Capture d’écran 2018-07-23 à 12.15.42

Assurance vie et immobilier : les solutions pour bien investir

De nombreux investisseurs hésitent entre l’immobilier et l’assurance-vie. Et si ces deux placements étaient compatibles ? Explications.

Allier immobilier et assurance-vie constitue une excellente opportunité. Certains acteurs proposent désormais des unités de compte dédiées à la pierre comme les SCI, SCPI ou OPCI. Investir dans l’immobilier en assurance-vie permet d’une part, de bénéficier d’une fiscalité attractive et d’autre part, de profiter d’une rentabilité attrayante. Mais comment choisir le bon placement ?

Les critères pour choisir le bon contrat

Réussir son investissement immobilier en assurance-vie suppose avant tout de choisir le bon contrat. Pour cela, il est important de connaître les principaux critères de sélection. Tout d’abord, l’épargnant doit limiter les frais de l’assurance-vie en optant pour un contrat sans frais d’entrée et sur versements, sans frais d’arbitrage et avec des frais de gestion annuels réduits. Ensuite, il lui faut privilégier un contrat d’assurance-vie avec un large choix de supports immobiliers : SCPI, SCI, OPCI voire OPCVM à dominante immobilière.

« Par ailleurs, il est essentiel d’étudier les modalités d’investissement en immobilier en vérifiant notamment s’il est possible d’investir à 100 % sur les SCI, SCPI ou OPCI, si le contrat prévoit la perception de la totalité des dividendes versés par les SCPI, les frais d’investissement sur chaque support ou encore le délai de jouissance correspondant à la date à partir de laquelle intervient le paiement des dividendes » explique le site Cieleden.

Sur quels fonds investir ?

Plusieurs supports investis dans la pierre et accessibles en assurance-vie sont proposés aux épargnants. Il y a d’abord les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) qui acquièrent des biens immobiliers d’entreprise et gèrent le patrimoine constitué pour le compte des associés ayant souscrit des parts, en leur versant une quote-part des revenus locatifs. On distingue deux types de SCPI : la SCPI à capital variable et la SCPI à capital fixe. Absence de souci de gestion, rendement attractif, fiscalité avantageuse… La SCPI offre de nombreux avantages. Ce placement connaît un grand succès auprès des Français. Il faut dire que les assureurs ont largement contribué à son développement en référençant les SCPI dans les assurances vie.

Autre option : la Société civile immobilière (SCI). Il s’agit d’un fonds immobilier composé d’immeubles physiques, de parts de SCPI ou d’OPCI, de fonds immobiliers non cotés, de placements financiers ou encore d’actions de foncières cotées. Contrairement aux idées reçues, la SCI accessible en assurance-vie n’est pas régie par un cadre législatif si contraignant. De plus, les frais d’entrée sont bien plus faibles que pour les SCPI : en moyenne 2 % contre 6 %.

Les épargnants peuvent également se tourner vers les Organismes de Placement Collectif Immobilier (OPCI). Ces fonds détiennent des immeubles d’entreprise, généralement des bureaux. Les OPCI présentent la particularité d’investir une partie de leur portefeuille en actions, obligations ou placements monétaires. Leur performance peut donc être volatile dans le temps, selon l’exposition des fonds aux marchés financiers.

Enfin, les fonds en euros à dominante immobilière offrent une garantie du capital, un effet de cliquet sur les intérêts annuels et des rendements bien supérieurs à ceux des fonds en euros classiques. Si vous choisissez ce placement, pensez toutefois à vérifier les conditions d’accessibilité.