ravalement façade immeuble

Ravalement d’immeuble en copropriété : ce qu’il faut savoir

Ravaler la façade d’un immeuble est une opération obligatoire et récurrente tous les dix ans. Toutefois, il est possible de profiter de ce chantier d’envergure pour améliorer également le confort thermique des logements et embellir l’immeuble. Alors comment se déroulent les travaux ? Quels sont les éléments qui permettent de sélectionner une entreprise de ravalement d’immeuble ? C’est parti !

Quelle est la fréquence d’un ravalement de façade en copropriété ?

La réglementation indique quand faire un ravalement de façade : tous les dix ans. Alors si vous êtes propriétaire d’un logement, attendez-vous à mettre la main à la poche. Mais cette opération peut même être accélérée lorsque des signes de dégradation apparaissent. Mieux vaut alors intervenir que de laisser les murs extérieurs de l’immeuble se détériorer, sous peine au final de voir grimper en flèche le coût du ravalement de façade.

Les symptômes d’une paroi dégradée sont les suivants : tâches, traces d’humidité, salissures et  fissures. Il faut dire que l’enveloppe externe d’un immeuble est soumise à de nombreux aléas qu’ils soient d’ordre climatique (chaleur, humidité, gel), d’ordre biologique (mousse, salpêtre), ou d’ordre atmosphérique (pollution). Les copropriétaires sont susceptibles d’observer directement ces symptômes. Toutefois, rien ne remplace le diagnostic de façade réalisé par un professionnel qui possède l’expertise, l’expérience et le matériel requis.

L’expert en ravalement de façade de copropriété observe les parois avant d’identifier l’origine des dégâts causés puis d’élaborer une stratégie pour résoudre les problèmes. C’est ici que l’expérience fait toute la différence afin d’appliquer la bonne solution au bon problème. Par exemple, pour un ravalement de façade à Paris, il est indispensable de disposer d’un savoir sur les conséquences des pollutions urbaines, notamment en matière de microbiologie végétale.

Immeuble récent ou immeuble ancien, peu importe : les travaux sont obligatoires. Des sanctions sont d’ailleurs prévues pour ceux qui l’oublieraient. Les communes peuvent notamment dégainer des injonctions à ravaler, quitte à imposer une date d’échéance et à choisir la société qui en reçoit le mandat. Les copropriétaires perdent alors tout contrôle sur l’opération.

Ravalement de façade : quelles sont les étapes ?

Ravaler les murs extérieurs d’un immeuble consiste à nettoyer le support, à le réparer et à le rénover. L’opération porte aussi bien sur les parois que sur l’ensemble de l’habillage du bâtiment, à savoir les fenêtres, les portes, les portails, les balcons et les pignons. Outre l’étape préalable du diagnostic qui détecte les zones de faiblesse et identifie les sources d’humidité, il faut surtout engager les réparations.

Généralement, à partir de plusieurs étages, les entreprises de ravalement de façade montent un échafaudage sur pied ou installent des nacelles en suspension. Le nettoyage est manuel ou mécanique (par projection type décapage, gommage ou sablage, à sec type peeling ou ponçage, par voie humide type nébulisation, haute pression ou chimique) selon la nature du support (béton, pierres, brique, plâtre) et le degré d’encrassement.

Une fois le support correctement préparé, le façadier intervient pour réparer la maçonnerie avant d’engager les travaux de finition. Lesquels ? Tout simplement, l’application d’enduit de protection ou de peinture décorative. Auparavant, le recouvrement d’une isolation thermique par l’extérieur de la façade de l’immeuble à ravaler aura pu être finalisé. L’idée est de rendre les murs imperméables tout en leur permettant de respirer.

Il faut noter que la loi pour l’accès au logement et à l’urbanisme rénové, dite loi Alur, exige d’associer travaux de ravalement et amélioration énergétique des bâtiments. C’est donc l’occasion de faire d’une pierre deux coups, en protégeant la façade et en améliorant le confort de vie des logements. C’est en ce sens que le ravalement d’une façade de copropriété est un investissement et non une simple dépense.