une augmentation d’environ 4% par an du tarif d’utilisation de ces réseaux. Dans les régions côtières comme la Bretagne, la Côte d’Azur, marquées par les intempéries et soumises à des conditions météorologiques instables, ces investissements sont indispensables afin d’assurer la sécurité de ces réseaux et éviter les coupures lors des périodes d’affluence maximale.

Le développement des smart grids

Enedis prévoit l’installation de son compteur intelligent Linky (qui communique à Enedis les données de consommation). Mais ce déploiement aura un coût, qui sera répercuté sur le prix de l’électricité. De même, l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux de distribution ne sera pas gratuit. Il faudra sans doute procéder à la modification de certains structures pour faciliter l’insertion de ces sources décentralisées et intermittentes.

La part des taxes dans le prix de l’électricité

À strictement parler, un fournisseur proposant une offre d’électricité à prix de marché ne fixe que pour partie le prix du kWh dont le client final devra s’acquitter. En effet, le poids des taxes sur l’électricité représente environ un tiers du montant final du kWh TTC.

  • la CSPE : contribution permettant de dédommager les opérateurs des coûts engendrés par les obligations légales sur le service public de l’électricité.
  • les TCFE : taxes basées sur la quantité d’électricité consommée, collectées par le fournisseur pour être ensuite reversées aux collectivités territoriales
  • une TVA à 20 % : taxe à taux usuel qui s’applique sur le montant de la consommation d’électricité (exprimée en kWh pour une période donnée) ainsi que sur les taxes.

Foire aux questions

Quel sont les offres les moins chères sur le prix au kWh en 2017 ?

En 2017, les meilleures offres d’électricité pour les particuliers se situent autour de 14 centimes d’euros TTC par kWh en option Base. Mais le prix du kWh peut augmenter en cas de valeur ajouté, s’il s’agit d’une offre verte par exemple, ou baisser, en l’absence de service client téléphonique par exemple (offre 100% online, qui diminuent les coûts en interne). On note aussi une progression des offres promotionnelles chez un bon nombre de fournisseurs.

Qui est le plus intéressant entre une remise sur le prix au kWh ou sur le prix à l’abonnement ?

Certains fournisseurs proposent des réductions sur le prix à l’abonnement et non sur celui au kWh, qui peuvent parfois s’avérer plus intéressantes. Mais la plupart de ces réductions sont en réalité des offres à prix indexés, qui comprennent une réduction sur le prix du kWh d’électricité. Pensez à demander un devis au fournisseur d’énergie qui vous intéresse pour éviter un surcoût et avoir l’assurance de choisir l’offre la mieux adaptée à votre situation.

L’électricité en France est-elle plus chère que dans les autres pays européens ?

Selon l’Eurostat, la base de données des statistiques européennes, le prix du kWh en France s’inscrit dans la moyenne de l’UE. La hausse du prix de l’électricité, du fait du développement des énergies renouvelables, des technologies smart grids et de l’augmentation des coûts du nucléaire s’est répercutée dans toute l’Europe, mais l’Allemagne reste le pays où le prix du kWh est le plus élevé. le pays a été l’un des premiers à s’investir dans la transition énergétique, d’où la hausse précoce des tarifs de l’électricité.

article

Article écrit par:

calendar

( update 27 juin, 2017 )

Commentaires

2 Avis

  4.5/5

  5/5

à partir de quelle consommation environ est-ce qu'une offre avec un abonnement plus cher est intéressante ?

  4/5

kilian je pense que ça vraiment de comment tu consommes aussi

Laisser un commentaire