L’évolution du prix du kWh d’électricité

Comment se porte l’évolution prix électricité 2017 ? Les prévisions concernant l’augmentation du prix de l’électricité sont-elles bonnes ou mauvaises pour le consommateur ?  Les prix de l’électricité ont une forte incidence sur le pouvoir d’achat des ménages. C’est pourquoi leur évolution est scrutée de près par les pouvoirs publics et les ménages. Mais d’ailleurs, qui décide de cette évolution ?

Prendre un contrat d’électricité en quelques minutes avec papernest

Évolution du prix de l’électricité en France depuis 20O0

Entre 2005 et 2016, l’INSEE a enregistré une évolution du prix de l’électricité d’environ 30%. L’évolution du prix de l’électricité laisse à penser que d’ici 2020, l’augmentation des tarifs EDF  aura dépassé les 10%.

Chaque année au 1 août, les tarifs réglementés de l’énergie sont passés en revue par les pouvoirs publics. Et chaque année depuis maintenant 12 ans, ils augmentent. L’année 2017 ne fait pas exception : l’augmentation de l’électricité cette année  est de l’ordre de +1,7% hors-taxes en moyenne.

Elle concerne évidemment les abonné(e)s au Tarif Bleu EDF mais également les consommateurs abonnés aux offres indexées sur ce tarif. Les fournisseurs alternatifs (Engie, Eni, Total Spring, etc) indexent à la baisse leurs tarifs sur ceux d’EDF. Une façon pour les consommateurs de simplifier la compréhension de leur contrat et d’avoir une valeur de référence.

Les tableaux suivants illustrent l’évolution en Europe du prix du kWh d’électricité sur le marché particulier et professionnel.

Pour les particuliers

Année France Allemagne Royaume-Uni Espagne UE 27 pays
2003 0,116 0,171 0,101 0,106
2004 0,119 0,17 0,088 0,108
2005 0,119 0,179 0,088 0,11 0,134
2006 0,119 0,183 0,102 0,115 0,14
2007 0,121 0,195 0,132 0,123 0,153
2008 0,121 0,215 0,146 0,137 0,159
2009 0,121 0,228 0,147 0,158 0,164
2010 0,128 0,238 0,139 0,173 0,168
2011 0,138 0,253 0,143 0,198 0,18
2012 0,139 0,26 0,168 0,219 0,189
2013 0,152 0,292 0,174 0,223 0,2
2014 0,159 0,298 0,192 0,217 0,204
2015 0,162 0,295 0,212 0,231 0,208

Source : Eurostat

Pour les professionnels

Année France Allemagne Royaume-Uni Espagne UE 27 pays
2002 0,056 0,069 0,061 0,052
2003 0,053 0,07 0,054 0,053
2004 0,053 0,074 0,048 0,054
2005 0,053 0,078 0,057 0,069 0,067
2006 0,053 0,087 0,08 0,072 0,075
2007 0,054 0,095 0,095 0,081 0,082
2008 0,06 0,093 0,094 0,092 0,088
2009 0,067 0,098 0,108 0,11 0,096
2010 0,069 0,092 0,095 0,111 0,091
2011 0,072 0,09 0,094 0,108 0,093
2012 0,081 0,09 0,11 0,116 0,096
2013 0,078 0,086 0,112 0,117 0,094
2014 0,074 0,084 0,125 0,119 0,092
2015 0,076 0,081 0,144 0,112 0,089

Source : Eurostat. 

Comment évolue le prix de l’électricité ?

Votre facture vous affole ? Les mécanismes qui régissent l’évolution du prix de l’électricité au fil des mois sont difficiles à saisir pour les particuliers du fait de leur complexité. Pour faire simple, l’organisation tarifaire de l’électricité est construite par empilement. C’est pourquoi il est impératif de déstructurer la facture en énergie pour mieux interpréter les composantes et les variations en jeu :

  1. La partie réseau, rémunère les gestionnaires de réseau ENEDIS (ex ERDF) (distribution) et RTE (transport) pour la partie acheminement (TURPE) ;
  2. La partie associée à la fourniture d’énergie permet de couvrir les frais associés à la production de production et commercialisation de l’électricité ;
  3. Les taxes et contributions  soit presque 32% de la facture finale. Elles sont au nombre de 4 : la TVA, la CSPE, la TCFE et la CTA.

Si les consommateurs et les fournisseurs n’ont aucune marge de manœuvre sur la partie réseau (les gestionnaires sont en situation de monopole), ils peuvent néanmoins faire jouer la concurrence sur la fourniture.

Je change de fournisseur d’électricité pour faire des économies

Le prix de l’électricité est fixé de façon à couvrir les frais de ces différents acteurs (fournisseurs, gestionnaires, etc). Or, depuis quelques années, plusieurs éléments et changements ont contraints les acteurs du secteur énergétique à revoir leurs dépenses à la hausse :

  • La remise à niveau du parc nucléaire français suite à la catastrophe de Fukushima en 2011 (soit 58 réacteurs, pour un coût total 75 milliards d’euros d’investissements et 25 milliards pour l’exploitation.
  • Le développement et l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux nationaux d’acheminement et de distribution.

La CRE, « Commission de Régulation de l’Energie » est chargée de superviser l’analyse les comptes du fournisseur historique national EDF. Elle soumet à Bercy de manière régulière une proposition d’évolution ajustée selon les tarifs en cours sur l’électricité au niveau du marché national et international. Ceci permet à Electricité De France de palier les frais associés à l’ensemble de ses prestation, et la loi se veut de répondre de telles aides.

En effet, le gouvernement décide finalement de l’arrêté tarifaire. Les évolutions retenues sont donc  parfois moins lourdes que celles recommandées par la CRE. Ceci est possible pour permettre au consommateur de préserver son pouvoir d’achat indifféremment (ou presque) des variations tarifaires sur le marché.

En ce qui concerne les taxes, leur augmentation est dissociée de ces actions gouvernementales et institutionnelles. Les variations sont associées à des modalités spéciales. C’est pour cela qu’une augmentation donne des Tarifs Réglementés TTC peut survenir plusieurs fois par an. Bien que les supports d’informations et de communications dans les journaux concentrent leurs articles sur les évolutions des parts de fourniture et réseau, ces lignes vous montrent à quel point il faut prendre ces rapports avec précaution.

Foire aux questions

Le Tarif Bleu EDF va-t-il disparaître ?

Après les tarifs réglementés pour les professionnels, c’est au tour des tarifs réglementés pour le gaz Engie d’être voués à la disparition. C’est ce qui a été annoncé au 1er août 2017 par le Conseil d’État, qui estime que ces derniers constituent «une entrave à la réalisation du marché concurrentiel du gaz». Il a aussi annulé un décret datant de mai 2013 encadrant la fixation de ces tarifs. Et les consommateurs de s’interroger : la même chose va-t-elle arriver pour l’électricité ?

Bien que la plupart des motifs invoqués pour l’annulation des TRV de gaz s’appliquent à l’électricité, la Commission européenne se prépare à voter une directive énergie d’ici à fin 2017, , préconise en effet la suppression totale des tarifs réglementés. Mais sil elle est votée, cette directive ne serait pas appliquée avant 2019. La question de la fin du Tarif Bleu a d’ailleurs été clairement évoquée le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, devant le Sénat :

Et Engie se fait fort de rappeler que « La décision du Conseil d’Etat devra par ailleurs s’appliquer le plus simultanément possible aux tarifs réglementés de vente d’électricité pour éviter de créer une distorsion concurrentielle.

Pour aller plus loin :

article

Article écrit par:

calendar

( update 5 janvier, 2018 )